Mon compte Devenir membre Newsletters

« Le CNC crée des liens entre les différentes régions de France »

Publié le par

Faire des adhérents DCF des ambassadeurs pour l'île de La Réunion! Un rêve que Pascal Viroleau, directeur de l'Ile de La Réunion Tourisme (IRT), entend bien voir se réaliser. Voilà pourquoi il a souhaité que l'IRT soit partenaire du Concours national de la commercialisation 2012. Une première dans l'histoire des DCF!

Action Commerciale - L'Ile de La Réunion Tourisme (IRT) est le partenaire du CNC 2012 des Dirigeants commerciaux de France. Pouvez-vous revenir sur les motivations qui vous ont poussé à parrainer une telle opération?

Pascal Viroleau - L'IRT vise différents objectifs. Tout d'abord, ce partenariat représente une opportunité de rayonnement direct de la destination auprès d'une cible composée à la fois des jeunes participants au concours, de leurs enseignants et des 2 500 adhérents du réseau DCF. En ce sens, nous avons voulu, avec les DCF, créer un partenariat dynamique et innovant puisqu'il a fallu attendre la 51e édition pour qu'une destination touristique parraine cette opération. Nous sommes fiers que l'île de La Réunion soit la première à le faire.

Par ailleurs, le réseau DCF nous assure une proximité locale et régionale à la fois auprès des centres de formation et des entreprises qui le compose. Nous comptons donc utiliser les différentes épreuves régionales ainsi que la finale nationale comme autant de leviers pour nous faire connaître.

La cible des étudiants paraît un choix orienté résolument vers l'avenir...

Nous nous tournons régulièrement vers la cible estudiantine car nous pensons qu'il est impératif de préparer l'avenir. En ce sens, les étudiants participant au concours DCF seront des leaders d'opinion mais aussi des consommateurs dans quelques années. En travaillant aujourd'hui sur une problématique réunionnaise, ils se rendront compte que nous ne faisons pas la promotion d'un produit marketing surfait, mais bien celle d'une destination à fortes valeurs. Ils découvriront, s'ils ne le savaient pas déjà, qu'un voyageur qui ne serait pas allé à l'île de La Réunion serait passé à côté d'expériences inoubliables. Enfin, les jeunes font preuve de créativité et nourriront très certainement, par leurs idées, les projets de demain.

Pour les DCF, cette implication de l'île de La Réunion met en avant la richesse du territoire français d'outre-mer et une réelle vision d'un réseau décloisonné. Grâce au concours, vous vous adressez à l'ensemble des régions DCF. Quel message est au coeur de cette stratégie?

Le concours est une possibilité de rencontres avec l'ensemble des adhérents DCF. Nous souhaitons en faire des ambassadeurs pour l'île de La Réunion, en leur montrant la richesse de notre territoire et en mettant en avant les possibilités de voyages et de découvertes qui s'offrent à eux.

Nous souhaitons que le potentiel des voyages d'incentive soit mis en avant. L'île de La Réunion permet de concilier un véritable cocktail alliant travail, découvertes et détente. Ce territoire dépaysant et ludique va offrir un terrain d'expression grandeur nature aux entreprises désireuses de changer de cadre. L'organisation de leurs team buildings, incentives, congrès ou séminaires se fera dans des conditions d'accueil et de sécurité optimales. Le dépaysement est à ce titre garanti avec les avantages des normes européennes.

Le grand oral du CNC 2012 se tiendra lors du Congrès national des DCF de Metz. A cette occasion, les DCF aborderont la thématique «Commercial, une histoire d'Homme.com» et l'Ile de La Réunion Tourisme sera parmi les partenaires de prestige de cette manifestation. Que vous évoque cette thématique?

La Réunion n'a jamais aussi bien porté son nom qu'à travers sa population et son métissage. C'est une île harmonieuse où la diversité ethnique est une force. Je pense que l'attractivité d'une destination naît des rencontres et des liens qui peuvent se tisser entre les hommes.

Le relationnel créé entre l'IRT et le réseau des DCF participe de cette envie de partager les expériences, les savoirs, et place l'île de La Réunion comme une destination moderne et innovante, qui s'adapte aux dernières tendances, dont l'e-commerce.

Nous avons voulu, à travers le CNC, mettre en lumière notre destination et faire découvrir aux étudiants notre enthousiasme. A Metz, pour le Congrès national des DCF, c'est cette vision enthousiaste, moderne et humaine que nous véhiculerons durant les trois jours de manifestation. Je suis convaincu que la place de l'humain au sein des entreprises va être au coeur des enjeux des années à venir. A l'IRT, nous considérons que notre démarche éthique doit être déployée et mise en avant à tous les niveaux. En interne, nos équipes sont animées d'un dynamisme que nous souhaitons partager avec les DCF et les étudiants. Nous oeuvrons, par ailleurs, quotidiennement au développement d'un tourisme respectueux de l'environnement et des peuples.

Cette thématique, «Commercial, une histoire d'Homme.com», nous la vivons donc en continu, à la fois pour les valeurs humaines qu'elle véhicule et pour le rôle prépondérant du Web qu'elle souligne.

Pascal Viroleau, directeur de l'île de La Réunion Tourisme

A l'IRT, nous vivons pleinement la thématique «Commercial, une histoire d'Homme. com», à la fois pour les valeurs humaines qu'elle véhicule et pour le rôle prépondérant du Web qu'elle souligne.

Dans le cas du concours (à voir sur le site des DCF), vous abordez justement l'importance du Web à travers une animation de campagne relationnelle via les réseaux sociaux virtuels, entre autres outils. Pouvez-vous nous expliquer les leviers que l'IRT utilise sur la Toile?

Notre approche sur le Web vise à afficher notre destination et ses possibilités d'accueil auprès d'une cible variée. Pour les jeunes, l'objectif est de rendre l'île attractive pour du tourisme de découverte, tandis que pour les entreprises, nous mettons en avant un territoire d'accueil pour des séminaires ou des incentives.

En étant présents sur les réseaux sociaux, notre objectif primordial est de démontrer le dynamisme de notre île. En ce sens, nous avons tenu à laisser la parole à nos ambassadeurs, entreprises ou particuliers.