Dirco: faites appel à des médiateurs

Publié par le


Favoriser le règlement amiable des conflits. Telle est la volonté de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) et du Centre de médiation et d'arbitrage (CMAP) qui ont réuni, le 22 novembre dernier, une cinquantaine de grandes entreprises pour signer la charte de médiation interentreprises. Cet outil de communication a pour objectif de promouvoir la résolution amiable des conflits commerciaux dans le monde des affaires. «Il s'agit, qui plus est, de transformer des conflits en opportunités de business», précise Thierry Garby, président de l'Académie de médiation. Pour Thierry Breton, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, «les patrons d'unité d'affaires doivent ainsi acquérir une formation juridique. Il est fondamental que les commerciaux aient un instinct juridique». Le coût d'un médiateur? Au CMAP, le tarif est de 300 euros de l'heure ou de 400 euros si la médiation se fait au niveau international. Ce montant est partagé entre les parties.

Isabelle de Chauliac

Sur le même sujet

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !
Ressources humaines
[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

Par Laure Trehorel

Diriger des équipes commerciales de nationalités différentes demande un grand respect de l'autre et de sa culture. Cet exercice, Patricia Molenaar [...]

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Ressources humaines
[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Bank-Bank - Fotolia

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?

Par Nicolas Léger

Entre liberté d'expression et lien de subordination, tout est affaire de mesure et de circonstances. La critique émise par le salarié peut, [...]

Télétravail : ce qui change pour les entreprises
Ressources humaines
Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Par Mallory Lalanne

La loi de ratification du 29 mars 2018 et l'ordonnance du 22 septembre 2017 donnent aux employeurs de réels garde-fous pour que le télétravail [...]