Mon compte Devenir membre Newsletters

Des lieux de caractère pour fédérer ses équipes

Publié le par

L'éventail de possibilités qui s'ouvre aux entreprises voulant réunir leurs collaborateurs est vaste. Action Commerciale dresse un panorama des établissements français propices aux séminaires et conventions. Pour introduire ce guide, revenons sur l'état de ce marché qui semble, après la crise, avoir évolué vers une demande accrue d'établissements jouant la carte de la convivialité et de l'originalité.

L'heure n'est plus aux séminaires paillettes. Ce serait, dans la situation économique actuelle presque un manque de décence. Pour autant une convention sous le signe de la restriction et de l'austérité peut pousser vos collaborateurs à la perte de confiance et de motivation. Au contraire, devant des troupes fatiguées et parfois démoralisées, vous devez faire en sorte qu'elles se relèvent et aient envie de retourner sur le terrain avec énergie! Un colloque convivial et porteur de sens peut être un excellent levier pour leur insuffler un nouveau souffle. Si certaines sociétés, face aux restrictions budgétaires, ont bel et bien décidé de mettre au placard ce type de réunion professionnelle, d'autres perpétuent ces rendez-vous traditionnels et fédérateurs, tout en réduisant la voilure. Avec la crise, selon les professionnels du secteur, près des deux tiers des entreprises auraient restreint ce type d'activité en termes de budgets ou de manifestations. Le format des séminaires et conventions a donc changé.

La plupart des sociétés s'en tiennent désormais à des séjours plus courts, voire d'une demi-journée, et moins éloignés du site de travail.

Des lieux chaleureux

Plus courtes, ces réunions professionnelles se veulent aussi moins ostentatoires. Les hôtels quatre étoiles et autres établissements de prestige, malgré leurs efforts entrepris sur les prix pour ne pas perdre leurs clients, ont été désertés. La formule «hôtel» conserve, cependant, sa suprématie au niveau des séminaires et conventions, mais les entreprises ont tendance à se tourner vers les trois étoiles. Quant aux centres et palais des congrès, jugés autrefois austères et trop sérieux, ils ont pu récupérer une certaine clientèle grâce à des travaux de rénovation et l'aménagement d'espaces plus modestes qu'un grand auditorium. Les managers et leurs collaborateurs exigent des lieux à taille humaine et chaleureux. Les établissements indépendants, comme les demeures de caractère proposant un véritable dépaysement et offrant un supplément d'âme à l'événement, tirent leur épingle du jeu. Seules conditions: être bien équipés et facilement accessibles par les transports. Les séminaires se veulent désormais centrés sur le côté terre et nature. Plus écolos? Certains commanditaires prennent, en effet, en compte ce critère de développement durable en réduisant les transports, en établissant des systèmes de covoiturage et en proposant des buffets repas avec des produits de saison. Une stratégie dans l'air du temps qui permet aussi de réaliser des économies. Par ailleurs, si les entreprises sélectionnent un prestataire étiqueté «vert» plutôt qu'un autre, ce choix reste conditionné par le fait que la prestation ne soit pas plus chère.

Des événements fédérateurs

Les sociétés veulent de la souplesse et apprécient les formules «tout compris» facilitant l'organisation de l'événement et permettant d'obtenir des prix intéressants. Elles s'avèrent, par ailleurs, plus exigeantes sur les tarifs, le lieu, l'équipement et les prestations proposées. Mais attention, les entreprises ne se tournent pas forcément vers des chaînes hôtelières. Pour conjurer la morosité ambiante et stimuler les forces de vente, elles souhaitent des événements moins formels et plus participatifs. Elles préfèrent sacrifier les buffets luxueux et copieux pour prendre soin de leurs collaborateurs. Spa, séances de relaxation, dégustation de vins, cours de cuisine... L'heure est à la détente et à la sérénité, mais aussi à l'originalité! Les lieux ou parcs à thèmes bénéficient ainsi d'un grand succès.

Offrir un cadre ludique et atypique à ses équipes permet également de relâcher les tensions. Pour ressouder les liens entre leurs collaborateurs, les sociétés réclament beaucoup de «team building» et d'activités fédératrices. Les établissements doivent alors faire preuve de créativité et proposer un volet ludique adapté aux objectifs de l'entreprise et à son univers.

3 questions à Eric Guillemin, directeur général du salon et du guide Réunir: « Les sociétés ont une nouvelle approche pour leur séminaire »

Comment s'est porté le marché des séminaires et conventions ces derniers mois?
Comme pour beaucoup de secteurs d'activité, l'année 2009 s'est révélée globalement mauvaise. Le marché a baissé de presque 30 % en termes de chiffre d'affaires et d'au moins 20 % en volume. Néanmoins, nous percevons depuis janvier un véritable frémissement. Les col laborateurs ont besoin de se retrouver et de communiquer. Malgré cette embellie, la crise a laissé des séquelles, remis en question certains fondamentaux et fait naître de nouveaux comportements chez les commanditaires.


Les entreprises ont-elles changé la forme et la nature de leurs séminaires?
Nous avons, en effet constaté une transformation des séminaires. Certains d'entre eux, qui avaient habituellement une durée de deux jours, ont été convertis en une journée d'étude condensée sans hébergement voire une demi-journée d'étude. Autre phénomène: le raccourcissement des délais de prises de décision. Les entreprises ont désormais tendance à organiser l'événement quelques semaines avant la date prévue, contre plusieurs mois auparavant. Les professionnels doivent donc faire preuve d'une plus grande réactivité et créativité. Nous remarquons une vraie prise de conscience des coûts chez les commanditaires, avec le recours à des systèmes plus économiques, tels le partage des chambres ou le covoiturage. Un comportement en phase avec les impératifs écologiques.


Quels sont les établissements qui sont parvenus à tirer leur épingle du jeu?
Si beaucoup d'hôtels quatre étoiles et lieux de prestige ont été abandonnés en 2009, pour cause de budget ou d'image, de nombreux établissements indépendants ont su se démarquer. La richesse de l'offre dans toutes les régions françaises et la facilité d'accès grâce au réseau ferré permettent aux collaborateurs de se plonger en quelques heures dans un cadre verdoyant et dépaysant. Le retour à la terre qui rassure, les valeurs écologiques et les notions de partage sont dans l'air du temps et des séminaires!