Mon compte Devenir membre Newsletters

Automobile 4/4 : Gestion pour compte : le marché prend de la vitesse

Publié le par

Rester propriétaire de sa flotte, mais en externaliser toute la gestion. C’est le choix opéré par certaines entreprises, propriétaires de très grandes flottes. La formule, appelée “fleet management” ou, en bon français, “gestion pour compte”, a convaincu bon nombre de groupes publics ou parapublics. « Désormais, elle remporte un succès croissant auprès des grands comptes du secteur privé, observe Pierre Geoffroy, directeur marketing de Hertz Lease France. Mais elle est intéressante si la flotte excède 1 000 véhicules. »

La gestion du parc d’un côté…

Concrètement, le loueur va assurer la maintenance et la gestion quotidienne d’une flotte dont il n’est pas propriétaire. Il établira un reporting régulier, sera l’interlocuteur des conducteurs et des prestataires (réparateurs, par exemple), identifiera les éventuels dysfonctionnements, etc. Plusieurs raisons peuvent conduire un gestionnaire de flotte à opter pour cette solution hybride. « Jusqu’en 2001, explique Philippe Buros, directeur général de Diac Location, les entreprises avaient du cash. C’était, notamment, le cas des acteurs de la grande distribution… » Mais – ralentissement économique mondial aidant – les décideurs ont trouvé bien d’autres affectations pour leur trésorerie ! Alors, pourquoi la gestion pour compte continue-t-elle de faire recette ? « Parce que bon nombre de sociétés l’utilisent comme une formule transitoire, répond Pierre Geoffroy. Elles testent la LLD via la gestion pour compte et, séduites, passent ensuite au “full services”. » Autre raison invoquée : « Les grandes organisations font le pari de négocier de bien meilleures conditions que les loueurs », observe Jean-Christophe Baudet, directeur marketing et communication d’Avis Fleet Services.

… Le financement de l’autre

Ces sociétés estiment donc qu’elles ont intérêt à financer elles-mêmes (souvent à crédit) leurs véhicules, mais entendent se débarrasser des soucis de gestion de la flotte. « D’ailleurs, leurs appels d’offres distinguent le financement de la gestion de parc », note Jean-François Chanal, directeur général délégué d’ALD Automotive. Ainsi, il n’est pas rare de voir l’un de ces grands groupes réaliser des montages complexes pour financer sa flotte, et, de même, faire appel à plusieurs loueurs pour la partie “fleet management”. C’est aussi ce que préconisent, bien souvent, les courtiers ayant développé une activité gestion de flotte. Aon est l’un d’entre eux : courtier en assurance, le groupe a créé une filiale, Aon Auto, qui propose aux entreprises d’étudier leur dossier flotte, d’en assurer la gestion quotidienne et, surtout, d’optimiser leurs coûts. « Pour chaque entreprise, nous étudions l’offre du marché, les avantages concurrentiels de chaque fournisseur, etc., indique Jean-Baptiste de Bony, consultant chez Aon Auto. Au final, nous sommes fréquemment amenés, pour de grands comptes, à combiner les offres de plusieurs loueurs. » Enfin, indique Yves Cadio, directeur commercial ventes directes de Lease Plan, « le fleet management intéresse les sociétés dont les véhicules doivent, pour une raison ou pour une autre, être amortis sur une période très longue, supérieure ou égale à cinq ans ». « De même, ajoute Jean-François Chanal (ALD Automotive), il convient à celles dont les voitures ont été carrossées ou équipées de façon très particulière. » La flotte est alors difficile à revendre. L’entreprise n’aura donc pas d’autre possibilité que d’en être propriétaire, ce qui ne signifie nullement qu’elle devra en assumer les tracas quotidiens !

Bon à savoir

- Bon nombre de sociétés utilisent la gestion pour compte comme une formule transitoire avant de passer à la location longue durée “full services”. - Cette formule se révèle bien adaptée aux parcs de véhicules devant être amortis sur une longue période, ou encore équipés de façon particulière.