Mon compte Devenir membre Newsletters

Guy Forget

Publié le par

Jeu, set et match pour le capitaine et gentleman. Nommé à 33 ans capitaine de l’équipe de France de la Coupe Davis et de la Fed Cup, Guy Forget se positionne comme le digne successeur du “Cap’tain copain” Noah. À un mois du match de Coupe Davis opposant la France à la Hollande, le jeune Marseillais nous livre sa vision du capitanat.

Un dimanche d’octobre 1991, en début de soirée. “Jeu, set et match” : au son de ces trois mots, Guy Forget, pourtant d’un naturel réservé, laisse exploser littéralement sa joie sur un court de tennis de Lyon. Après avoir exprimé l’incrédulité, ses yeux s’embuent de larmes. Larmes de joie. Son bras n’a pas tremblé. De sa raquette d’attaquant gaucher a fusé, quelques secondes auparavant, le point offrant en trophée la Coupe Davis à la France. Au cours des embrassades qui suivirent la victoire, Guy Forget ne pouvait alors pas imaginer que, huit années plus tard, il se retrouverait de nouveau sur un court de Coupe Davis. Non pas assis sur la chaise d’un joueur sélectionné, mais sur celle de son “Cap’tain” et copain, Yannick Noah. Pourtant ce rêve s’est réalisé. Après avoir étudié la proposition des joueurs de tennis français déposée auprès de la direction technique nationale, le bureau fédéral de la Fédération française de tennis (FFT) a en effet nommé, le 9 octobre dernier, Guy Forget comme successeur de Yannick Noah au titre de capitaine de l’équipe de France masculine et féminine de Coupe Davis et de Fed Cup. Cette “révélation” ne crée pas la surprise. La chronique de la succession était d’ores et déjà annoncée. “Archiprofessionnel, méticuleux, diplomate, patient, tolérant, indépendant, modeste, discret, etc.” : les éloges prodigués par ces ex-entraîneurs (J.-C. Massias, P. Hagelauer, etc.) et coéquipiers (C. Pioline, G. Raoux, etc.) avaient quelques semaines auparavant préparé le terrain de la nomination officielle du jeune Marseillais, à l’allure calme et la silhouette longiligne, à la barre du vaisseau amiral “Équipe de France de Coupe Davis et de la Fed Cup”. La continuité préférée à la rupture Comment passe-t-on du statut de joueur à celui de capitaine ? “Avant d’accepter la responsabilité de ce poste, je me suis entretenu avec chacun des joueurs afin de leur exposer et expliquer mes projets, avoue aujourd’hui timidement Guy Forget. Sans leur adhésion, j’aurais refusé le titre de capitaine car le fonctionnement de l’équipe aurait été enrayé dès le départ. Ceci dit, j’ai été très sensible à l’appel du pied et à l’enthousiasme des joueurs à mon égard.” Le capitanat “made in Forget” entend par ailleurs s’inscrire dans la continuité de celui prodigué par son prédécesseur. “Yannick savait nous faire partager sa rage de vaincre et sa passion du jeu, se souvient le joueur de l’équipe de France. Il savait également être juste. Dur lorsqu’il voulait nous encourager à dépasser nos limites et compréhensif lorsque cela le nécessitait... Que l’on me compare à lui ne me gênera aucunement. Bien au contraire. J’en serai fier car c’est grâce à sa technique que nous avons remporté deux fois la Coupe Davis dans les années 90 et que les filles ont tenu la Fed Cup dans leur bras.” Sélectionner, préparer, analyser et soutenir Jeu de rôle. Le capitanat remplit trois principales fonctions. “Avant les matches, un capitaine sélectionne les quatre joueurs ou joueuses de l’équipe de France parmi les meilleurs bras français. Les critères de sélection sont leurs derniers résultats, leurs conditions physiques et leurs états psychologiques. Une fois cette étape passée survient la préparation. Au cours des stages d’entraînement, difficiles à organiser régulièrement compte tenu de la fréquence des compétitions dans lesquelles les joueurs sont engagés, le capitaine et l’entraîneur optimisent le jeu et les techniques des membres de l’équipe. Enfin sur le terrain, mon rôle consiste à trouver le mot juste pour encourager chaque joueur et joueuses et à étudier le jeu de leur adversaire pour l’aider à le contrer.” Une théorie que le capitaine Forget mettra en pratique dès les 2, 3 et 4 avril prochains lors du match de la Coupe Davis qui opposera la France à la Hollande. “Je suis confiant, conclut Guy Forget. Et mon vœu le plus cher est désormais de conduire l’équipe de France masculine et féminine vers la victoire de la Coupe Davis et de la Fed Cup. J’aiderai les joueurs et joueuses au maximum pour que cela se réalise. En qualité de capitaine, je serais alors comblé.”

Coupe Davis Vs France - La Coupe Davis permet aux joueurs de pratiquer le tennis, sport individuel par excellence, dans un intérêt collectif. - 1991 - 1996 : la France, sous le capitanat de Noah, remporte la Coupe Davis aux dépens des États-Unis et de la Suède. - Septembre 98 : après sa victoire contre Israël, la France réintègre en 1999 la cour des grands après sa descente en 2e division. Un cadeau d’adieu du Capt’ain Noah à son coéquipier Guy Forget.

Dates clés - Milieu des années 60 : naissance à Casablanca, enfance à Marseille. - 1991 : l’attaquant est 4e au classement ATP. Il remporte la finale de l’Open de Paris Bercy aux dépens de Pete Sampras et le bat de nouveau au cours du mémorable match qui les oppose à Lyon dans le cadre de la Coupe Davis. - 1993 : blessure au genou qui écourte sa carrière. - Mai 1997 : il raccroche officiellement sa raquette. - Octobre 1998 : il est nommé capitaine de l’équipe de France de la Coupe Davis et de la Fed Cup.

Mot clés : France

Nathalie Bonnet