Recherche
Se connecter

Les tops et les flops de l’année 2000 1/11

Publié par le

Chaque année qui s’écoule apporte son lot de réussites commerciales exemplaires et incroyables, mais aussi des échecs cuisants dont certains ont du mal à se remettre. L’année 2000 n’a pas dérogé à la règle. Revue de détail non exhaustive des tops et des flops qui ont marqué ces douze derniers mois, et petite radiographie des stratégies qui ont conduit ces produits ou concepts au succès ou à l’échec.

  • Imprimer

okémon, trottinettes, crème solaire bleue, fromages à la listeria, forfait téléphonique Spot… Quoi de plus naturel, en cette fin d’année et de siècle, que de se pencher quelques instants sur les jolis “coups” et les “gamelles” qui ont rythmé les 365 derniers jours du millénaire ? Que les choses soient claires, le but de ce dossier n’est nullement d’encenser les produits qui ont connu la gloire, certes méritée pour la plupart, ou de donner des coups de bâton à ceux qui n’ont malheureusement pas connu le même succès. Ce qui nous intéresse avant tout, c’est de comprendre l’envers du décor, les stratégies commerciales ou marketing qui sont à l’origine de ces succès ou de ces échecs, et la façon dont les équipes ont dû faire face à l’une ou l’autre des situations. Tout le monde se souvient de ces bourdes désormais célèbres qui eurent, sur le coup, des conséquences fâcheuses, comme Renault qui vit ses ventes de R14 s’effondrer après avoir maladroitement surnommé sa nouvelle voiture, “la poire”. Pour le constructeur, ce fut la dégringolade, l’échec total, à cause d’un seul et malheureux petit mot, mal choisi par des publicitaires pourtant aguerris. À l’inverse, on ne compte plus le nombre de “pommes” qui ornent aujourd’hui les bureaux des entreprises et des particuliers français. Certes, l’iMac avait tout pour réussir. Mais derrière ses formes ludiques et ses couleurs acidulées, qui ont, par ailleurs, inspiré de nombreux produits, se cachent un vrai travail d’équipe et une stratégie qui ne doit rien au hasard. Alors, succès ou échec, qu’est-ce qui fait la différence ? Et surtout, comment les équipes commerciales font-elles face à la forte et soudaine demande lorsqu’un produit “marche” ou, à l’inverse, comment réagissent-elles lorsque la réussite n’est pas au rendez-vous ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir à travers les dix exemples que nous avons choisis. Sommaire Top - Pokémon : ils les ont tous attrapés ! Flop - Génération start-down : l’exemple de Koobuycity.com Flop - Listeria, la bête noire des fromagers Top - Smart, et ça repart... Top - Coppertone voit la vie en rose Flop - Spot : stop ou encore ? Flop - Hanovre 2000 : fiasco universel Top - La déferlante “trottinettes” Top - Thomson : le futur n’a jamais été aussi beau Flop - Comment Levi’s s’est pris une veste

Isabelle Condou

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Comment Eni a gagné en productivité grâce à la digitalisation de ses forces de vente
Stratégie commerciale
Comment Eni a gagné en productivité grâce à la digitalisation de ses forces de vente
Réginald Thiébaut, directeur commercial d'Eni France

Comment Eni a gagné en productivité grâce à la digitalisation de ses forces de vente

Par Aude David

Pour mener une prospection plus ciblée, cerner rapidement les bons interlocuteurs et mieux se positionner les appels d'offres, Eni gas & power [...]

Éram, fou de personnalisation
Stratégie commerciale
Éram, fou de personnalisation

Éram, fou de personnalisation

Par Dalila Bouaziz

Réinventer l'expérience client, un leitmotiv pour le chausseur de 90 ans, qui mise sur les innovations en magasin comme sur le Web. L'achat [...]