Mon compte Devenir membre Newsletters

Base de données : Louer son progiciel pour débuter ?

Publié le par

Louer des applications décisionnelles selon vos besoins, au temps passé ou au mois, via un ASP (application service provider), pourquoi pas ? Cette solution est intéressante surtout pour les PME qui n’ont pas les moyens d’acheter des licences. Mais prudence, les offres sont encore limitées et pas forcément au point.

Les progiciels décisionnels coûtent encore très cher et sont relativement peu accessibles aux PME et pas du tout aux très petites entreprises. Pourtant, ces sociétés-là, comme leurs aînées, ont besoin de pouvoir analyser régulièrement leurs bases de données : savoir si un client présente des risques liés au paiement ou s’il est susceptible d’aller voir la concurrence, savoir si telle entreprise très consommatrice d’un produit peut avoir besoin d’un service complémentaire, comprendre pourquoi le commercial responsable de la région Sud-Ouest réalise moins de ventes qu’un autre dans le nord de la France, etc. Autant de questions auxquelles il est difficile, voire impossible de répondre sans l’aide d’un outil informatique adapté. Des coûts plus faibles… Bien conscients des besoins de ce segment de clientèle, la plupart des éditeurs proposent désormais – ou sont sur le point – de louer leurs applications au temps passé à les utiliser ou selon un forfait mensuel (généralement de l’ordre de 2 000 ou 3 000 francs). Gros avantage de ce système, baptisé ASP, les entreprises n’ont plus à acheter la licence de progiciels extrêmement coûteuse. Via internet, elles se connectent sur le site portail de l’éditeur et, à partir d’un code d’accès personnel, arrivent dans un espace qui leur est réservé. Elles y trouvent alors l’application (ou les applications) qu’elles louent et peuvent s’en servir comme si elles en possédaient la licence. Dans une étude de mars 2000, IDC estimait ainsi que “le recours à des services ASP offre aussi bien une réduction des coûts (de l’ordre de 25 à 40 %) dans l’implémentation et la maintenance des applications, qu’un accès à des technologies applicatives traditionnellement trop coûteuses pour des PME-PMI.” … mais une offre limitée Dans ces conditions, les entreprises doivent-elles attendre avant d’avoir recours à l’ASP ? Sans doute encore un peu, car cette technologie pose plusieurs problèmes. D’abord, même si elle va se développer, l’offre n’est pas encore très large : Siebel, JD Edwards et Ariba ne proposent pour l’heure que des applications de finance et comptabilité (et pas encore de vente). Actuellement*, seuls SAP et Intelligent Sales Objects ont des offres intéressant directement les forces de vente. Ensuite, il y a des frais cachés dans ces offres : si la location de l’application revient moins cher que l’achat d’une licence, il faut ajouter le prix des communications, qui peut rapidement grimper si l’on n’y prend garde. Enfin, les contrats avec les éditeurs doivent être soigneusement négociés en terme de maintenance et d’intégration, car le risque est de se retrouver avec une application qui “dialogue” mal avec le système d’information de l’entreprise. En clair, il est judicieux d’observer le marché et de se renseigner, mais mieux vaut sans doute attendre encore quelques mois que les offres deviennent réellement conséquentes, et l’on évitera ainsi de “payer les pots cassés”. * À la date d’impression du magazine

Un marché prometteur “Bien qu’en phase de dévelop-pement commercial, ce marché de l’ASP représentera plus de 1,4 milliard de francs pour les acteurs en France à l’horizon 2004, pour les seules applications “gestion d’entreprise”, ” explique Alain Pétrissans, responsable du pôle logiciels d’IDC et auteur de l’étude sur les ASP. Une conclusion qui illustre bien les perspectives très prometteuses de ce marché. Ce sont essentiellement les PME-PMI qui sont visées par les éditeurs de progiciels, qui voient là un moyen de trouver de nouveaux débouchés alors que le marché des grands comptes arrive peu à peu à saturation. Si vous êtes intéressé par ce système, allez consulter les offres (certaines sont encore en préparation) directement chez les principaux édteurs : Siebel, JD Edwards, SAP, Oracle, Clarify, ISO, PeopleSoft, Front Sales et Selling Vision.

Louer des services applicatifs via un ASP représente une économie de 25 à 40 % pour une entreprise. Ce n’est pas négligeable pour des PME qui n’ont pas les moyens d’acheter la licence de solutions décisionnelles.

Une solution simple, packagée à la demande et facturée au mois : mais attention, pour le moment, l’offre est encore limitée. Même les grands éditeurs la mettent tout juste en place…