Mon compte Devenir membre Newsletters

Confiez la gestion de votre flotte à un prestataire 1/4

Publié le par

Plutôt que de supporter les coûts salariaux d’un service “gestion de flotte”, de plus en plus d’entreprises optent pour l’externalisation. Elles achètent de la tranquillité d’esprit et, surtout, allègent leur facture. 1/ À chaque problématique sa solution ! Les entreprises peuvent faire appel aux loueurs pour financer leur parc. Mais certaines restent propriétaires tout en en externalisant la gestion.

Les entreprises, désireuses de concentrer leurs efforts sur leur cœur de métier, sont de plus en plus nombreuses à externaliser la gestion de leur flotte. Pour cela, elles font appel à des spécialistes. D’où l’essor des solutions de location longue durée (LLD), qui permettent aux sociétés de se délester à la fois d’un coût financier et de contingences administratives lourds. À l’origine, la LLD est un mode de financement innovant du parc automobile : au lieu d’acheter sa flotte ou de la financer en crédit-bail, l’entreprise verse un “loyer” mensuel. Le prix tient compte des valeurs d’achat et de revente des voitures, ainsi que du taux de financement. Le contrat est signé pour une durée et un kilométrage prédéfinis. “ En tant que mode de financement, la LLD est une avancée extraordinaire, explique François-Xavier Rédier, directeur général adjoint d’Aon Auto, intégrateur de services automobiles. Elle soulage les entreprises des coûts financiers de leur flotte et leur permet d’affecter leur trésorerie à des investissements directement liés à leur activité principale. ” Plus de problèmes de négociation à l’achat ou à la revente. Or, le loueur – qui dispose d’une puissance d’achat considérable – négocie avec les constructeurs des conditions hors pair. Un privilège qui pèse lourd puisque cette remise “exceptionnelle” oscille entre 5 et 7 %, qui s’ajoutent aux 10 ou 12 % de réduction consentis par les constructeurs à leurs clients entreprises. En outre, les grands groupes signent des accords tripartites avec leur loueur et un ou plusieurs constructeurs, ce qui leur permet d’accéder à des tarifs encore plus privilégiés.

Forfaits ou frais réels ?

En outre, à côté de leurs prestations de base, les loueurs ont développé des offres optionnelles de services en tous genres. Car la gestion d’une flotte comprend, outre son financement, l’entretien, le prêt de véhicules de remplacement, l’assurance, le carburant, la gestion des sinistres et des pannes, etc. Pour délester les entreprises de ces tracas et de la facturation, les prestataires fournissent deux grands types de produits. D’une part, les forfaits, qui permettent au client de négocier – et donc d’évaluer à l’avance – le montant de ses dépenses. Mais ce produit possède les avantages et les inconvénients de tout forfait : l’entreprise paie la même somme, quelles que soient les interventions. Si, par exemple, le contrat prévoit que l’entreprise parcoure 100 000 kilomètres par an, elle versera son montant forfaitaire, même si le commercial n’en a réalisé que 40 000. Un bémol : ces conditions ne s’appliquent jamais en cas de faute du conducteur. Une formule qui possède l’atout de la simplicité, qui reste donc assez coûteuse. C’est pourquoi certaines entreprises, soucieuses de gérer leurs frais au plus juste, optent pour la seconde formule proposée par les loueurs : la facturation aux frais réels. “ Un choix qui, comme l’explique Franck Llagostera, a la préférence des très grandes organisations, capables de mutualiser les risques sur une flotte importante. ”

Externaliser en restant propriétaire

Reste que bon nombre d’entreprises préfèrent externaliser la gestion de leur parc tout en restant propriétaires de celui-ci. “ C’est culturel, souligne Damien Pellissier, directeur d’Arval PHH. Certains dirigeants restent attachés à la notion de propriété. ” Comme l’observe Franck Llagostera, responsable de l’audit stratégique chez Avis Fleet Services, “ certaines organisations utilisent l’automobile comme un placement de trésorerie ”. À ces partisans de la propriété, les prestataires offrent donc des formules dites de “gestion pour compte”, plus connues sous le nom de “fleet management” : la société est propriétaire de sa flotte, mais confie tout ou partie de sa gestion à un spécialiste. “ Il s’agit souvent d’une première étape, conclut David Pellissier. Les entreprises goûtent à l’externalisation à travers la gestion pour compte, puis passent à la LLD. ”

Témoignage

Olivier Tamberi, responsable du parc automobile de Glaxo Smithkline (1 800 véhicules dont 1 400 pour la force de vente) “ La force de vente est ravie : elle dispose d’un interlocuteur toujours disponible ” Les laboratoires Glaxo Smithkline ont connu deux fusions depuis 1996. Lors de la seconde, en 2001, l’entreprise – jusqu’ici propriétaire de sa flotte – a décidé d’opter pour la location longue durée. “ La flotte s’agrandissait. Nous voulions éviter d’immobiliser trop d’argent. La LLD nous a permis d’anticiper et de provisionner les charges qui y étaient liées. ” À l’issue d’un appel d’offre, l’entreprise choisit deux prestataires, puis renonce à l’un des deux pour ne plus collaborer qu’avec Arval PHH. Celui-ci gère les aspects commerciaux, mais aussi, et surtout, l’entretien et les pneumatiques. “ En revanche, nous avons choisi de passer par un courtier pour l’assurance et traitons en direct avec Total-Fina-Elf pour les cartes essence. Nous avons obtenu de meilleurs tarifs… ” En terme de confort, le laboratoire s’avoue donc “ pleinement satisfait ”, mais l’externalisation lui a aussi permis de réduire les coûts de gestion de sa flotte.

Lexique

_ Crédit-bail : contrat permettant à l’entreprise de louer un véhicule sans puiser dans ses fonds propres. À l’échéance du contrat, la société peut racheter le véhicule. _Location longue durée : formule de financement dans laquelle l’entreprise loue des véhicules pour une durée et un kilométrage définis. _Gestion pour compte : permet à l’entreprise d’externaliser la gestion de sa flotte tout en restant propriétaire.