Mon compte Devenir membre Newsletters

Focus1: Les vidéoprojecteurs, compacts et légers, ils deviennent ultraportables

Publié le par

L’adage populaire qui veut qu’un petit dessin vaille mieux qu’un long discours fait partie des fondamentaux de la vente. Pour démontrer les qualités de produits de plus en plus complexes, les commerciaux ont aujourd’hui recours à tous les artifices du multimédia. Et pour des présentations hautes en couleur, rien ne remplace la projection sur grand écran. Le vidéoprojecteur fait donc partie intégrante de la panoplie du vendeur moderne. Et en quelques années cet outil, autrefois lourd et encombrant, a bénéficié de toutes les évolutions des technologies pour devenir compact et léger, se défaire de la connectique superflue tout en offrant toujours plus de services à ses utilisateurs. Nombreux sont les fabricants, plus encore les modèles. Pour faire votre choix, le premier critère doit être l’usage que vous souhaitez faire de cet équipement. Pour les présentations commerciales sur site, il existe une multitude de projecteurs très puissants, assez encombrants mais très performants. Sanyo propose deux modèles destinés aux salles de conférence : les PLC-XP51 (6 400 euros HT) et PLC-XP56 (7 500 euros HT) qui affichent respectivement une luminosité de 4 000 et 5 000 lumen (lm, unité de mesure du flux lumineux) qui permet de projeter des images de très bonne qualité même dans une salle éclairée. Une prouesse pour un vidéoprojecteur ! Puissants, ces appareils n’en sont pas moins très silencieux, puisque le ventilateur chargé de refroidir la lampe du vidéoprojecteur s’adapte à la température ambiante (si celle-ci baisse, la vitesse de rotation du ventilateur diminue et par-là même le niveau sonore). Sanyo propose des projecteurs encore plus performants, qui affichent une luminosité de 5 800 lm (le PLC-XF60) et de 6 500 lm (le PLC-EF60). Ils sont donc parfaits dans des locaux clairs et spacieux, ainsi que pour les présentations en plein air. Ces projecteurs offrent une image d’une qualité exceptionnelle, notamment grâce au système de changement d’objectif One Touch : une gamme de neuf objectifs qui s’adaptent à toutes les configurations de projection. Autre point fort : ils possèdent deux lampes. En cas de panne, le système bascule immédiatement sur la lampe de secours. Des “poids lourds” (27 kg) haut de gamme facturés à des tarifs élevés : 16 900 euros HT pour le PLC-XF60 et 20 900 euros HT pour le PLC-EF60.

