Mon compte Devenir membre Newsletters

Attention, les recruteurs vous «googlisent»!

Publié le par

Certains recruteurs cherchent sur le Web des infos sur les candidats qu'ils rencontrent. Pour éviter que des renseignements personnels n'émergent sur un moteur de recherche, assurez vous-même votre visibilité.

@ STOCKBYTE/CD

- Quand on tape le nom de cet honnête p-dg d'un cabinet de recrutement sur Google ou Yahoo!, le premier lien qui apparaît est un article de l'encyclopédie en ligne Wikipédia évoquant l'histoire d'un escroc fiché au grand banditisme. «Impossible de supprimer ou défaire en sorte que ce lien apparaisse plus bas dans la liste des résultats lorsque l'on tape mon nom sur Internet», convient, résigné, l'intéressé. Difficile en effet de rivaliser avec un tel article où figure la biographie de cet homonyme, célèbre figure du «milieu».

Le papier étant consulté par des milliers d'internautes, il apparaît donc en première position sur les moteurs de recherche: c'est ce que l'on appelle le référencement naturel. Ce cas est particulier. Tout le monde n'a pas, et heureusement, un tel homonyme! En revanche, vous pouvez tenter de maîtriser ce qui se dit de vous sur le Web. Et éviter, par exemple, qu'une participation à une pétition ou des propos peu professionnels tenus sur un blog n'apparaissent aux yeux d'un recruteur! Car c'est un fait: ces derniers vous «googlisent» de plus en plus. Chez Aposition, une société spécialisée dans le référencement, les candidats sont systématiquement passés au crible sur les moteurs de recherche. «Cela permet de mettre un visage sur un CV et de déceler le côté émotionnel du candidat qui n'apparaît pas dans un dossier de candidature classique», confie Sébastien Langlois, directeur associé d'Aposition. «Google est intéressant lorsque l'on recrute des candidats à forte valeur ajoutée, mais cela demeure seulement une source d'informations de plus et en aucun cas la source principale», assure, de son côté, Olivier Dardelin, dirigeant de Dardelin Conseil, cabinet spécialisé dans le coaching commercial qui aide également certains de ses clients dans le recrutement de managers commerciaux.

Dominique Balland,
dirigeant du cabinet de recrutement Balland Consultants

«Internet permet une chasse de têtes plus pointue.»

Créez-vous une vie extra-professionnelle

Quoi qu'il en soit, vous êtes le propre artisan de votre visibilité sur Internet. Et vous pouvez même tirer parti de cette tendance en mettant en avant des points positifs de votre personnalité qu'un simple CV, très norme, ne permet pas toujours de relayer. «J'essaye de donner plus d'épaisseur à mon profil professionnel en l'enrichissant avec ma vie extra-professionnelle», confirme Vincent Linchet, directeur commercial du fabricant de chaudières Baxi France, qui est aussi pilote d'avions privés et appartient à l'association du Club de l'amélioration de l'habitat. Des activités qui le placent ainsi en bonne position sur Google ou Yahoo!.

Vous avez participé à une conférence, écrit un livre ou êtes cité dans un article? Vous êtes membre d'une association ou fana d'un pays ou d'un sport dont vous avez parlé dans votre blog? Ces informations sont précieuses pour les recruteurs qui poseront alors un regard différent sur votre candidature. «Les informations glanées sur Google permettent d'entraîner le candidat sur d'autres terrains que celui purement professionnel avoue Olivier Dardelin, qui se souvient avoir reçu un féru de course à pied. J'ai commencé l'entretien en l'interrogeant sur ses motivations concernant la course à pied. Motivations qui correspondaient à celles exigées pour le poste.»

Qui, dans son CV, ne liste pas plusieurs sports, dit aimer lire et aller au cinéma, ou faire partie d'une association humanitaire? Si vous ne mentez pas, vous véhiculez peut-être une image enjolivée de la vérité. Google permet aux recruteurs de confirmer ou non ces données. Selon Dominique Balland, dirigeant du cabinet de recrutement Balland Consultants, tout ce qui procède d'une meilleure lisibilité pour aider à une chasse de tête plus pointue est opportun. Etre présent sur les moteurs de recherche, c'est faire votre propre publicité. «J'apprécie de recruter quelqu'un pour sa personnalité et son équilibre, plus que pour ses seules compétences professionnelles» , confie Jean-Marc Kulhmann, directeur général de CDC Software, fabricant de logiciels d'entreprise, qui a récemment pris l'habitude d'utiliser Google dans le cadre de ses recrutements. Et Internet en dit souvent bien plus que votre CV. Ainsi Ahmed Otamne se souvient de ce candidat qui, pour un poste d'ingénieur d'affaires, avait indiqué en bas de son CV avoir voyagé. Notamment au Brésil. Mais en faisant des recherches sur Internet, le p-dg du cabinet de recrutement Kobaltt a découvert qu'il était en fait passionné par le Brésil et que son blog était une véritable institution sur la question! «Pour des postes importants, j'ai besoin d'en savoir plus sur les candidats et d'aller au-delà du simple contact créé en entretien», avoue le recruteur.

