Mon compte Devenir membre Newsletters

Demain, les clients seront incités au caprice

Publié le par

À LIRE AUSSI

Dans le monde qui vient, tous les métiers seront profondément bouleversés par les technologies, les lois sociales, les mentalités. Et en particulier dans la fonction commerciale. De plus, il deviendra évident que consommer est en soi un travail et que faire consommer l'est plus encore. Alors que les produits et services seront de plus en plus nombreux et divers, le consommateur aura besoin de disposer d'une véritable expertise lui permettant de juger de la qualité des produits, de leur disponibilité, de leur innocuité, des méthodes plus ou moins éthiques utilisées pour les mettre au point. Le développement des réseaux virtuels de commercialisation créera des techniques radicalement neuves de contact avec les consommateurs. La question-clé restera de créer les conditions de leur loyauté, alors que les clients seront incités au caprice, au changement, au «divers». Sans doute faudra-t-il inventer des métiers nouveaux de créateurs de loyauté, aidant les consommateurs à se sentir membres de tribus et qui leur apporteront, plus que des produits, un sentiment d'appartenance, de relations. Enfin, l'émergence des services, marchands, publics ou gratuits, conduira aussi à des méthodes nouvelles de commercialisation où il sera question de proximité. Et plus encore, de relation avec les autres, qui sera le premier besoin des temps à venir.

Jacques Attali qui vient d'être nommé par Nicolas Sarkozy, président de la Commission sur la croissance, a publié en mai 2007 un ouvrage intitulé L'avenir du travail aux Editions Fayard