Mon compte Devenir membre Newsletters

Lettre ouverte...

Publié le par

Laurent Goulvestre intervient en tant que formateur via sa société Garuda auprès des PME et des groupes internationaux dans trois domaines de prédilection: la vente, le management des ventes et la vente à l'international. Il est l'auteur de l'ouvrage Du management au leadership. Si, comme lui, vous souhaitez vous exprimer dans nos colonnes, envoyez votre courrier à actionco@editialis.fr

Managers, prenez des risques!

 

C'est un grand «coup de gueule» que je souhaite aujourd'hui passer après plusieurs voyages en Chine et en Inde - où j'ai l'habitude de travailler - pour interpeller nos managers sur le manque d'engagement et de prise de décisions quotidiennes dans leur fonction. Je ne veux pas tomber dans le piège de la critique facile sans fondement.

Mais surprotégés par notre système social et la structure de nos organisations, nous limitons souvent nos engagements professionnels. Or, à la vitesse où le monde bouge, ce mode de pensée est très risqué!

En reprenant certains paramètres des spécialistes de la culture comme Geert Hofstede, Usunier, Trompenaars, et j'en passe, le Français a non seulement une forte aversion à l'incertitude (c'est-à-dire la peur du lendemain), mais aussi, un fort degré de soumission à l'autorité (bien qu'il soit râleur, il attend tout de l'Etat et de ses institutions).

Ces deux critères culturels, associés à mes audits en entreprise, montrent clairement que beaucoup de managers limitent leurs engagements dans les décisions et cultivent uniquement leur image et leur lobby vis-à-vis de l'autorité. Ils optent pour un management flou laissant à chacun la responsabilité de sa propre réussite. Ce type de management a aussi l'avantage de ne pas donner de point d'appui sérieux pour une attaque frontale.

Mais à vouloir régulièrement se positionner dans les hautes sphères plutôt que d'être avec les hommes et les femmes qu'ils pilotent, les managers organisent des jeux de pouvoir et oublient souvent leur rôle majeur qu'est la création de valeur.

En continuant à jouer ainsi, nous risquons de rester sur le quai de la gare et c'est bien dommage pour un pays qui détient le train le plus rapide du monde...