Mon compte Devenir membre Newsletters

Ciblage.Huit conseils pour bien choisir son objet publicitaire

Publié le par

Redoutable vecteur de communication, l’objet publicitaire assure à son donateur une visibilité maximale, s’il est sélectionné avec soin.

1 / Bien définir sa cible

Connaître à l’avance ceux et celles qui recevront votre objet publicitaire est essentiel. Deux éléments majeurs sont à prendre en considération. Primo : la nature de la cible visée. « S’agit-il d’une population plutôt masculine ou féminine ? Cette information est déterminante si l’on choisit, par exemple, un vêtement, souligne Jean Drapeau, directeur général des Objets-Publicitaires.com. Vise-t-on des cadres ou des employés ? Des fournisseurs ou des clients ? Autant de questions que la direction commerciale doit se poser très en amont de l’opération. » Secundo : la taille de la cible. Une entreprise ne choisira pas le même objet publicitaire selon qu’elle le destine à ses dix meilleurs clients ou à plusieurs centaines de prescripteurs. Dans le premier cas, elle pourra jouer sur l’aspect qualitatif du produit ; dans le second, des objets plus basiques et moins onéreux, comme des stylos, des briquets, des sacs, etc., seront plus appropriés.

2 / Quel mode de distribution ?

Souvent distribué à l’occasion d’un salon professionnel, l’objet estampillé du logo de l’entreprise peut également être remis par un commercial lors d’une visite terrain ou encore être joint à un mailing. Du mode de distribution retenu par l’entreprise dépendra le choix de l’objet. « Dans le cas d’un envoi par courrier, il faudra, bien évidemment, privilégier un produit plat, léger et peu encombrant, tel qu’un petit support de téléphone en carton, un porte-clés ou encore une carte vins, sorte de thermomètre servant à prendre la température des grands crus », poursuit le porte-parole de la société Objets.Publicitaires.com.

3 / À quelle occasion ?

Chargé de véhiculer le nom d’une entreprise, l’objet publicitaire peut également être utilisé pour relayer, auprès des clients ou prescripteurs, certains événements clés, comme le lancement d’un produit ou l’entrée en Bourse d’une société. « La qualité et l’apparence de l’objet seront alors fonction de l’objectif à atteindre, souligne Jean Drapeau. Dans le cas du lancement d’un médicament, un laboratoire pharmaceutique peut faire fabriquer un pot à crayons ou un porte-clés en forme de gélule. »

4 / Utile, visible, fonctionnel

Les experts sont unanimes sur ce point : un objet publicitaire doit être utile, pratique et fonctionnel. « C’est essentiel pour qu’il ne finisse pas au fond d’un tiroir », prévient Laurence Marcadet, chef de produit chez Pentel. Objet du quotidien au bureau (stylo, tapis de souris, cadre photo) ou bien utilisé à titre plus personnel (parapluie, casquette, coupe-vent, tee-shirt), il doit aussi être visible. « Son objectif est d’être vu et revu tout au long de la journée. Il est donc important de favoriser les produits que l’on peut exposer, porter ou manipuler à loisir, comme de petites calculatrices, par exemple », ajoute Laurence Marcadet.

5 / Discrétion assurée

Si vous optez pour un objet voué à un usage personnel, du type sac à dos ou tee-shirt, veillez à ce que votre logo ne se voit pas à des kilomètres à la ronde. Le destinataire de l’objet n’aura pas forcément envie de voir tous les regards braqués sur lui. « Il faut jouer, ici, la carte de la discrétion, confirme le porte-parole de Pentel. En veillant à la taille des caractères et à l’emplacement du logo sur le produit. »

6 / Dans l’air du temps

Le bon objet publicitaire, c’est le gadget utile et amusant qui fait plaisir et auquel on ne s’attend pas forcément. « La personne qui reçoit le produit doit avoir envie de l’arborer et, pour cela, doit être séduite, indique Laurence Marcadet. Pour retenir l’attention de votre destinataire, choisissez donc un objet qui soit tendance, totalement dans l’air du temps. » Miser sur l’originalité sous-entend de favoriser le look de l’objet. « Il faut jouer soit sur la forme, soit sur la matière choisie. La couleur aluminium est l’une des tendances du moment », précise-t-elle. N’hésitez pas non plus à surfer sur la vague des nouveautés high-tech et à opter pour des gadgets très à la mode actuellement, comme les façades de téléphone portable interchangeables.

7 / Tenir compte dela saisonnalité

L’entreprise doit absolument tenir compte de la période à laquelle sera programmée la distribution ou l’envoi de ce produit. « Pour assurer une visibilité maximale à son produit, la société doit faire en sorte qu’il réponde à un besoin saisonnier, souligne le porte-parole de Pentel. On favorisera donc les lunettes de soleil en période estivale et les écharpes polaires à l’approche de Noël. »

8 / Combien ça coûte ?

Les professionnels du secteur distinguent deux catégories d’objets. Les produits basiques, tels que les stylos et briquets, dont le prix à l’unité se situe en dessous de cinquante centimes d’euros. Et les objets plus haut de gamme, comme les vêtements, les sacs ou encore les porte-documents, facturés, eux, entre 3 euros et 10 euros au maximum.