Mon compte Devenir membre Newsletters

François Piot, l'épicurien

Publié le par

La vente? Il en fait un jeu. Ses passions? Il les partage, y compris au travail. François Piot, directeur des ventes d'Arval, est à n'en pas douter un manager accessible, mais aussi un commercial éprouvé et un chef d'orchestre pour ses équipes. Portrait d'un homme qui conjugue plaisir et exigence au quotidien.

«Vous êtes le dernier rempart avant la connerie! » Cette phrase, François Piot, 53 ans et directeur des ventes d'Arval, s'en souvient mot pour mot. Elle a été prononcée le premier jour de sa vie active, le 4 février 1984, par celui qu'il appelle encore «son maître», son patron à l'époque où il était chef de projet pour le promoteur immobilier Sinvim. Fraîchement rentré du service militaire et titulaire d'une maîtrise d'éco-gestion de Dauphine, François Piot fait de

ce principe une des bases de son management. « J'ai rapidement capté l'importance de la délégation et de la responsabilisation!» Deux valeurs fondamentales qui le suivront tout au long de sa carrière. Car, pour François Piot, impossible de bien travailler sans ces deux qualités. «J'ai d'ailleurs prohibé l'usage de deux mots chez Arval: «normalement» et «on» ». Pourquoi? «Parce que si, en réunion, je demande à un commercial si telle tâche a été accomplie et qu'il me répond «Normalement, on s'en est occupé», non seulement rien n'est moins sûr, mais cela conforte tous les autres dans l'idée que ce n'est plus à faire! »

Derrière une telle exigence pourrait se cacher de la sévérité. Pourtant, il n'en est rien. Le directeur commercial du loueur de véhicules longue durée s'attache à mettre l'humain dans les relations avec ses équipes. Une proximité que François Piot recherche, même dans ses pauses, où il n'hésite pas à partager sa passion de la voile... jusqu'à affronter d'autres «Arvaliens» au sein de la course du Vendée Globe. Un jeu en ligne où chaque participant doit faire naviguer son bateau et choisir la meilleure route en fonction des courants, de la météo... « Je suis réellement admiratif des participants de ce tour du monde à la voile en solitaire et sans escale... Il faut une telle gestion mentale et physique que ça force le respect! »

Une expérience variée

C'est pourtant loin de la mer que le manager a évolué. Et, s'il a poursuivi jusqu'à présent toute sa carrière au sein du même groupe, son parcours est néanmoins hétéroclite. Il a, en effet, exercé différents métiers: commercial, responsable des ressources humaines, directeur des opérations, du développement, directeur marketing ou encore directeur général.

Comme si cela ne suffisait pas, en homme investi et curieux, il a tout naturellement élargi ses horizons en s'investissant au sein du Syndicat national des loueurs de voitures en longue durée (SNLVLD), association professionnelle qu'il a présidée de 2009 à 2011. Il en garde un souvenir marqué: « C'était un excellent moyen d'échanger avec mes pairs, de partager nos points de vue qui n'étaient pas toujours les mêmes! Je trouve passionnant d'essayer de comprendre le raisonnement de l'autre, de trouver un terrain d'entente. »

Mais, que ce soit vis-à-vis de ses confrères, des clients, de ses collègues ou bien des fournisseurs, son appétence pour les relations humaines se place toujours au premier plan. D'ailleurs, pour lui, la relation client est un véritable jeu: « Je suis très attentif au langage corporel ainsi qu'à l'état d'esprit dans lequel se trouve chacune des parties. Je me souviens d'une négociation au cours de ma carrière où j'ai ressenti le basculement qui m'a fait remporter la partie! », évoque-t-il avec exaltation, comme si la victoire datait d'hier.

Aujourd'hui, l'exercice prend une tout autre envergure, puisqu'en octobre 2012, il est devenu directeur des ventes pour l'ensemble des filiales d'Arval, soit 25 pays au total. « Ces nouvelles responsabilités m'amènent à voyager davantage, mais surtout à dialoguer avec des interlocuteurs issus de toutes cultures et de tous horizons », précise-t-il. Une diversité qui lui demande, encore plus qu'à son habitude, de porter une attention particulière aux mots employés, aux réactions attendues et aux interprétations: « J'en apprends un peu plus chaque jour sur les façons de gérer une situation selon les divers us et coutumes. » Même à l'étranger, François Piot ne perd pas de vue les trois valeurs qui font d'un manager un bon leader: « Courage, compétence et exemplarité », affirme-t-il avec sérieux. Et de préciser que, oui, il faut du courage pour mener à bien des entretiens commerciaux et des négociations, à l'heure où l'industrie automobile n'est pas au mieux de sa forme. Mais François Piot, lui, le fera toujours avec entrain et joie de vivre.

Ce qu'il aime...

Un sport. Disposant d'un pied-à-terre familial à Saint-Malo, François Piot adore partir naviguer, seul ou en famille, sur un voilier. « Et pourtant j'ai le mal de mer! », s'amuse-t-il à préciser.
Un passe-temps. Le bricolage. il a chez lui, dans son sous-sol, ce qu'il appelle une pièce à «ça peut», comprenez «ça peut servir!». Il y stocke tout un tas d'objets dans l'éventualité de les utiliser pour du bricolage: « Ma femme ne comprend pas pourquoi je conserve autant de bizarreries qui prennent de la place... Mais elle a fi ni par accepter! », dit-il en riant.
Un genre musical. L'opérette, en particulier celles de Jacques Offenbach: « J'aime le côté à la fois sérieux des thèmes, et le comique rendu par les textes », explique-t-il. Et de recommander La Belle Hélène, pour débuter.
Une voiture. Les vieilles voitures anglaises... En particulier les taxis londoniens et les Jaguar. Il possède d'ailleurs, avec un ami, une Jaguar Mark 2 qu'il sort presque tous les week-ends. « Certaines voitures modernes sont très belles, mais je trouve qu'elles n'égalent pas le raffinement des «classic cars» anglaises. »

Bio express

1959: Naissance à Paris.
1982: Maîtrise d'éco-gestion à l'université Paris-Dauphine.
1984: Il devient chef de projet chez Sinvim, filiale immobilière de la Compagnie bancaire, où il occupera divers postes, dont successivement ceux de directeur commercial, DRH ou encore directeur du développement.
1999: Il entre dans la branche automobile du groupe, en qualité de directeur des opérations d'Arval France.
2001: Il est promu directeur commercial d'Arval France puis directeur général en 2006.
2012: Il devient directeur des ventes pour l'ensemble des filiales d'Arval, soit 25 pays au total.