Mon compte Devenir membre Newsletters

Les solutions de production : idéales pour de grands volumes d'impression

Publié le par


La gestion de gros volumes d'impression exige le recours à un matériel de production plus sophistiqué. Deux approches cohabitent : les imprimantes et les multifonctions. Il s'agit, pour la deuxième catégorie, de produits dérivés des copieurs, comme la nouvelle gamme de Canon qui lance, en juin, une dizaine de modèles couleur bureautique dotés de moteur de 28, 40 et 50 ppm (pages par minute). Les constructeurs commercialisent également des machines à la limite du monde bureautique, proche des presses numériques. Leur environnement est alors différent et leur utilisation demande parfois une petite formation dispensée lors de l'installation. Mais ces produits garantissent la réalisation d'un travail de professionnel à des coûts plus bas. C'est, du moins, ce qu'avancent les constructeurs ! Selon Damien Laurent, directeur marketing pour la partie production chez Xerox, « les entreprises clientes qui produisent beaucoup de mailings commerciaux et à un rythme élevé ne doivent plus raisonner en coût d'impression, mais en coût global du contact ». Et d'ajouter : « Si l'impression offset coûte, en apparence, moins cher que l'impression en interne, il faut tenir compte de ses coûts cachés. En effet, cette dernière génère en moyenne 10 % de déchets et le volume exigé par des actions commerciales n'est pas toujours suffisant pour être rentabilisé via une externalisation. » À l'inverse, en intégrant la production, les entreprises se dotent d'outils de réactivité capable de faire exploser les taux de retour des actions.

L'offre bureautique haut de gamme

Les imprimantes haut de gamme intègrent toutes les fonctionnalités disponibles sur les modèles plus modestes. Elles gèrent en plus des formats plus grands comme le A3 +. Elles permettent ainsi de fabriquer des bannières publicitaires et sont adaptées à la production habituelle et régulière de documents en couleur. Leurs prix varient selon la puissance de leur moteur et leur capacité de production. Dans cette catégorie, se trouve l'Acu laser C 9 100 d'Epson. Capable de produire 24 ppm en couleur et noir et blanc (2 999 € HT), elle gère l'impression de bannières de 1,20 mètre. La C 920 de Lexmark, qui monte jusqu'à 32 ppm en couleur (3 713 € HT), le multifonction de HP, la Color laser jet 4730 MFP (4 270 € HT) ou encore chez Oki la gamme 9 800 (à partir de 6 499 € HT) disposent, de leur côté, des fonctionnalités proches de celles des usages graphiques. Le choix dans les gammes s'opère selon le nombre d'utilisateurs, les capacités des magasins de papier et la rapidité souhaitée (plus ou moins grande si l'imprimante sert aussi à remplacer l'ancien équipement monochrome). Sur ce créneau, Canon dispose d'imprimantes grand format, qui gèrent l'A2 (deux fois l'A3). Elles sont capables d'éditer des documents pour habiller les abris de bus. Les trois modèles de la marque, l'IPF 600 (3100 €HT) , l' IPF 500 (2 530 € HT) et l'IPF 5000 (2 880 € HT), qui peuvent traiter pour le premier le format 24 pouces et pour les deux suivants le 17 pouces, permettent ainsi la production d'affiches en interne. Ils bénéficient, en plus, de 12 encres pigmentées qui leur assurent une qualité chromatique stable. Particulièrement efficaces pour les tirages, les agrandissements photo et la réalisation de maquettes ou d'épreuves, ils s'adressent à la fois au secteur graphique et à la production marketing en interne. De plus, les quatre possibilités d'alimentation papier facilitent la multiplication des supports. Bac, rouleau et chargement manuel permettent, en effet, de charger du papier couché, papier photo, film brillant, etc.

