Mon compte Devenir membre Newsletters

Atos recrute dans les écoles

Publié le par

Parce que recruter 150 collaborateurs par les temps qui courent n’est pas chose facile, Atos Multimédia a conçu et mené une opération recrutement dans les écoles. Objectif : que les candidats puissent toucher du bout du doigt les métiers et la culture de l’entreprise.

Atos Multimédia, société spécialisée dans la conception, l’exploitation et l’hébergement de services en ligne, recrute à tour de bras. Elle n’est pas la seule, ce qui ne manque pas de compliquer les affaires. “Nous voulions marquer les esprits, mener une action qui se démarque”, raconte Isabelle Vervaecke, DRH de l’activité multimédia d’Atos. C’est chose faite avec les journées rencontres et recrutements réalisées fin mars dans deux écoles du Nord de la France, région dans laquelle se concentrait une large partie des recrutements. Les étudiants et jeunes diplômés ont ainsi pu toucher du bout du doigt les métiers, la culture d’entreprise, les conditions de travail d’Atos Multimédia. “Nous évoluons dans un métier virtuel, je voulais que les candidats potentiels puissent parler concrètement avec les hommes et les femmes qui travaillent chez nous”, poursuit Isabelle Vervaecke. L’opération, qui s’est tenue à chaque fois en fin de journée de 19 h 30 à 21 h 30, était ouverte aux étudiants mais pas seulement. Atos Multimédia a en effet adressé un mailing à 4 000 personnes de la région à partir de fichiers d’écoles, d’associations d’anciens élèves, ce qui a permis d’attirer des candidats disposant d’une première expérience professionnelle. La société a également prévu, en amont de l’opération, une couverture radio, presse et télévision locale, ainsi qu’un affichage dans des lieux publics tels que les gares. Les personnes intéressées étaient invitées à s’inscrire par téléphone ou e-mail. Témoignages Les écoles avaient laissé carte blanche aux représentants d’Atos Multimédia pour définir le contenu de ces journées. Pendant environ trois mois, la DRH, les responsables opérationnels, le service communication, etc. ont donc travaillé ensemble au projet. L’opération, qui a même fait l’objet d’une répétition générale, s’est déroulée en deux temps. La première heure, sept collaborateurs volontaires ayant des profils différents (métiers, ancienneté, etc.) ont parlé de leur parcours avant d’intégrer Atos, présenté leur expérience, leur métier, leur évolution dans l’entreprise, les raisons pour lesquelles ils y restent. “Nous leur avions donné un cadre. Ils savaient qu’ils pouvaient par exemple parler de la formation, de la mobilité, des perspectives à l’international, de l’ambiance de travail”, raconte Isabelle Vervaecke. Les participants ont également assisté à une démonstration de la technologie Atos sur Palm Pilot, mobile et téléphone fixe. Durant la seconde heure, une quarantaine de collaborateurs Atos Multimédia dispatchés sur différents stands ont répondu aux questions des participants. Tremplin vers un recrutement classique À l’issue de cette présentation, les jeunes ou futurs diplômés avaient la possibilité de remplir une fiche contact et d’y joindre un CV. Atos n’a pas fait passer d’entretiens sur place : “Nous ne voulions pas les bâcler en 5 minutes, précise la DRH d’Atos Multimédia. Nous avons récolté 130 candidatures environ.” Le service des ressources humaines a contacté chacun des candidats pour leur proposer une démarche classique de recrutement, avec entretien à l’appui. Ceux qui n’ont pas laissé de CV ont eu également un courrier les informant qu’il n’est pas trop tard pour le faire. Enfin, ceux sur les 4 000 contactés, qui ne sont pas venus, ont reçu une note leur présentant les résultats des soirées et leur indiquant la possibilité de déposer un CV. L’opération a remporté un franc succès : Atos Multimédia s’était fixé un objectif de 100 participants, elle en a reçu 240 au cours des deux soirées. Qualitativement aussi, l’opération semble avoir bien fonctionné. “Certains représentants des écoles se sont étonnés de constater combien les étudiants étaient attentifs pendant les interventions et les exposés de la première partie, relate Isabelle Vervaecke. Nos collaborateurs ont vraiment réussi à communiquer l’ambiance de travail, à faire passer des choses qui ne transparaissent généralement pas dans une petite annonce.” Atos Multimédia n’entend pas s’arrêter là et envisage d’ores et déjà de reproduire l’opération.“Pourquoi pas dès cet automne. Tout est une question de volume et d’urgence des recrutements”, explique la DRH d’Atos, qui estime qu’une telle opération, dont le coût avoisine les 250 000 francs, est rentable à partir de vingt recrutements.

Le cahier des charges Atos Multimédia qui évolue sur le secteur porteur des services en ligne se trouvait face à un challenge : trouver 150 collaborateurs d’un coup. L’entreprise, qui voulait recruter – au-delà des compétences techniques – des jeunes motivés par la culture d’entreprise, a imaginé un face-à-face candidats potentiels/collaborateurs au sein même des écoles. 1. Préparation. Ayant eu carte blanche de la part des écoles quant au contenu de ces journées, les services RH, les directions opérationnelles et le service communication d’Atos ont, en interne, préparé l’opération pendant environ trois mois. 2. Communication. Un mailing a été adressé à 4 000 anciens étudiants, des annonces ont été diffusées dans la presse, radio et télévision locale. Par ailleurs, des affiches ont été placardées dans des lieux publics. 3. Répétition. Les organisateurs de la soirée ont sélectionné les salariés chargés de s’exprimer face aux participants. Ils les ont ensuite briefés sur les messages à faire passer. 4. Témoignages Les collaborateurs d’Atos ont partagé leurs expériences avec les étudiants. Des fiches contact étaient disponibles afin que les participants constituent un dossier de candidature. 5. Recrutement. Le service des ressources humaines s’est mis en contact avec les candidats pour qu’ils suivent la procédure classique de recrutement : entretien, test, etc. 6. Seconde chance Ceux sur les 4 000 candidats qui n’ont pas répondu présents ou qui ont participé à l’opération mais n’ont pas déposé leur candidature ont été recontactés par courrier.

Les leçons à tirer 1. L’opération dont le coût est d’environ 250 000 francs est particulièrement adaptée lorsque les recrutements sont nombreux (à partir de 20 selon la DRH d’Atos Multimédia) et urgents. 2. Son succès repose en partie sur la capacité des membres de l’entreprise à se mobiliser et à faire passer un message fort, cohérent, attractif. 3. Il faut communiquer en amont et mettre en place une procédure pour, à partir des CV récoltés, embrayer sur une démarche classique de recrutement, mais aussi repêcher ceux qui n’ont pas participé aux journées ou n’ont pas laissé de CV.

Dominique Cattez, directeur du département relations entreprises de l’Enic «Les étudiants sont venus massivement, l’amphi était plein, et ils en sont ressortis enchantés. Ils ont écouté avec beaucoup d’intérêt les témoignages de collaborateurs d’Atos Multimédia, desquels ressortaient le côté convivial de l’entreprise et ses aspects humains. Des qualités qu’ils ont pu vérifier dans la seconde partie de la soirée, en discutant de façon très chaleureuse avec eux. Ils ont également été intéressés et impressionnés par les démonstrations technologiques. L’entreprise avait décidé de donner la parole aux hommes et aux femmes de terrain plutôt qu’aux institutionnels. Les étudiants ont apprécié. Ils nous ont demandé de renouveler ce type d’expérience.”