Mon compte Devenir membre Newsletters

Cadeaux publicitaires 3/3. Bonbons et chocolats : donnez du goût à votre communication

Publié le par

Certes, la durée de vie des chocolats, bonbons et autres confiseries est courte. Très courte, même, pour peu que la friandise tombe entre les mains d’un gourmand. Mais une chose est sûre : alors que bon nombre de cadeaux publicitaires seront remisés au fond d’un tiroir sans même être déballés, les lettres ou dessins figurant sur l’emballage seront vus et lus avant que les confiseries ne soient dévorées. Côté bonbons, la marque Skendy, détenue par la société France Bonbons Caramels, propose une large gamme de friandises (acidulées, à la pulpe de fruit, au caramel, à la menthe, etc.), depuis le petit bonbon ovale jusqu’à la sucette. Ces friandises peuvent être vendues en vrac – pour un prix oscillant entre 5 et 8 euros HT le kilo selon le nombre de couleurs d’impression, à partir de 40 kilos au minimum – ou dans un étui. Non seulement chaque friandise est alors communicante, mais la boîte qui les contient peut, elle aussi, être habillée aux couleurs de l’entreprise. Il faut compter 1,50 euro HT pièce pour la boîte “carte de visite gourmande”, dans laquelle les commerciaux peuvent glisser leurs coordonnées. Côté chocolat, la Chocolaterie de Marlieu renforce, cette année, son implantation sur le marché de l’objet publicitaire, en commercialisant quatre boîtes personnalisables, grâce à une impression dorure à chaud : le “pochon”, qui contient deux chocolats (0,75 euro pièce à partir de 500 exemplaires), l’“étui convive” de trois chocolats parfumés, la “boîte dégustation” et la “boîte prestige”, garnies de dix chocolats. La célèbre marque Marquise de Sévigné propose, pour sa part, des miniballotins et des bonbonnières de petits napolitains, dont les bagues peuvent décliner les couleurs de l’entreprise. Quant à Valrhona, référence du chocolat noir, ses “perles de chocolat” noir et au lait, vendues dans de petites boîtes en métal glissées dans un étui en carton arborant le logo de l’entreprise, remportent un vif succès. Le prix de l’étui de deux boîtes : 3,60 euros HT pièce, à partir de 510 unités.

Le chocolat, support de communication

Les entreprises qui souhaitent aller plus loin dans l’appropriation du produit pouront personnaliser le chocolat lui-même. Chez Jadis et Gourmande, trois méthodes de personnalisation du chocolat ont été mises au point. « Nous pouvons reproduire, grâce à un moule dans lequel nous coulons le chocolat, la forme de n’importe quel objet, pourvu que sa taille soit raisonnable, déclare Istvan d’Eliassy, p-dg de Jadis et Gourmande. À titre d’exemple, nous avons édité une série de chocolats en forme de flacons de parfum pour un grand couturier français. » Jadis et Gourmande est également en mesure d’imprimer un logo ou un texte directement sur le chocolat, en le coulant sur une plaque préalablement gravée. Le format “carte de crédit” de 75 grammes est vendu 2,60 euros HT pièce, auxquels il faut ajouter 400 à 600 euros pour la création de la plaque. Les budgets plus serrés pourront se rabattre sur une écriture manuelle en chocolat blanc sur chocolat noir. À noter, enfin, l’arrivée d’un nouveau prestataire sur le marché français : Belgium Best, qui se démarque de ses concurrents par la variété des packagings qu’il propose. Ses produits phares : la canette de 33 cl personnalisée et garnie de 100 grammes de pralines belges, vendue 3 euros HT, à partir de 1 000 unités ; le calendrier de l’Avent, dont les rectos et versos sont personnalisables, tout comme les bagues des 24 chocolats qu’il contient (4,15 euros HT pièce) ; enfin, les “paper mints”, minidistributeurs de 24 feuilles de menthe, sont vendus 1 euro pièce. De quoi régaler ses clients.

Mot clés :

Maud Aigrain