Mon compte Devenir membre Newsletters

Outils nomades 4/5. Vidéoprojecteurs : des appareils plus compacts avec des options de connectique

Publié le par

Comme dans les autres domaines du matériel nomade, les vidéoprojecteurs n’échappent pas à la tendance de la miniaturisation. Les progrès réalisés en quelques années sont considérables : alors qu’autrefois, un vidéoprojecteur pesait souvent plus de 10 kilos, il en existe actuellement dont le poids est inférieur à 2 kilos. « Parallèlement à cette miniaturisation, explique François Caroff, chef de produit vidéoprojecteur chez Philips, on note une très nette progression en termes de puissance et de zoom. Par ailleurs, les appareils sont de mieux en mieux ventilés et donc de plus en plus silencieux. » Le constructeur propose, ainsi, deux appareils nomades dans sa gamme Ugo : des vidéoprojecteurs ultraportables (de 3 490 à 4 890 euros), pesant 1,5 kilo et disposant d’un zoom permettant d’adapter la taille de l’image sans avoir, pour autant, à déplacer l’appareil. De la même manière, Epson commercialise deux projecteurs, l’EMP-720 et l’EMP-730 (4 590 et 5 090 euros), pesant moins de 2 kilos et dont les performances visuelles sont néanmoins étendues : alors que le standard de luminosité d’un ultraportable se situe plutôt aux alentours de 1 000 lumens, ces deux appareils affichent une qualité de 1 500 lumens. Un critère à prendre en compte selon le lieu dans lesquels les commerciaux équipés sont amenés à faire des présentations vidéo : une pièce éclairée à la lumière naturelle nécessite, en effet, une plus grande luminosité, pour que les documents projetés soient lisibles.

Du sans fil au réseau

La miniaturisation est un élément déterminant dans le choix de l’équipement des commerciaux, qui doivent pouvoir transporter leur vidéoprojecteur aisément. « Mais, précise François Caroff, le fait de se rendre chez un client avec un petit appareil a aussi un impact sur l’acte de vente : la miniaturisation étonne, et c’est un bon point pour l’image de marque de l’entreprise ! » Mais les innovations ne se limitent pas au poids et à la taille. Des progrès ont également été réalisés en termes de connectique et de travail en réseau. Toshiba vient, par exemple, de lancer deux nouveaux modèles (de 5 290 à 6 690 euros), fonctionnant sans fil, grâce aux normes WiFi : il suffit, alors, de brancher une petite carte sur le PC portable pour que les deux appareils puissent échanger des données. Autre grande nouveauté : les vidéoprojecteurs fonctionnent avec une plus grande autonomie par rapport aux ordinateurs. C’est, par exemple, le cas du LP130 d’InFocus (4 990 euros), qui est vendu avec le logiciel Presenter to go : ce pack permet de réaliser des présentations multimédias à partir d’un simple assistant personnel de type Palm ou Pocket PC. Plus besoin de transporter, en plus du projecteur, le traditionnel PC portable : il suffit de préparer à son bureau la présentation, puis de la transférer sur son PDA, ce qui est évidemment plus confortable. Sony, de son côté, propose, pour ses vidéoprojecteurs, une carte baptisée Memory Stick : il suffit de stocker ses documents multimédias sur celle-ci, puis de la brancher directement sur le projecteur pour faire sa présentation chez le client. Enfin, les constructeurs, à l’instar de Barco, proposent désormais des projecteurs bien plus encombrants, mais reliés au réseau de l’entreprise. Par exemple, les appareils de la gamme iQ Pro disposent d’un serveur Microsoft XP OS, grâce auquel un commercial peut récupérer tous types de documents stockés sur le réseau de l’entreprise. Ce projecteur possède, en outre, une haute qualité visuelle (de 3 500 à 4 200 lumens). Mais, bien sûr, l’excellence a un coût, compris entre 17 000 et 27 500 euros, ce qui en fait un outil à réserver aux séminaires et conférences.

Repères

Un marché en plein essor Selon le cabinet d’études DTC, le marché du vidéoprojecteur se porte bien : il a ainsi connu une croissance de 21 % en 2001. La progression devrait être encore plus forte cette année, avec une prévision de 26 %. Les vidéoprojecteurs séduisent désormais tous les types d’entreprises. En effet, 94 % des grands groupes sont équipés et 60 % des moyennes entreprises également.

Mot clés : pc

Frédéric Thibaud