Sans fil et sans ordinateur

Mais pour une utilisation lors de déplacements, les constructeurs proposent des projecteurs portables, voire ultraportables. 3M vient de lancer le S10 qui, pour un peu moins de 3 kg et 1 200 lm, brille surtout par son design inspiré de… jumelles ! Il faut dire que ce projecteur a été relooké par le célèbre designer Pininfarina, qui officie généralement pour l’industrie automobile. Il est commercialisé au prix de 1 240 euros HT. Le constructeur américain propose également des modèles plus légers (2,5 kg) avec une meilleure luminosité (1 200 et 1 400 lm pour les X40 et S40 facturés 1 945 et 1 548 euros HT), mais au design plus classique. Il faut choisir entre l’esthétique et la performance ! Sanyo a annoncé le lancement des PLC-SU51 (2 150 euros HT) et PLC-XU56 (3 300 euros HT), qui délivrent une luminosité de 2 000 et 2 500 lm pour un poids de 2,8 kg. Ces deux projecteurs sont équipés d’un dispositif “Multicard Imager” qui permet une flexibilité optimale, puisque ce système permet de loger trois “cartes” différentes : une carte au format Compact Flash pour les présentations sans ordinateur, une carte Wireless LAN pour la transmission sans fil des données entre l’ordinateur et le projecteur, ainsi qu’une carte Wired LAN pour s’intégrer dans un réseau local informatique. Petit plus : vous pouvez programmer le projecteur pour afficher automatiquement le logo de votre société lorsque vous mettez en route le projecteur. De quoi étonner vos clients ! Une astuce que l’on retrouve sur la gamme Canon, notamment avec les LV-7220 Navigator Text (2 250 euros HT) et LV-7225 Navigator Text (2 690 euros HT), qui affichent respectivement les performances de 2 000 et 2 500 lm pour une compacité intéressante. En effet, ces projecteurs polyvalents, parfaitement adaptés à des présentations commerciales, pèsent 2,9 kg pour l’encombrement d’une page de papier de format A4. Notez qu’il faut acheter la “Multicard Imager” pour bénéficier de présentations sans ordinateur et sans câble. Infocus joue également la carte du sans fil avec son LP600 (1 825 euros HT) qui accepte une clé USB Flash Drive sur laquelle vous enregistrez vos documents afin de projeter des données en sans passer par un ordinateur. Avec le PLC-SW35 (1 399 euros HT), Sanyo va encore plus loin dans la miniaturisation. La firme d’Osaka propose en effet un vidéoprojecteur qui ne pèse que 1,9 kg. Avec une luminosité de 1 500 lm, le PLC-SW35 offre les fonctions de base des projecteurs de sa catégorie pour un prix intéressant. Epson fait encore plus fort avec un projecteur de 1,8 kg seulement pour 2 500 lm. Il s’agit du EMP-745 (3 090 euros HT), qui bénéficie en outre de la technologie E@syMP exclusive à Epson et qui permet au projecteur de fonctionner en mode Wi-Fi pour se passer de liaisons filaires avec un ordinateur. Il accepte en outre une clé USB ou encore une carte mémoire, qui permettent de se passer d’ordinateur. Une solution qui sera très appréciée par les commerciaux les plus nomades ! Ces derniers apprécieront également le Panasonic PT-LM1E. Très compact, il ne pèse qu’1,6 kg pour 1 200 lm restitués. Notez sa fonctionnalité très simple : trois touches situées sur le dessus du boîtier permettent de gérer presque toutes les fonctions de cet appareil au design travaillé. Il est commercialisé au prix de 1 070 euros HT. Mais la miniaturisation va encore plus loin avec le .vidéoprojecteur P6 de Toshiba, qui a réduit le poids à 900 g très précisément, pour une luminosité un peu faible (1 000 lm) et une taille maximum d’image de 3,5 m en diagonale (2 299 euros HT). Optoma, un autre spécialiste de la vidéoprojection, propose également un appareil pesant mois d’un kilo (950 g) pour un encombrement réduit : la moitié d’une feuille A4, soit 20 cm de long sur 15 cm de large pour une épaisseur de 5,7 cm ! L’EP725 d’Optoma annonce 1 100 lm et jouit d’une optique signée par la firme Carl Zeiss, une référence en la matière. Il est facturé 1 990 euros HT. Même poids affiché par le LP120 d’Infocus, qui mise sur la simplicité d’utilisation et un design tout en longueur qui tranche avec les standards du marché (prix de vente : 2 375 euros HT). Ne demandez pas à ces projecteurs ultracompacts des performances dignes des plus perfectionnés. Cependant, pour des tarifs abordables et des capacités technologiques honorables, ils enchanteront les vendeurs qui ne veulent pas s’encombrer…

À savoir

Un vidéoprojecteur pour la maison et le bureau Avec l’explosion du phénomène “home cinéma“, qui tend à transformer le salon familial en une véritable salle de projection, les vidéoprojecteurs professionnels trouvent parfois une seconde vie le soir venu. En effet, les derniers-nés sont tous compatibles avec, entre autres, un lecteur DVD. Ils peuvent donc aisément projeter un film sur un simple mur blanc. Les constructeurs ont d’ailleurs intégré cette utilisation “dominicale” dans leur argumentaire de vente lorsqu’ils insistent sur la polyvalence de leurs produits, leur simplicité d’utilisation et leur capacité à offrir des formats de projection dignes des salles obscures. Il faut dire que nombre de marques sont présentes sur le marché professionnel des projecteurs data et de salon (type “home cinéma”). En période de promotions, certains vont même jusqu’à offrir un lecteur DVD ou une console de jeux vidéo pour l’achat d’un vidéoprojecteur professionnel. Autant de périphériques dont le commercial aura peu l’utilité la journée…

Mot clés : euro |