Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment bâtir son CV pour passer le barrage des solutions d'e-recrutement

Publié le par

Les recruteurs et les services des ressources humaines sont de plus en plus nombreux à utiliser des solutions en ligne pour effectuer un premier tri des candidatures. Mais comment passer avec succès ce barrage? Conseils pratiques.

- Aujourd'hui, il ne suffit plus d'envoyer un CV pour espérer qu'il soit systématiquement lu. Avant d'arriver sur le bureau des recruteurs, ce document doit d'abord émerger de la masse. En effet, devant l'affluence des demandes d'emploi, la plupart des cabinets de recrutements et des DRH des entreprises qui gèrent un grand volume de candidats sont aujourd'hui équipés de solutions logicielles. Leur but? Automatiser, sur leurs sites web, la publication de leurs offres d'emploi mais surtout la collecte et le traitement des candidatures. Ces solutions intègrent des fonctionnalités pour automatiser le tri des candidatures. Une situation qui oblige les candidats à repenser leur curriculum vitae pour que ce dernier ait plus de chances d'apparaître «en haut de la pile». Si le tri entièrement informatisé de CV est interdit en France, les solutions destinées à «classer des candidatures» sont, elles, autorisées et opèrent de deux manières.

@ FOTOLIA/LD

CV à remplir ou à joindre

La première consiste à demander au postulant de compléter un formulaire en ligne. Plus les champs à remplir sont nombreux, plus le recruteur pourra procéder à des recherches fines pour trier les candidatures. Par exemple, il pourra ne visualiser que les CV des personnes ayant un niveau bac + 5, avec une expérience de plus de 10 ans dans le domaine de l'industrie pharmaceutique, à des postes d'encadrement commercial de plus de 10 personnes, parlant le français, l'anglais et l'allemand! Il est donc indispensable de remplir tous les champs proposés. Votre profil sera ainsi le plus complet possible - et donc le plus attractif - et susceptible de correspondre au plus près aux souhaits des recruteurs.

La seconde méthode utilisée par les recruteurs consiste à mettre en place sur leur site des formulaires courts, ne recensant que les informations basiques comme les coordonnées du candidat. Ce dernier est alors invité à joindre son CV en ligne.

Dans ce cas, l'entreprise dispose probablement d'une solution intégrant des outils d'analyse sémantique. Ces derniers permettent à la fois de «reconnaître» les informations contenues dans les CV reçus (quel que soit le format: Word, PDF, HTML, Txt, RTF...) et de les ajouter automatiquement dans sa base de données. Une telle solution facilite les recherches dites «intelligentes» dans un vivier de candidats par simple saisie de mots-clés ou d'expressions.

Une fois la reconnaissance de mots-clés réalisée, il existe deux méthodes de tri. La «méthode de scoring» permet au recruteur de pondérer chaque mot-clé ou expression. Par exemple, «grande distribution» vaudra 1, «chef de rayon» vaudra 2, «bricolage» aura un poids de 5, etc. La «méthode de ranking» calcule, quant à elle, le nombre de fois où un mot défini en amont comme clé est répété dans un CV.

L'expert

Frédéric Lapras est président de R.Flex Progiciel, un éditeur et intégrateur de solutions RH.

Utiliser le vocabulaire métier du recruteur

Pour augmenter les chances que votre CV soit lu par un recruteur, veillez à utiliser les bons mots ou expressions et notamment à respecter quelques règles. D'abord, utilisez le vocabulaire métier et/ou sectoriel de l'entreprise auprès de laquelle vous postulez. Par exemple, dans l'intitulé de la fonction, pour un même poste de commercial senior, les termes qui décrivent le poste dans l'annonce d'emploi pourront alternativement être «ingénieur commer cial senior», «commer cial grands comptes», «key account manager»... A vous de reprendre, dans votre CV, le terme utilisé dans l'annonce. Pour dénicher ces termes, analysez les mots-clés employés dans les offres correspondant au poste/ secteur d'activité visé. Vous pouvez aussi raisonner comme un recruteur et vous demander quels mots vous saisiriez pour définir votre recherche si vous étiez à sa place.

Autre règle à respecter: l'emploi d'une terminologie qui va du plus générique au plus fin, du secteur d'activité à la compétence opérationnelle. Par exemple, un candidat qui dispose d'une expérience de directeur commercial devra veiller à mentionner des postes qu'il a pu occuper auparavant en utilisant des termes tels que vendeur, commercial grand comptes ou encore ingénieur commercial. Le secteur d'activité doit évidemment apparaître avec des mots-clés (électronique, bâtiment, agroalimentaire...), mais vous devez aussi faire figurer dans votre CV des expressions recouvrant vos compétences opérationnelles: lancements de produits, organisations de campagnes marketing, mise en place d'un système de rémunération variable...

Des mots-clés pour chaque expertise à valoriser

En outre, dégagez les mots-clés qui caractérisent vos compétences. Si vous voulez insister sur une expertise, n'hésitez pas à la mentionner à plusieurs reprises dans votre CV. En effet, le logiciel relèvera à chaque fois l'utilisation de ce terme et donc le fera apparaître dans son analyse. Par exemple, si un candidat a connu trois expériences dans des entreprises fonctionnant en ventes indirectes, même si deux ont été menées lors d'un stage au début de sa carrière ou ont été de courte durée, la solution informatique va relever trois occurrences du mot-clé «ventes indirectes». Attention toutefois à ne pas tomber dans l'excès inverse, en saisissant une liste de compétences plus ou moins fictives qui ne font que déprécier vos compétences opérationnelles. Et n'oubliez pas que si votre curriculum vitae a été repéré grâce à la répétition d'une compétence, celle-ci doit être réelle au risque que votre candidature ne soit écartée lors de l'entretien avec le recruteur.

N'oubliez pas, enfin, de mentionner les noms des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé, même dans le cadre d'un stage, d'un intérim ou d'un CDD, car certains moteurs de recherche de compétences utilisés par les recruteurs se basent sur ces critères pour effectuer leurs sélections.