Mon compte Devenir membre Newsletters

Lieu d’événement 2/5 : Séminaires sans hébergement : des lieux à foison, conventionnels ou insolites

Publié le par

Parmi les séminaires d’une journée, c’est-à-dire sans hébergement, on distingue deux grandes familles : celles qui réunissent les collaborateurs pour des séances de travail, générales ou en groupes, et celles qui sont ponctués d’activités en plein air, du type “team building”. Les hôtels ont toutes les raisons de plaire aux entreprises qui organisent un séminaire de travail. Les hôtels “chics”, en ville, conviennent à des groupes limités et aux entreprises souhaitant véhiculer une certaine image de luxe. À Paris, comme en province, vous n’aurez que l’embarras du choix. Avec un bémol tout de même : la capacité d’accueil. Les chaînes (Accor, Best Western, Méridien, etc.) apportent, pour leur part, une réponses satisfaisante, dès lors que la réunion nécessite un nombre important de salles de travail bien équipées. “ Les chaînes sont parfaitement adaptées pour les séminaires de travail, note ainsi Xavier Le Roy, directeur de CTM Événement. En revanche, il est rare de pouvoir en personnaliser le cadre. ” Pour lui, le “must” parisien demeure le Sofitel Saint-Jacques : “ C’est un excellent outil, l’un des meilleurs rapports qualité-prix. ” Les entreprises optent, dans la plupart des cas, pour les trois ou quatre étoiles en centre-ville. Toutefois, certaines d’entre elles, notamment les start up, qui ne cherchent pas à en mettre plein la vue, n’hésitent pas à réserver des deux étoiles.

Une solution “amusante”

Vous pouvez aussi jouer la carte de l’originalité et opter, par exemple, pour une péniche. Reste que cette option n’est pas possible dans tout l’Hexagone. On la retrouve bien entendu en région parisienne (Seine réception, Paris en croisière, Yachts de Paris, Bateaux Parisiens, etc.), mais plus rarement en province. Une solution “amusante”, certes, qui peut toutefois se révéler assez peu pratique et assez peu adaptée aux séminaires de travail. La capacité d’accueil est souvent modeste, l’aménagement et le confort (chaises, hauteur sous plafond, etc.), peu propices au travail et, bien souvent, il faut rester à quai pendant les séances de travail, afin de ne pas entraver la concentration des collaborateurs. Ceci étant, d’autres solutions originales s’offrent à vous, un peu partout dans l’Hexagone. Les lieux connotés “sport”, comme les circuits de karting (Kart FI / Bowling, dans l’Oise, Kart’In, à Paris, Lyon et Marseille, etc.) disposent, par exemple, de salles de réunions, et proposent une restauration sur place. Sans parler des lieux culturels, comme la Grande galerie de l’Évolution, à Paris, le domaine de Cheverny, en région Centre, ou les Hospices de Beaune, en Bourgogne. Et si vous programmez des séances de travail en plein air, il est bon de “penser campagne”. L’entreprise peut alors opter pour la solution traditionnelle de l’auberge, du château ou de l’hôtel, placés sous le signe du sport, de la détente, du dépaysement. “ Attention, toutefois, aux châteaux et auberges qui vous installent dans une annexe moderne et sans âme ! ”, met en garde Xavier Le Roy. Attention, aussi, à vérifier que l’endroit propose une solution de repli en cas de mauvais temps. Les Relais & Châteaux offrent, en la matière, des destinations de luxe. La limite de ce type de lieu, que l’on imagine aisément charmant, réside néanmoins dans la capacité d’accueil, souvent restreinte. L’entreprise peut alors opter pour la solution des complexes de loisirs et de tourisme. On peut citer, pêle-mêle, les Center Parcs, Maéva, Club Mediterranée et VVF. Il va de soi que l’image ne sera pas la même dans l’un de ces clubs dans un hôtel des Relais & Châteaux. Mais tout est, là encore, question de cohérence et de moyen...