Mon compte Devenir membre Newsletters

Flotte automobile : Marquage des véhicules

Publié le par

Pour communiquer, prêchez la bonne… conduite

Pour représenter une image de marque, rien de tel qu’un logo ou un habillage des véhicules aux couleurs de l’entreprise. Attention ! La démarche ne supporte pas la médiocrité. Le bleu de Darty, le jaune de La Poste, le rouge de Coca-Cola… Aujourd’hui, certaines marques sont indissociables de leurs couleurs, à tel point qu’il suffit de voir passer l’un de leurs véhicules pour les reconnaître immédiatement. Le sujet semble futile et pourtant, il pose de réels problèmes de décision. C’est, en tout cas, le sentiment de François-Xavier Redier, directeur général Auto, gestionnaire de parcs automobiles. “ La communication sur le véhicule est l’une des problématiques du directeur commercial, affirme-t-il. Si une voiture marquée permet d’accroître la notoriété de l’entreprise, a contrario, sale et mal garée, elle peut nuire de façon définitive à sa réputation. Par ailleurs, nous avons constaté des taux de vols plus importants pour les flottes de véhicules “logotisés” ”. Pour Damien Pellissier, responsable du réseau commercial d’Arval PHH (location longue durée), la difficulté relève davantage d’un problème de mentalité. “ En ce qui concerne les véhicules de société, la tendance est aujourd’hui au marquage discret, voire à la neutralité. L’objectif ? Être reconnu sans être vu. Un commercial n’a pas forcément envie, lorsqu’il est en rendez-vous chez un prospect, d’être repéré par le concurrent.” Un obstacle qui n’a pourtant pas rebuté la société Ricard France.Les 450 véhicules ont déjà vécu trois changements de look, dont le tout dernier récemment : un soleil jaune et un logo collés sur les deux portières avant et le capot. “ Attention !, insiste Michel Letter, directeur national des ventes de Ricard France, nous ne nous servons pas de la voiture comme d’un panneau d’affichage. C’est simplement un moyen d’être reconnus partout en France. Sur 630 commerciaux, 450 sont en permanence sur le terrain.”

Habillez votre véhicule de pied en cap

À l’opposé de cette tendance discrète, une autre conception du véhicule marqué émerge : celle de la voiture habillée de pied en cap. Pour François-Xavier Redier, le phénomène demeure quelque peu marginal. “ La démarche est intéressante, elle véhicule une image un peu bourgeois-bohême !, s’exclame-t-il. Mais les secteurs d’activité concernés sont très restreints et plutôt “tendance”, comme l’informatique ou la cosmétique, par exemple. Par ailleurs, elle s’adapte exclusivement à des voitures “fun”, de type Smart ou New Beetle, qui ne circulent, en général, qu’en milieu urbain. ” Mais, là encore, il n’existe aucune règle précise en la matière. David Moreno, gérant du CFED (Comptoir France Europe de distribution), plate-forme de stockage et de distribution de produits alimentaires a, pour consolider son image et affirmer sa présence auprès des moyennes surfaces, décidé d’habiller intégralement les quatre véhicules de ses commerciaux, et même sa propre voiture de fonction, aux couleurs du soleil et de l’Espagne. Au menu : d’immenses piments rouges sang sur fond ocre et soleil. Tout cela, pour un budget qui avoisine 6 000 euros pour les cinq véhicules. “ Les commerciaux sont fiers de renforcer leur appartenance à la société, explique-t-il. Il faut dire que nous avons choisi les couleurs et les visuels ensemble, pour qu’ils se sentent davantage impliqués dans le projet.”

