Mon compte Devenir membre Newsletters

A qui la faute?

Publié le par

Laurent Bailliard Rédacteur en chef adjoint

Laurent Bailliard Rédacteur en chef adjoint

Tout se vend. De la centrale nucléaire à bas coût aux médicaments qui tuent , en passant par des plateformes pétrolières peu sécurisées, tout se vend. Solutions peu efficaces, produits contrefaits, tout y passe. A croire que le prix devient la seule qualité d'un produit. Avec un tel catalogue, pas étonnant que l'on fasse des raccourcis primaires et qu'on estime qu'un bon commercial peut tout vendre.

Toujours le même refrain...

Et le client dans tout ça? Facile de pointer systématiquement du doigt le commercial. Mais si tout se vend, c'est que tout s'achète. Pourquoi n'y aurait-il que les commerciaux à devoir jongler avec une sacro-sainte éthique? Le client est loin d'être innocent. Il est même au coeur du problème. A force de parler de relation client, d'affirmer qu'il est roi, il finit presque par être une victime et le commercial son bourreau. Loin d'excuser l'ensemble des commerciaux - toute profession a dans ses rangs des professionnels qui font honte à leur métier - ne peut-on pas, de temps en temps, considérer que les clients n'ont pas que des droits mais aussi des obligations, voire des devoirs? Devoir de se renseigner, d'acheter au prix du marché, de ne pas étrangler les fournisseurs, de favoriser une concurrence saine et respectueuse. Alors, peut-être, oui peut-être, que tout et n'importe quoi ne se vendra plus aisément... et cela pour le plus grand bonheur du commercial qui préfère, bien évidemment, proposer un produit dont il est fer!