Avec e-velop,envoyez des mails sécurisés

Publié par le

Réponses aux appels d'offres, bons de commande, propositions commerciales... Autant d'informations échangées parfois par lettres recommandées qui peuvent désormais être transmises par mail de manière sécurisée. La solution ? E-velop, que vient de lancer Document Channel. Concrètement l'expéditeur crée son compte e-velop sur le site www.evelop-service.com. Le mail est donc hébergé sur un espace sécurisé. Quant aux pièces jointes, elles transitent via un lien internet lui aussi sécurisé. Le destinataire reçoit dans sa messagerie usuelle un e-mail lui notifiant la réception d'une e-velop. Il clique alors sur un lien qui le renvoie sur le site. Après avoir, à son tour, créé un compte, il accède au contenu de l'e-velop. A noter, chaque courrier peut contenir jusqu'à 60 Mo. Les e-velops sont conservées sur le serveur de Document Channel pendant un an. Une durée qui devrait être prolongée. Pour le moment, l'e-velop ne dispose pas de la même valeur juridique qu'une lettre recommandée postale. «Mais la législation devrait conférer aux documents numériques sécurisés le même statut qu'une lettre recommandée», affirme Claire Romezin, directeur marketing de Document Channel. Côté prix, envoyer une e-velop vous coûtera en moyenne 0,80 euro HT par envoi pour 300 e-velops achetées.

Sur le même sujet

Et si on revoyait enfin nos process de prospection ?
Process de vente
Et si on revoyait enfin nos process de prospection ?

Et si on revoyait enfin nos process de prospection ?

Par Emmanuel Faure - Faure-U

Téléphone, e-mailing, social selling,... chaque commercial y va de sa préférence pour prospecter. Et si enfin on arrêtait de prospecter sur [...]

Traiter l'objection d'un client qui multiplie... les objections
Process de vente
Traiter l'objection d'un client qui multiplie... les objections

Traiter l'objection d'un client qui multiplie... les objections

Par Pascal Py (ForVentOr)

Comment se comporter face à un client qui multiplie les objections ? Dans son livre, Faire signer ses clients, Pascal Py revient sur le traitement [...]