Mon compte Devenir membre Newsletters

50e Concours national de la commercialisation

Publié le par

Le 31 mars 2011 s'est déroulée la 50e épreuve écrite du Concours national de la commercialisation (CNC), organisé annuellement par les DCF.

Le Concours national de la commercialisation (CNC) permet à des étudiants en filière commerciale de la France entière de proposer leur analyse sur un cas concret d'entreprise. Sous le parrainage des ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 9 000 élèves de bac + 2 à bac + 5 se sont penchés sur une problématique conçue en partenariat avec la Caisse d'Epargne, sponsor officiel de cette édition exceptionnelle.

Consomm'acteurs d'aujourd'hui, managers de demain

La Caisse d ' Epargne, partenaire historique des DCF, voit en ce concours une possibilité de sensibiliser les jeunes générations aux métiers de l'entreprise. « Nous proposons chaque année un millier de postes en alternance et autant de stages, dont 30 à 50 % se transforment en embauches » , souligne Isabelle Brouté, directeur du marché entreprises de la Caisse d'Epargne. « Le CNC nous permet de communiquer auprès de milliers de jeunes, qu'ils soient clients ou futurs clients, tant particuliers que professionnels et, pour certains, futurs collaborateurs. » La banque a conçu, pour l'épreuve, en lien avec l'Education nationale et les DCF, un cas axé sur l'«Offre Dirigeants 360°» relative à l'accompagnement proposé par la Caisse d'Epargne dans la transmission d'entreprise.

Une génération commerciale

« Pour les DCF, le CNC est une opération emblématique, car il ancre depuis 50 ans le réseau dans une dynamique orientée vers les jeunes générations commerciales. Cette opération s'inscrit désormais dans un dispositif élargi permettant, d'une part, de sensibiliser, dès le collège et le lycée, les futurs acteurs de l'entreprise à la richesse des métiers commerciaux et, par ailleurs, d'intégrer des jeunes actifs au réseau national grâce aux DCF-Juniors », explique Pierre Gangloff, vice-président national des DCF, en charge des relations écoles-entreprises. « Pour aller plus loin dans cette démarche de lien entre les générations, la finale nationale de cette 50e édition historique du CNC se déroulera lors de nos Universités de rentrée en octobre prochain, de même que la remise des prix d'une autre opération récompensant la performance des entreprises au niveau national (Semaine nationale de la performance commerciale). Cette finale sera donc une opportunité pour les jeunes talents d'aller à la rencontre d'entreprises et du mouvement DCF dans son ensemble. »

Une porte ouverte au monde de l'entreprise

Créer des ponts entre les centres de formation et les entreprises, telle est la vocation du CNC. Pour Claire Marvillet, lauréate bac + 4/5 de la 49e édition « il est très stimulant de se trouver face à des chefs d'entreprise pour leur livrer nos idées sur un cas concret ». Le Concours national de la commercialisation est, en effet, une chance donnée à tous les futurs acteurs de la fonction commerciale d'appréhender l'entreprise en favorisant les échanges. Pour elle, le concours était « une opportunité de découvrir et de se faire découvrir. Notre génération a en effet beaucoup à dire et souhaite disposer de moyens pratiques de s'exprimer face à ses aînés. Ce concours est un des moyens d'y parvenir. »

De la proximité et des emplois

« Le CNC est une opération-phare du réseau qui, depuis 50 ans, tisse des liens étroits entre les entreprises, les centres de formation, l'Education nationale, les étudiants et les associations DCF. Avec la Caisse d'Epargne, nous avons, pour cette édition historique, mis en place un cas dont l'objectif est de professionnaliser les élèves en favorisant l'émergence des talents », explique Jacques Benn, président national des DCF. « Nous partageons avec la Caisse d'Epargne des valeurs communes fondées sur la proximité et l'importance que nous accordons aux actifs de demain », témoignant de l'intérêt porté par le réseau à l'intégration en entreprise des jeunes talents.

Et de conclure, « cette 50e édition, avec 22 % de participants en plus et près de 31 % d'établissements supplémentaires en un an affirme notre engagement auprès des ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche afin d'améliorer l'orientation et le recrutement vers des métiers commerciaux en tension ». Suite à l'épreuve écrite du 31 mars dernier, les étudiants qui ont présenté les meilleures copies participeront à des sélections orales jusqu'au niveau régional. Enfin, un jury constitué de dirigeants commerciaux, de responsables de la Caisse d'Epargne et de l'Education nationale se réunira pour choisir les trois finalistes de chacune des deux catégories (bac + 2/3 et bac + 4/5). Ces six talents s'affronteront alors pour un grand oral, face à des centaines de dirigeants commerciaux et personnalités de la sphère économique, lors des Universités de rentrée DCF en octobre 2011.

Pierre Gangloff, vice-président des DCF en charge des relations écoles-entreprises

Ce concours représente une opportunité pour les jeunes talents d'aller à la rencontre d'entreprises et du mouvement DCF dans son ensemble.»

Claire Marvillet, lauréate bac + 4/5 2010 du CNC

«Il est très stimulant de se trouver face à des chefs d'entreprise pour leur livrer nos idées sur un cas.»

La Caisse d'Epargne - Partenaire 2011 du CNC - fait participer les candidats sur la transmission d'entreprise

Conscients des enjeux liés à la transmission d'entreprise et pour répondre aux besoins exprimés par nos clients, nous avons développé un dispositif baptisé « Dirigeants 360° ». Ce dispositif, actuellement en cours de déploiement dans le réseau Caisse d'Epargne, a pour vocation d'accompagner les étapes clés de la vie des dirigeants d'entreprises - de la reprise à la transmission - en prenant en compte, à chaque étape, toutes les dimensions: privées et professionnelles. Concrètement, notre intervention s'illustre dans trois domaines d'expertises: l'ingénierie financière de haut de bilan (montages financiers et financement des repreneurs), l'ingénierie patrimoniale (aspects juridiques et fiscaux d'une transmission pour le cédant), et la gestion patrimoniale du dirigeant d'entreprise (définition d'une stratégie patrimoniale adaptée). Ainsi, nos entreprises clientes et leurs dirigeants bénéficient d'une approche globale de leurs besoins bancaires.