Mon compte Devenir membre Newsletters

Entretien avec Odile Letrillart-BÉnard, directrice du mastère spécialisé management des grands comptes de Reims Management School

Publié le par

En juin dernier, Reims Management School a signé un accord de partenariat pour la création d'un mastère spécialisé dans le management des grands comptes. Une initiative que les DCF mettent en valeur car elle permet aux managers commerciaux de conforter leur professionnalisme et d'actualiser leurs compétences.Odile Letrillart-Bénard évoque ce partenariat et l'ouverture de ce mastère spécialisé le 17 octobre prochain.

Action Commerciale — Pouvez-vous nous présenter Reims Management School ?

Odile Letrillart-Bénard — Le groupe est né en 1928 et dépend de la Chambre de commerce et d'industrie de Reims. Nous accueillons actuellement 3 000 étudiants sur le campus dans quatre grands programmes. Nous avons également un MBA full time et part time et des mastères spécialisés, notamment dans le management des services, de la distribution, dans l'analyse financière, dans le management industriel international et, désormais, dans le management des grands comptes.

Pourquoi avoir choisi de signer cet accord de partenariat avec les DCF ?

Nous souhaitons entrer en contact avec de véritables professionnels dans le domaine de la vente, de l'approche B to B et grands comptes. Nous désirons nous appuyer sur des professionnels présents sur le terrain et capables de nous donner des thèmes de réflexion et de recherche.

À qui s'adresse ce premier mastère spécialisé dans le management des grands comptes ?

Ce mastère accrédité Conférence des Grandes Écoles s'adresse à des cadres en entreprise qui souhaitent compléter leurs acquis afin d'évoluer vers des fonctions de haut niveau dans le management des grands comptes. Ils peuvent préparer ce diplôme en continuant d'assurer leurs responsabilités au sein de leur entreprise. Il concerne aussi des jeunes diplômés en management ou des ingénieurs.

Quel est l'objectif de ce mastère spécialisé ?

Dans un contexte d'internationalisation des marchés, les entreprises se structurent. Pour répondre à cette complexité organisationnelle, les approches commerciales B to B doivent s'adapter et se professionnaliser. Ce mastère s'adresse donc plus particulièrement à des ingénieurs, des gestionnaires ou des managers qui souhaitent élargir leurs compétences et se préparer à une fonction de développeur d'affaires dans un environnement multiculturel et international. L'enseignement, délivré en partie en anglais, portera sur le marketing opérationnel, le management des ventes, le management des grands comptes en France et à l'international, l'approche multiculturelle, la négociation et le management des services et relations clients. Il est ouvert aux candidats titulaires d'une maîtrise avec une première expérience professionnelle, aux diplômés d'une école de commerce ou d'ingénieur ainsi qu'aux cadres d'entreprises. 30 % des effectifs peuvent être admis dans le cadre de la VAE (validation des acquis professionnels). Pour plus de renseignements, contacter Odile Letrillart- Bénard : 06 86 70 91 87

Le mot du président

Jean-Marie Épaillard, président national DCF La Semaine de la performance commerciale nous a permis de prendre conscience des attentes de nos membres : développer toujours plus les réseaux. Cette expérience nous confirme également à quel point le “nouveau projet d'entreprise” peut, et même doit être la vente à l'extérieur de la France, et ce, quelle que soit la taille de l'entreprise. Vendre à l'extérieur de la France exige de nos PME “zéro défaut, zéro délai, zéro problème”, donc un projet de management interne de très haut niveau. Tous les métiers de l'entreprise sont concernés par ce défi. N'est-ce pas le nouveau challenge lancé à l'entreprise en ce début de siècle ?