Mon compte Devenir membre Newsletters

Gestion de flotte automobile 1/3. Location financière : une demande de plus en plus restreinte

Publié le par

La location sans services associés ? Ce n’est pas notre métier !” À entendre les loueurs de véhicules, la location longue durée (ou LLD) incluerait systématiquement un contrat de maintenance et d’assistance au conducteur. Quant à la location simple – celle que les professionnels ont rebaptisée “location financière” – elle serait tout simplement passée aux oubliettes, faute d’intérêt du marché. Pourtant, quand on creuse davantage le sujet, la plupart des acteurs avouent – du bout des lèvres – compter, parmi leurs clients, une poignée d’amateurs de location financière. Une activité qui, de fait, semble tout à fait mineure au regard de leur chiffre d’affaires. Et dont les marges demeurent modestes, comparées à celles des offres de services qui y sont de plus en plus souvent agrégées. Néanmoins, le concept de location longue durée ne peut se comprendre sans son volet financier. Concrètement, au lieu d’acheter son parc, l’entreprise le loue, préservant sa capacité de financement. Le loyer mensuel est calculé en fonction de la valeur du véhicule, de la durée du contrat de location et du kilométrage annuel (prévisionnel) parcouru. Les avantages de la formule sont nombreux. Elle permet, tout d’abord, à son bénéficiaire de budgétiser ses dépenses et le met à l’abri des mauvaises surprises. De plus, elle préserve sa capacité de financement. Comme le souligne Régis Bonnet, secrétaire général du SNLVLD (Syndicat national des loueurs de voitures en longue durée), « les capitaux propres d’une entreprise sont précieux et doivent financer, en priorité, les investissements productifs ». Fabienne Petit, directrice marketing, communication et qualité chez Lease Plan France, pointe du doigt un autre avantage financier de la LLD : « Elle permet d’analyser les coûts réels d’une flotte, ce que peu d’entreprises font spontanément. » Enfin, la LLD dégage ses adeptes de tout souci de revente des voitures, puisque c’est au loueur que revient ce casse-tête. Chez Avis Fleet Services, par exemple, on revend, chaque année, près de 25 000 automobiles. « Trois possibilités s’offrent à nous, explique Christophe Baudet, directeur du marketing opérationnel et de la communication au sein de la filiale de General Electrics. Soit nous organisons des enchères, soit nous les cédons aux conducteurs ou à leur entourage, soit nous les vendons à des professionnels, concesionnaires notamment. » Cette partie revente étant, selon Olivier Touvet, l’un des secrets professionnels des loueurs : « Leur savoir-faire consiste à réaliser une plus-value en fin de contrat. »

Faites marcher la concurrence

Pour bien choisir votre prestataire, vous aurez tout intérêt à faire jouer la concurrence. Selon Olivier Touvet, « il existe d’importantes disparités tarifaires car certains loueurs sont mieux placés sur certaines marques que d’autres ». Son conseil ? « Dès que sa flotte excède cent véhicules, l’entreprise a intérêt à collaborer avec deux, voire trois loueurs. » A contrario, les sociétés dont le parc comprend moins de cinquante véhicules choisiront un prestataire unique, sans oublier de consulter les loueurs de moyenne importance. « Enfin, conclut le porte-parole d’Aon Auto, tenez compte, dans votre sélection, du contact que vous avez eu avec le chargé de clientèle. Un loueur est là pour vous donner son temps ; la qualité de la relation commerciale que vous entretenez avec lui est donc déterminante. »

Comparatif

Les atouts de la LLD • Par rapport à l’indemnisation kilométrique, la LLD permet un contrôle rigoureux des coûts. Elle favorise l’entretien régulier du parc, ce qui valorise l’image de l’entreprise et réduit le taux d’accidents, et offre aux collaborateurs un confort d’utilisation : ils n’ont plus besoin de faire la moindre avance de frais et peuvent choisir, à leurs frais, certaines options sur leurs véhicules. • Par rapport à l’achat ou au financement classique, la LLD évite à l’entreprise toute immobilisation improductive et donne une vision précise du coût total de sa flotte. La puissance d’achat des loueurs permet de négocier des tarifs préférentiels avec bon nombre de prestataires.

Alternative

Si la LLD a le vent en poupe auprès des petites et moyennes entreprises, un produit intéresse les grands comptes : il s’agit de la gestion pour compte (ou “fleet management”). Ici, la société confie la gestion de sa flotte à un spécialiste – loueur ou courtier – indépendemment de son financement. La plupart des loueurs proposent ce service à côté de leur offre de location longue durée.