Mon compte Devenir membre Newsletters

Motivé, motivé, il faut rester motivé...

Publié le par


>Il fut un temps, dont les moins de 20 ans ont entendu parler dans les livres d'histoire, où l'on pouvait choisir avec quelle société lier son présent et un peu de son avenir. Crise économique justifiant, ce sont aujourd'hui les entreprises qui dictent leurs exigences à la cohorte de jeunes motivés qui ne savent plus comment déclarer leur flamme pour décrocher un poste. Comme bien souvent, c'est du Japon, l'archipel où les rapports humains basés sur l'humiliation de son n–1 font quasiment partie des normes, que nous vient l'illustration la plus frappante du moment. Image Net, l'un des principaux fournisseurs d'accès à Internet du pays, a ainsi eu l'idée d'une méthode originale pour tester la résistance de ses futurs employés: les faire escalader le mont Fujinomiya, 3776 mètres tout de même, en haut duquel ils devaient passer un entretien d'embauche. Sur la vingtaine de participants, seuls onze ont atteint le sommet, essoufflés et grimaçants, avant de s'asseoir devant un recruteur. Une mise en jambe “idéale” pour ces jeunes qui devaient alors se montrer sous leur meilleur profil pour décrocher l'un des quatre postes en jeu… Voilà une “torture” asiatique bien exotique que l'on ne verrait pas sous nos contrées, pensez-vous peut-être? Et vous avez raison: nous autres Européens sommes bien plus pragmatiques et n'avons pas de temps à perdre en excursions montagnardes. Voilà pourquoi nos voisins allemands ont inventé le site jobdumping.de, qui permet aux entreprises de recruter le candidat qui accepte le salaire le moins élevé pour un poste à pourvoir. Une sorte d'enchère inversée pour ressources humaines qui ne présente que des avantages: c'est rapide, économique et cela évite les contacts humains et donc la confrontation avec un homme ou une femme à qui l'on demande de ravaler sa dignité. Que tous ceux pour qui la langue de Goethe n'est pas familière se rassurent, on annonce l'arrivée d'une version française de ce site. Avouez que nous vivons quand même une époque formidable…