Mon compte Devenir membre Newsletters

DHL ouvre des boutiques pour séduire les petites entreprises

Publié le par

Avec l'ouverture de sa troisième boutique à Paris, DHL renforce son plan de séduction envers les PME et les professions libérales. Une stratégie de proximité qui devrait se poursuivre en 2008.

Pour toucher les professions libérales du 8e arrondissement de la capitale, DHL vient d'ouvrir une troisième boutique. Une stratégie de proximité.

Pour toucher les professions libérales du 8e arrondissement de la capitale, DHL vient d'ouvrir une troisième boutique. Une stratégie de proximité.

Un cabinet d'architectes envoie une dizaine de plans à l'étranger chaque mois. Un cabinet d'avocats a, quant à lui, besoin de livrer des colis dans des pays européens. C'est cette cible de professions libérales et de petites entreprises travaillant à l'export que le transporteur DHL souhaite toucher à travers l'ouverture de sa troisième boutique dans le 8e arrondissement de Paris. Des salariés de DHL y accueillent les clients et jouent aussi les commerciaux terrain en prospectant dans le quartier. «Il s'agit d'offrir à chacun de nos clients une solution adaptée à leurs besoins. Leur priorité à tous '.perdre le moins de temps possible.», argumente Mathieu Floréani, directeur commercial et relation client de DHL Express France. L'objectif du transporteur est donc de mieux servir les TPE qui représentent déjà 40% de son chiffre d'affaires total. Sa stratégie est claire: toucher les clients occasionnels qui n'ont pas de compte DHL. Ces boutiques leur permettent donc de déposer leur colis sur le chemin du métro. Le maître mot: proximité. Pour parfaire ce dispositif, DHL est aussi présent chez 3 000 buralistes du réseau Altadis. Et la société compte même neuf automates à Paris afin de pouvoir réceptionner les colis à toute heure. «Boutiques et commerces du réseau ne concurrencent ni nos commerciaux terrain ni nos télévendeurs, assure Mathieu Floréani. Nous avons pris soin de segmenter notre base clients. Et les TPE qui fréquentent nos boutiques ne seraient de toute manière jamais démarchées par notre centre d'appels.»