De la rigueur chez les commerciaux

Et c’est là que le bât blesse. “ Certains vendeurs refusent des postes, simplement parce qu’on leur a proposé un véhicule “logotisé”, explique Jean-Baptiste de Bony, consultant chez Aon Auto. La voiture marquée leur semble minorer leur statut au sein de l’entreprise : ils lui préfèrent de beaucoup la voiture neutre, celle des chefs. ” En outre, un véhicule marqué étant vite repéré, vos commerciaux doivent surveiller leur conduite et veiller à la propreté du véhicule. “ De même qu’il soigne sa tenue vestimentaire, un commercial doit se comporter en conducteur émérite, affirme Michel Letter. Chez nous, au bout du troisième accident dont il a la responsabilité, le commercial se voit attribuer un véhicule de la catégorie inférieure. ” Enfin, dernier conseil : ne lésinez pas sur la pose. Une voiture marquée doit l’être de façon impeccable. “ Nous faisons poser nos logos par un spécialiste, en veillant à ce que chaque véhicule soit marqué au même endroit ”, souligne Michel Letter. Pour cela, il suffit de s’adresser à des professionnels de la pose ou à des carrossiers. Mais l’opération a un coût : en moyenne, un logo apposé sur les trois côtés du véhicule revient à environ 230 euros, et un habillage coûte entre 600 et 1 000 euros.

Témoignage

Pascal Auxoux

, directeur national des ventes de Stihl France (outillage agricole) “ Nous versons une prime annuelle pour bonne conduite ” Les 36 4x4 de Stihl France sont estampillés au code couleur de la marque, le gris métallisé. Constitué de bandes thermocollantes, le logo est apposé sur les deux ailes du véhicule. Pour Pascal Auxoux, le directeur national des ventes, les avantages sont multiples : “ Nos commerciaux ne se servent de leur véhicule que du lundi matin au vendredi soir, explique-t-il. Les véhicules sont d’excellents vecteurs de l’image de notre marque, d’autant que nous pratiquons les rendez-vous par clients groupés. Cinq ou six 4x4 à nos couleurs, sur un parking, ça fait son effet ! En revanche, les consignes sont strictes : le véhicule doit être propre et sans égratignure, poursuit Pascal Auxoux. Nous versons une prime de 230 euros par an aux commerciaux qui n’ont pas eu d’accident. ”

NEC PLUS ULTRA

La voiture fait de la pub Depuis quelques mois, on voit rouler, dans Paris, des Smart aux couleurs de L’Oréal, de yahoo et de bien d’autres marques. Ces “publicités roulantes” font un tabac auprès du grand public et des fournisseurs qui se sont emparés du créneau. Ainsi, Upskin met à la disposition des particuliers une smart “logotisée”, pour 76 euros par mois, assurance incluse, et pour une durée minimale de 6 mois. À l’annonceur qui “habille” la voiture, il en coûte 70 000 euros d’achat d’espace et 22 000 euros de frais d’entretien, pour une campagne de cinq semaines sur cent Smart. De son côté, Carlogo, loueur spécialisé dans la communication publicitaire sur automobile, a dédié l’une de ses activités aux entreprises. Trois niveaux d’habillage sont proposés : le Total, le XLarge (les textes et les visuels sont placés sur les côtés) et le Classic (seules les portières avant sont marquées). “ Les véhicules de société génèrent 15 % de notre activité ”, souligne Olivier Maschino, p-dg de Carlogo. La location, sur trois ans, d’un véhicule commercial de deux places, coûte 260 euros par mois, assurance comprise. Il faut compter 10 euros supplémentaires par mois pour l’impression et la pose des adhésifs.

À RETENIR

- Une voiture marquée accroît la notoriété de l’entreprise et véhicule une image de marque. - Avant de vous décider, prenez la température : vos commerciaux sont-ils prêts à assumer ? - Marquer son véhicule a un prix. Il faut compter environ 230 euros pour une pose de logo sur les trois côtés du véhicule ; entre 600 et 1 000 euros pour un habillage. - Le marquage est une arme à double tranchant : une voiture mal entretenue ou mal conduite nuit à l’image de l’entreprise. - Optez pour une pose de qualité effectuée par un professionnel de la carrosserie.adjoint d’Aon

Mot clés : Véhicule | smart

A lire aussi

Chargement en cours, veuillez patentier...

Caroline Thiévent