Le numérique, un autre univers

De son côté, Xerox vient de lancer une nouvelle gamme. La DocuColor 5000 (prix non communiqué), conçue pour répondre à des besoins de production, peut traiter jusqu'à 150 000 pages par mois de façon exceptionnelle et plus raisonnablement une moyenne de 30 000 à 40 000 feuilles à une cadence de 50 ppm. Deux autres machines, beaucoup plus puissantes, offrent des points d'entrée dans l'impression couleur numérique haut volume : la DC 7 000 (250 000 pages par mois) et la DC 8 000 (300 000 pages par mois). Élaborées pour les bureaux d'étude ou les services de reprographie centralisés en interne, ces presses prennent en charge la production de catalogue, brochures, livres ou manuels. Elles gèrent la variabilité des informations et la personnalisation des documents. Avec les trois contrôleurs couleur, vous pouvez choisir un flux de production adapté aux applications en cours d'exécution. Le fabricant NRG est également présent sur ce marché. Il cible les petits centres de reprographie ou les groupes de travail composés d'une vingtaine de personnes. « Il s'agit de produits bureautiques, prévient Nicolas Brochot, le chef de produit. Ce ne sont pas des imprimantes dédiées à l'art graphique même si elles s'en rapprochent de par leur qualité de travail. » Ainsi, le multifonction Nashuatec DSC 460 (34 435 € HT) au sein de la gamme NRG atteint les 45 ppm en couleur et assure un niveau de finition professionnel. Plus performante et offrant davantage d'options, la Nashuatec CS 555 (38 040 € HT) imprime à une vitesse de 55 ppm et 60 ppm en noir et blanc. Cette plateforme, conçue pour digérer des hauts volumes, affiche une vitesse d'impression identique en recto verso, accepte des papiers de 52 à 256 grammes/m2, gère les séparations de chapitres et fonctionne même en duo pour doubler ses cadences. Elle offre une vaste palette d'options de finition, classique avec l'agrafage ou le façonnage de brochure et, plus original, avec l'insertion de couverture ou l'impression d'onglets. Avec ce genre d'équipement, il est tout à fait possible d'éditer 300 000 pages de manière ponctuelle, 150 000 par mois, dont 80 % en couleur.

Un accompagnement intense

Enfin, soucieux de fidéliser leurs clients, les fabricants multiplient les services pour aider les entreprises dans le choix de leurs équipements et leur maintenance. Ainsi, Konica Minolta Business Solutions France a créé l'année dernière un service dédié au haut volume pour assurer un suivi client quotidien, un service après-vente et une maintenance de qualité. De son côté, Canon entend aussi accompagner les entreprises dans le choix des solutions en lançant l'offre “Audit d'impression”. Trois niveaux de services sont proposés : l'audit “découverte” pour comptabiliser les impressions (1 000 € HT), l'audit “référence” pour obtenir une analyse et une estimation des coûts (2 000 € HT) et enfin l'audit “privilège” pour un rapport complet et des recommandations stratégiques (3 000 € HT). « Ce service répond aux interrogations des sociétés qui cherchent à optimiser leurs solutions d'impression », commente Hubert Bro, directeur marketing de Canon France. Mais ce n'est pas tout. Le constructeur produit également des solutions logicielles d'aide à la création de document. Par exemple, l'assistant IW Publishing Manager (à partir de 649 € HT) facilite par un simple “cliquer-glisser” l'insertion de documents provenant de différents fichiers (Word, Excel, PowerPoint) et d'images (PDF) pour composer et paginer le nouveau document à imprimer. HP, lui, a mis en ligne un service gratuit (www.hp.com/fr/marketinginterne) pour aider les utilisateurs à manier les logiciels de création de documents comme QuarkXpress 6 ou Publisher 2003. Chacun peut y consulter des cours, poser des questions et recevoir les réponses par mail, s'inspirer des modèles de brochure ou de mailing disponibles ou lire les conseils marketing. La solution Free-Flow de Xerox permet, ainsi, de personnaliser les messages et de produire des documents individuels en arbitrant le plus tard possible. Son objectif ? Simplifier le travail entre les différents intervenants. Car le matériel d'impression n'est qu'un élément de la chaîne de fabrication des documents commerciaux, leur conception est une tâche aussi importante, et au fond, c'est elle qui génère le taux de retour.

Le témoignage de Florian Brobst, responsable communication d'Acadys, spécialiste des performances

« Attention au coût à la page » « Chez Acadys, nous utilisons les deux méthodes : l'impression en interne et l'externalisation. Pour chacun des cas, le choix est dicté par le coût à la page. » Si l'activité commerciale est régulière, les actions planifiées, les quantités supérieures à 2 000 exemplaires, l'entreprise fait appel à un imprimeur. « En revanche, l'impression en interne permet de gérer les urgences et de produire les brochures de moins de 1 000 feuilles, souligne Florian Brobst. Nous utilisons une imprimante laser couleur pour éditer des documents spécifiques, dédiés à un seul client, pour des actions très ponctuelles que les délais exigés par les imprimeurs rendent impossible à sous-traiter. »

Pourquoi choisir une multifonction ?

Les solutions complètes, tout-en-un, comme la multifonction HP Color jet 4 730 (4 270 € HT) ne répondent pas seulement aux besoins d'impression des documents commerciaux. Copieur, fax, scanner et imprimante, ces machines ouvrent l'accès à la couleur et sont recommandées pour être partagées par des groupes de travail importants. Elles n'en demeurent pas moins assez performantes. Ainsi, le modèle HP imprime 30 ppm en couleur et en noir et blanc et peut traiter plus de 4 000 pages par mois.

Mot clés :

Véronique Méot