A vous donc de «prendre la parole» sur le Web pour vous «vendre». Vous pouvez ainsi créer un blog sur un sujet qui vous intéresse mais qui puisse aussi attirer l'attention d'autres internautes. Car c'est le trafic sur votre site qui permettra alors à ce dernier d'apparaître en tête des résultats lorsque vous serez «googlisé». Inscrivez- vous également sur des sites de réseau (Viadeo , Linkedln...) pour créer des fiches sur votre profil et demander à vos collaborateurs ou à vos partenaires en affaires de faire des commentaires sur votre fiche. Là encore, plus elle sera consultée, plus elle émergera lors d'une recherche.

Si vous appartenez à une association, n'hésitez pas non plus à vous mettre en avant afin d'apparaître sur le site. Tous ces liens permettront de vous assurer une visibilité et d'éloigner ceux que vous jugez moins valorisants en les faisant «descendre» en bas de page lors d'une recherche

Attention au revers de la médaille. «Si Google propose un lien vers le blog que vous avez créé de retour de la fête de la bière à Munich et que vous apparaissez en petite forme sur une photo, cela peut être dangereux pour votre image», met en garde Marie-Martine Carlier, directeur du développement au sein du cabinet de recrutement DBM. C'est là le danger d'Internet, qui a véritablement le pouvoir de faire et défaire votre réputation. Sans que vous ne puissiez grand-chose contre cela, car vous ne pouvez tricher avec les outils de recherche.

En effet, s'il est possible de vous rendre visible sur le Web, impossible en revanche de «nettoyer» Google des liens que vous souhaitez voir disparaître. Ultime possibilité: acheter des liens sponsorisés ou des mots-clés qui placeront les liens désirés en bonne position. Il faut alors consacrer un budget à votre stratégie de communication en ligne. Sachez néanmoins que la durée de vie des informations est souvent assez courte. «Si vous subissez des propos diffamants sur un blog par exemple, selon sa fréquence de mise à jour, les liens disparaîtront rapidement des moteurs de recherche» , rassure Sébastien Langlois. Votre seule façon d'agir est d'intervenir auprès des personnes responsables des propos gênants diffusés à votre sujet. Toutefois, rassurez-vous, les recruteurs savent en général faire la part des choses.

Un directeur commercial mêlé à un procès en cours de cassation en tant qu'ancien gérant d'une PME subissait ainsi des déboires judiciaires dont Internet se faisait l'écho. «J'ai glané cette info sur Google. Mais le candidat m'a expliqué les choses factuellement, relate Olivier Dardelin (Dardelin Conseils). Impossible de refuser de le recevoir sous prétexte qu'il vivait alors des démêlés judiciaires. Si je fais presque systématiquement des recherches sur Internet, ce n'est en aucun cas ce qui me décide à recevoir ou non un candidat». Veillez néanmoins à ne pas vous défouler sur votre précédent employeur sur votre blog! Les recruteurs risqueraient sans doute cette fois- ci d'être moins indulgents. Et puisqu'il est si difficile d'effacer ses traces sur Internet, alors préparez-vous à répondre à d'éventuelles questions d'un recruteur qui vous aura «googlelisé». Et pour éviter les surprises, «googlisez-vous» régulièrement. Assurer ce travail de veille est important. Etre au fait de ce qui se dit de vous vous armera ainsi pour mieux répondre aux recruteurs. Et pour ne pas passer pour un célèbre bandit!

Olivier Dardelin,
dirigeant de Dardelin Conseil

«Google est une source d'information de plus.»

Le témoignage de
Stéphane Bennour,
directeur et cofondateur de la SSII Neos SDI

«J'ai pris conscience de la faiblesse d'un candidat en découvrant son blog sur Google»


«Dans le cadre d'un recrutement de managers, j'effectue systématiquement une recherche sur Google», affirme sans détour Stéphane Bennour. Ce fut d'ailleurs le cas pour l'embauche de ses quatre directeurs d'agences, des commerciaux aguerris avec une expérience commerciale de plus de quinze ans. «Internet me permet tout de suite de savoir si la future recrue a un passé de communicant en comptant les articles de presse qui parlent d'elle. Une qualité inhérente à la fonction de directeur commercial», justifie Stéphane Bennour. Le directeur général avoue d'ailleurs sa surprise quand il reçoit de bons CV et tombe en revanche sur des blogs où la personne concernée ne tient pas des propos en lien avec l'image positive véhiculée dans sa candidature. Le manager a ainsi découvert la faiblesse d'un candidat en allant sur son blog, criblé de fautes d'orthographe. «J'ai du mal à concevoir qu'un directeur commercial puisse bien faire son travail et rédige par ailleurs de tels textes sur Internet. L'orthographe est pour moi un critère de sélection qui peut être rédhibitoire. Les documents doivent être parfaits pour que le client ne bute pas sur la forme mais s'attache au fond.» Stéphane Bennour en a parlé en entretien et le candidat lui a bel et bien confirmé ses lacunes en la matière. Il ne l'a pas recruté.