Mon compte Devenir membre Newsletters

Non voyant, il fait carrière chez IBM

Publié le par

Malvoyant dès son adolescence et aveugle depuis l'âge de 40 ans, Sylvain Nivard a pourtant effectué une carrière commerciale exemplaire. Aujourd'hui manager chez IBM, il s'engage dans un nouveau combat: convaincre les entreprises de recruter des personnes avec un handicap.

Manager 1 400 commerciaux, aller en rendez-vous client, établir un devis... tout en étant a t teint de cécité! Rien n'est insurmontable pour Sylvain Nivard, ingénieur commercial chez IBM. Malvoyant depuis son adolescence, il est devenu aveugle à l'âge de 40 ans.

Il y a 28 ans, il postule pour devenir technico-commercial chez IBM. Sa carrière, qu'il poursuit en tant que commercial dans l'entreprise, puis dans d'autres, et à nouveau chez Big Blue, il aurait pu la passer derrière un bureau, à l'abri du regard des clients. Ca n'a pas été le cas. « Malgré mon handicap, je n'ai subi aucun préjugé de la part de mes recruteurs, ni même de mes managers quant à ma progression professionnelle », se rappelle Sylvain Nivard.

Bio
Sylvain Nivard

Date de naissance
1961
Diplômes
ENSICAEN (1983)
DESS de gestion (1983)
Date d'entrée chez IBM
1983

Cependant, pour ce commercial de 50 ans, la vie en entreprise n'est pas toujours rose. Si parfois Sylvain se fait accompagner par des collègues pour se déplacer en rendez-vous client, il utilise habituellement les transports en commun. « Ce qui peut virer au parcours du combattant », raconte-t-il. Rien n'est simple non plus lorsqu'il doit lire ses e-mails, accéder à la grille tarifaire, ou encore rédiger un devis, même s'il est aidé par des logiciels.

Atteint de cécité, Sylvain Nivard aurait pu passer sa vie professionnelle derrière un bureau, mais les rendez-vous clients font partie de son quotidien.

Atteint de cécité, Sylvain Nivard aurait pu passer sa vie professionnelle derrière un bureau, mais les rendez-vous clients font partie de son quotidien.

Mais Sylvain Nivard s'accroche, et s'impose une rigueur professionnelle sans faille. « Je suis un peu comme la jolie blonde qui doit redoubler d'efforts pour ne pas passer pour une belle écervelée! », ironise-t-il. Comptant sur lui-même et sur l'aide de ses collègues, Sylvain Nivard gravit les échelons. Aujourd'hui, il est chargé de la formation et de l'animation de 1 400 commerciaux.

Le handicap, un «plus» pour la relation client?

Certes, le fait d'être non voyant ne rend pas un commercial meilleur vendeur. Pourtant, Sylvain Nivard reconnaît volontiers un atout à sa situation: le contact avec le client est facilité. « Le premier sujet de discussion est mon handicap, car les clients sont curieux. L'atmosphère devient vite conviviale » , explique-t-il. Et il remarque que ses interlocuteurs sont « particulièrement prévenants » à son égard. « Ils me guident pour m'asseoir, m'aident à ne pas me cogner », précise-t-il.

Ce parcours, Sylvain Nivard avoue qu'il aurait pourtant du mal à le reproduire aujourd'hui: « Nous vivons une époque plus individualiste » , regrette-t-il. C'est pour cela que, désormais, il se bat afin que d'autres personnes handicapées réussissent en entreprise. IBM, par sa politique RH en faveur de la diversité mise en place dans les années quatre-vingt, soutient ses 300 salariés ayant un handicap. Lesquels ont organisé, Sylvain Nivard en tête, le colloque Phare (Personnes handicapées et responsabilités de l'entreprise), au siège social de Big Blue en France, le 15 septembre dernier. Une initiative permettant de récompenser les sociétés exemplaires en la matière, et d'échanger sur des bonnes pratiques. Un pas de plus vers une meilleure intégration de ces personnes en entreprise. « L'étape du recrutement est franchie pour beaucoup. Mais il reste celle, moins évidente, de l'évolution de carrière », conclut Sylvain Nivard.