Mon compte Devenir membre Newsletters

Deux technologies pour révolutionner vos conventions

Publié le par

Etonner le public grâce à des images interactives ou manipuler des objets en 3D et en direct... Voilà ce que permettent les nouvelles technologies appliquées à une convention. Mais pour utiliser ces outils, une préparation minutieuse est indispensable.

Le «sensitive» stage permet d'habiller la scène avec un univers interactif qui dynamise la présentation produit.

Le «sensitive» stage permet d'habiller la scène avec un univers interactif qui dynamise la présentation produit.

Qu'est-ce qu'un événement d'entreprise réussi? Pour les directions commerciales, c'est «la recherche de lieux ou de concepts de plus en plus originaux» qui prime [selon la dernière enquête menée par l'association des agences d'événements]. Dans cette course à l'originalité, les nouvelles technologies apportent leurs lots de solutions. Deux nouveaux procédés liés à l'image ont d'ailleurs récemment fait leur apparition. Il s'agit du «sensitive stage» et de la «réalité augmentée».

Ouvrir à vos invités les portes d'un autre monde

Cette technologie de l'image baptisée «sensitive stage» qui a vu le jour il y a environ quatre ans pour les actions d'animation en points de vente, est apparue dans l'univers de l'événementiel l'an dernier. Le principe? «Il s'agit d'une image projetée sur la scène qui a une caractéristique: elle est interactive et réagit aux mouvements de l'animateur, explique Régis Elatri, directeur technique événements chez Connect Factory, en charge de la veille technologique. Nous l'avons utilisée, début janvier, lors de la convention lancement de produits de Renault. Il s'agissait d'ailleurs de la plus grande scène - 14 m x6 m - jamais utilisée en sensitive stage.» Concrètement? Vous projetez l'image d'un gazon verdoyant sur scène. Lorsque l'animateur se déplace, ses empreintes de pas s'inscrivent dans l'herbe. Il marche sur un tapis de feuille? On les voit voler! Il marche sur un lac? Des ondes apparaissent à chacun de ses pas et les poissons fuient au fur et à mesure qu'il se déplace... Le sensitive stage confère ainsi du dynamisme aux plénières. «La scène devient un élément de décor vivant, souligne Régis Elatri. On peut, grâce aux images, plonger les invités dans un autre univers et en changer en un clin d'oeil.» Côté technique? «Le public devra être légèrement surélevé pour voir la scène et profiter de toutes les possibilités qu'offre cette technologie. Il faut donc préférer des salles dans lesquels les fauteuils sont disposés en gradins.» Côté budget? «Le prix varie en fonction de la configuration des lieux, de la taille de la scène, du nombre d'images et d'effets utilisés, indique Martin Dorai, responsable du département événementiel chez Audiovisuel Solutions, prestataire technique et technologique pour l'événementiel. Mais il faut compter au minimum 4500 Euros HT pour une configuration standard de base. Dans les autres cas, nous procédons par devis après l'étude technique.» Les tarifs peuvent alors atteindre 100000 euros.

Montrez votre produit... sans qu'il soit présent

Pour découvrir l'aspect spectaculaire de cette technologie en 3D qu'est la réalité augmentée, les spectateurs doivent se tourner vers >» des écrans géants, installés autour ou derrière la scène et sur lesquels les images sont diffusées en direct. La réalité est alors améliorée ou, plus précisément, enrichie... Votre nouveau produit va, par exemple, se retrouver modélisé en 3D dans la paume ouverte de la main de l'animateur qui officie sur scène. Dans le cas de la convention Renault, il s'agit d'une voiture. D'un doigt, il en ouvre les portes. Puis d'un bond, la voiture atterrit, reprend une taille normale et se faufile dans les décors... Pour les spectateurs qui regardent l'animateur sur scène, tout semble réel. Pourtant, en quelque sorte, les images sont «truquées» en direct et projetées sur écran. «C'est une technologie qui bluffe, les participants, assure Régis Elatri. On peut faire apparaître des tableaux et des graphiques en 3D à l'image et les faire pivoter dans l'espace. On peut donner vie à un produit qui devient un personnage de dessin animé. . . En fait, tout devient possible.» La réalité augmentée exige plus de moyens technologiques que le sensitive stage. Il faut compter 10000 ou 15 000 euros HT. Un budget qui peut être multiplié par dix pour une grosse opération [prix comprenant le logiciel et le développement personnalisé mais hors caméras).

Animateur, acteur et chef d'orchestre

Pour l'animateur, l'introduction de l'une ou l'autre de ces technologies modifie le temps de répétition des intervenants. «Pour que, une fois sur scène, ce dernier devienne véritablement un chef d'orchestre, il doit doubler son temps de préparation et prévoir au moins deux répétitions», indique Valérie Levasseur, directeur général de Connect Factory. Le sensitive stage transforme l'animateur en acteur de théâtre. Il doit occuper l'espace de la scène, être précis dans ses mouvements et ses déplacements. Si sur scène, les managers ne se sentent pas une âme de «comédien», il est possible de confier cette tâche à un professionnel. Les managers se contentent alors d'interventions ponctuelles. Elle poursuit: «Lorsque la technologie déployée est celle de la réalité augmentée, l'animateur doit avoir une gestuelle calme, pour être bien synchronisé avec l'image 3D». Si l'intervenant n'est pas bien placé, il risque de se retrouver «écrasé» à l'écran, par l'objet présenté. Et Régis Elatri de conclure: «Ceux qui sont à leur aise avec ces technologies peuvent se faire plaisir. Mais, à l'inverse, si on n'y consacre pas assez de temps, alors on risque d'échouer!»

Le temoignage de Hugues Bourcier de Saint-Chaffray, directeur de la communication de la direction commerciale France de Renault

«Nous avons expérimenté avec succès ces nouvelles technologies»


Lors de sa convention de janvier dernier, Renault a récolté auprès de son réseau le meilleur taux de satisfaction de son histoire! «98% des participants se sont déclarés satisfaits ou très satisfaits, soit 13% de plus qu'habituellement» , souligne Hugues Bourcier de Saint- Chaffray, directeur de la communication de la direction commerciale France du constructeur. La raison de ce succès auprès des 6000 représentants du réseau? Sans aucun doute l'utilisation des nouvelles technologies lors des séances de présentation des produits. «Nous voulions mettre en avant les avancées technologiques de nos modèles, poursuit le directeur de la communication L'agence Connect Factory, qui a travaillé sur cette opération de formation commerciale i( événementielle«, nous a proposé le sensitive stage et la réalité augmentée pour mettre en valeur nos produits.» La scène du grand amphithéâtre du Club Med d'Opio, en Provence, où avait lieu l'événement, est ainsi passée d'une ambiance urbaine à une autre plus champêtre en quelques secondes Les différents véhicules étaient présentés en 3D grâce à la réalité augmentée. «Nul doute que ces technologies, encore très peu répandues, ont impressionné le public», assure Hugues Bourcier de Saint-Chaffray.