Mon compte Devenir membre Newsletters

Cadeaux publicitaires 1/3. Papeterie et articles de bureau : le choix de l’utile et du visible

Publié le par

Offrir un objet de bureau, c’est avoir une chance d’être présent du matin au soir, cinq jours sur sept, à l’esprit d’un décideur. » Pour Hubert de Corbier, directeur général de Média-Note, pas de doute : les stylos, blocs de feuillets repositionnables ou tapis de souris sont l’exemple même du cadeau publicitaire utile et efficace. Les entreprises l’ont bien compris, qui plébiscitent ce genre d’objet. Selon une étude du Syprocaf (Syndicat des producteurs de cadeaux d’affaires et d’objets publicitaires), les instruments d’écriture et objets de bureau et de papeterie se partagent la première place dans le classement des produits de communication : les deux tiers des sociétés interrogées affirment les utiliser. Mais voilà, l’offre est pléthorique, les matières et formes, variées. Alors, attention à ne pas vous tromper ! Si certaines agences spécialisées peuvent guider votre choix (Concorde, Tir Groupé, Cadeau Relation, etc.), il est néanmoins nécessaire d’avoir quelques repères. Dans la série des classiques indémodables, on trouve, en première position, le stylo. Sur ce créneau, les marques ne manquent pas : Stabilo, Sanford Écriture, Inoxcrom… Pour Annick Soto, directrice commerciale du circuit objets publicitaires chez Stypen, le stylo a de beaux atouts : « Les cadeaux utiles sont plébiscités. Or, quel objet l’est davantage qu’un stylo ? » Un article qui, sans prétention, joue donc parfaitement son rôle. Ce qui compte ici, c’est le design et la surface, qui permet de personnaliser l’objet. Le Compact 3 de Stypen, par exemple, offre une surface importante. Autre atout du stylo : son prix modique. Chez Stypen, l’unité vaut entre 26 et 81 centimes d’euro HT pièce. Attention, en revanche, aux quantités minimales à commander. Sur ce marché, elles peuvent être assez élevées. Totalement complémentaire du stylo, le papier est la spécialité de Média-Note, qui propose, sous diverses formes, des blocs de minifeuillets repositionnables. Au-delà des blocs basiques, Média-Note dispose d’une offre plus sophistiquée. La marque propose, par exemple, des impressions personnalisées, l’ajout de marque-pages qui peuvent être, eux aussi, personnalisés ou encore des découpes originales. « Nous pouvons également utiliser des matières plus nobles pour la couverture : des pelliculés, vernis mats ou brillants ou des cartons ondulés qui donnent un aspect plus haut de gamme », explique le directeur général de Média-Note. D’autres articles sont plus récemment apparus : le papier repositionnable en rouleau, le calendrier chevalet avec bloc et marque-pages, le tapis de souris et même l’ardoise effaçable, avec clip et crayon intégrés. Bien évidemment, les prix varient selon la complexité du produit. Ainsi, pour un bloc simple, les tarifs oscillent entre 0,40 et 1,50 euro HT.

Des formes tendance

Vient, ensuite, une foultitude d’articles à poser sur un bureau. Chaque marque a sa spécificité. Après avoir assis sa renommée grâce aux porte-clés en plastique, Bourbon Communication, filiale du groupe Bourbon, propose des règles, des distributeurs de feuillets repositionnables ou encore des supports pour téléphone portable. L’une de ses dernières créations : la règle tube. « La personnalisation se fait grâce au tube, destiné à emprisonner un produit rappelant l’activité de l’annonceur », explique Philippe Ventezou, directeur commercial de Bourbon Communication. Taureau Ailé, par exemple, y a introduit du riz. Mais l’annonceur peut aussi opter pour un calendrier de forme cylindrique. Un objet dont le prix varie entre 2 et 3 euros HT, contre 1,5 à 2 euros pour les règles classiques. La personnalisation peut aussi se traduire par le choix d’une couleur originale pour le moulage. Toutefois, selon Philippe Ventezou, « le blanc reste une valeur sûre, car il s’accorde avec n’importe quel logo, et ce quelle que soit sa couleur ». Dans la même veine, La société Manylord propose des objets publicitaires en plastique. Du porte-mobile aux règles, en passant par les pots à crayons et autres tapis de souris, tout, ici, joue la carte de la transparence et de l’originalité des formes. Frédéric Goutchat veille à suivre les tendances du moment. Après les formes rectilignes, la mode est désormais aux arrondis. « Notre nouvelle gamme, baptisée Swing, est galbée. Nous l’avons déclinée sur le porte-mobile, le tapis de souris et le pot à crayons. Nous avons également créé de nouveaux aspects, comme le plastique givré ou l’aspect verre. » L’ensemble de la gamme vaut entre 1 et 2 euros HT, sauf le tapis de souris, dont le prix varie de 2,5 à 3 euros HT. Et puis, il y les originaux : c’est le cas du Page’up, créé en 1996 par Étienne Dill. Il s’agit d’une demi-sphère destinée à faire tenir une ou plusieurs feuilles à la verticale. Le Page’up Original est vendu entre 2 et 2,50 euros HT (en blanc et avec une impression deux couleurs). Le Smart’in, version dédiée à la publicité du fait de la taille de la surface personnalisable, est, lui, vendu moins de 1 euro HT. Page’up propose également, depuis peu, une gamme Aqua. Il s’agit de Page’up dans lesquels on fait flotter des objets dans un liquide : des minicamionnettes pour un transporteur, des bouteilles pour une marque de boissons, etc. Un article très visuel, dont le prix oscille entre 2 et 3 euros HT. Page’up propose également une gamme sport, version ballon de foot ou balle de tennis, qui intéressera les entreprises sponsorisant des événements sportifs. À noter que, pour 20 à 30 centimes d’euro de plus, il est possible d’acquérir ses Page’up en boîtes individuelles, ce qui donne une valeur supplémentaire à l’objet. Toujours dans la série originale, on trouve des articles plus haut de gamme. WoodBox, par exemple, travaille sur une matière assez rare sur ce marché : le bois. « Nous obtenons des articles nobles, que l’on garde longtemps », assure Cécile Grelot, responsable commerciale. Cartes de vœux, tapis de souris, sous-main ou encore calendriers : l’offre est variée. Produits en série à partir de 50 unités seulement, les articles sont vendus entre 5 et 6 euros HT pour le tapis de souris, et entre 1 et 2 euros HT pour la carte de vœux quadri. Des objets nobles qui s’offrent de la main à la main.

Mot clés : euro | page | euros ht | hb

A lire aussi

Chargement en cours, veuillez patentier...

Anne-Françoise Rabaud