Mon compte Devenir membre Newsletters

Cartes essence : cinq raisons de se laisser tenter

Publié le par

Les cartes carburant séduisent aussi bien les grands comptes que les PME. Leurs atouts ? Simplicité d’utilisation et multiplicité des services associés.

1-La fin des avances et des notes de frais

Les entreprises qui dotent leurs forces de vente itinérantes de cartes carburant font définitivement une croix sur les complications liées au remboursement des notes de frais ou aux avances. En effet, les prestataires adressent aux entreprises clientes des relevés détaillés et périodiques, en général bimensuels. De plus en plus, surtout pour les grands comptes, ces relevés sont transmis via Internet, en mode sécurisé. « À partir de ces relevés, le service comptabilité ou la direction commerciale peuvent facilement comparer les dépenses par région, par filiale, par type de carburant ou encore par type de véhicule – poids lourds ou véhicules de tourisme », souligne Catherine Grosset, responsable marketing cartes carburant du groupe BP. Ces relevés précis permettent de suivre en temps réel l’évolution des différents postes, de comparer les coûts et de repérer les éventuelles anomalies, comme l’utilisation excessive de la carte par un commercial.

2-Un “verrouillage” de la consommation

Les pétroliers proposent d’encadrer l’utilisation des cartes selon un certain nombre de paramètres. La carte Total GR Actys Eurotrafic, équipée d’une puce, permet d’adapter le volume du plein en fonction de la capacité du réservoir du véhicule, de déterminer un plafond mensuel de consommation ou de définir les jours d’utilisation. « Un conducteur qui se présente à la pompe en dehors des jours fixés ne pourra pas régler avec sa carte essence », explique Hervé Hébert, responsable marketing des cartes Total. L’option Contrôle + de Total permet de suivre, mois par mois, les éventuelles anomalies selon les options choisies. La carte BP Plus propose, elle aussi, un certain nombre d’options (couverture nationale ou internationale, choix des services annexes…), mais ne permet pas, pour l’instant, de limiter son utilisation à certains jours. Cependant, un état des anomalies peut être établi ponctuellement à la demande du client. Shell propose, avec sa carte EuroShell, quatre niveaux de services, qui comprennent, outre le carburant, des options sur les péages, les services au véhicule, les achats en boutique et le dépannage en Europe.

3-Une vision globale des frais de route

Si hier les cartes essence ne permettaient de régler que le carburant, désormais, elles offrent une vaste palette de possibilités. « Outre le carburant, les possesseurs de la carte BP Plus peuvent régler tous les produits et services de la station – pneus, lavage, achats en boutique – ainsi que les frais de péages autoroutiers », explique Catherine Grosset (BP). En plus de ces différentes options, la carte Total, quant à elle, permet, depuis février dernier, de régler le stationnement dans les parkings du groupe Vinci. « La facture adressée au client synthétise l’ensemble des transactions liées à l’utilisation des véhicules, en classant les dépenses par catégories : carburant, péages autoroutiers, parking », explique Hervé Hébert (Total). De fait, ce système de facturation permet à l’entreprise cliente de gagner du temps. Elle n’a plus à “éplucher”, comme naguère, l’ensemble des coupons de péage et de parking avant de les transmettre à la comptabilité.

4-Un prix négocié au niveau national

Qui dit carte carburants dit prix négociés ou prix “barème”. Cela signifie que la société pétrolière applique une remise contractuelle sur le prix à la revente. Quelle est le montant de la remise accordée aux clients ? Les pétroliers se font, sur ce point, extrêmement discrets. Le rabais, qui se mesure en centimes d’euro, varie principalement en fonction de la consommation de l’entreprise, mais il est difficile d’en savoir davantage. « Nos clients bénéficient d’un prix unique quelle que soit la station-service : à Marseille, à Paris ou dans le Vercors, l’entreprise paie le même prix au litre », précise Hervé Hébert (Total). Cela permet aux entreprises clientes de calculer à l’avance leur budget essence avec davantage de précision. Le tarif de base, c’est-à-dire le tarif auquel sera appliqué le barème de réduction, est revu périodiquement en fonction du cours du dollar, du prix du baril de pétrole… Et comme le précise Catherine Grosset (BP), « les clients sont facturés au tarif barème, sauf si le prix à la pompe est plus intéressant. Auquel cas, c’est ce dernier qui est retenu ».

5-Une grande souplesse d’utilisation

Les cartes essence proposent différents niveaux de sécurité : la puce (pour la carte Total) et les traditionnels codes confidentiels. La carte GR Actys Eurotrafic de Total offre, par exemple, un choix de trois codes sécurité. « Dans le cas où une carte est perdue ou volée, nous remboursons à l’entreprise tous les débits réalisés après la déclaration de perte ou de vol, souligne Hervé Hébert (Total). Par ailleurs, nous sommes en mesure d’alerter une entreprise cliente lorsque nous constatons une opération anormale, comme le paiement de quatre pleins d’essence la même journée avec la même carte. » Chez BP, la mise en opposition se fait par fax ou par e-mail. Toutes marques confondues, la souplesse d’utilisation a sensiblement évolué avec l’arrivée d’Internet. Désormais, les pétroliers proposent à leurs clients de gérer les cartes en ligne. C’est le cas de Total, qui, outre les services d’un centre d’appels 24 heures sur 24 en cas de perte ou de vol de la carte, propose un service Internet. Celui-ci permet non seulement de créer, de consulter ou de modifier sa carte, mais aussi de faire opposition en cas de perte ou de vol.

LE marchÉ français

-Total, le plus représenté Nom de la carte : GR Actys Eurotrafic Prix de vente : 10,50 euros par carte et par an Nombre de stations-service : 4 500 sur le territoire national Minimum de consommation : 200 litres par mois Nombre de cartes en circulation : 1,5 million. Délais de paiement d’environ deux semaines ; possibilité d’adresser des fichiers de facturation sécurisés via Internet. - BP joue la gratuité Nom de la carte : BP Plus Prix de vente : gratuit Nombre de stations-service : 540 sur le territoire national Minimum de consommation : 500 litres par mois Nombre de cartes en circulation : 95 000. Possibilité d’opter pour BP Plus Europa, valable dans 35 pays d’Europe. - Shell, associé à Esso Nom de la carte : EuroShell Prix de vente : gratuit Nombre de stations-service : 1 800 sur le territoire national Minimum de consommation : 200 litres par mois Nombre de cartes en circulation : NC. Shell propose une carte carburants mixte, en association avec Esso, et une version Europe valable dans 35 pays.

Mot clés :

Anne-Françoise Rabaud