Mon compte Devenir membre Newsletters

Pourquoi l'illusionnisme n'est- il pas enseigné à HEC?

Publié le par

«Les techniques utilisées dans l'illusionnisme peuvent être transposées à des activités dont l'objectif n'est plus la création d'illusions, mais la négociation. »

L'illusionnisme est loin d'être considéré comme une matière sérieuse, telle que l'analyse financière. On ne voit pas en quoi cette activité du show-business pourrait être utile à des étudiants se destinant au management ou à la direction d'entreprises. Cela peut laisser penser qu'ils pourraient influencer, manipuler, voire hypnotiser leurs futurs clients ou collaborateurs. Cette erreur d'analyse provient de l'ignorance de ce domaine, alors même que la France est le pays qui a inventé l'illusionnisme. Puis ce sont les Américains qui, à partir de 1945, vont insuffler à cette discipline une révolution liée à la nécessité d'exécuter des illusions devant un public très proche.

Des chercheurs ont alors remplacé les trucages par la psychologie et le détournement d'attention par le détournement de raisonnement. Cette innovation ouvrait un champ d'investigation immense pour créer et développer des numéros d'illusions pouvant être présentés à quelques centimètres des yeux des spectateurs ou devant une caméra.

Cette modernisation de l'illusionnisme présente aujourd'hui de l'intérêt dans son étude pour des étudiants d'écoles de commerce, car ses créateurs ont eu le délicat problème de devoir convaincre leurs auditoires de la pertinence de leurs effets et de leur logique, alors que le résultat produit est illogique, n'étant qu'une illusion.

La difficulté particulière tenait à ce qu'ils avaient une obligation de résultat sur tous les spectateurs, et ceci avec une garantie à 100 %, sans droit à l'erreur. C'est ce non-droit à l'erreur qui fait de cette activité l'une des plus difficiles à exercer d'un point de vue professionnel. L'intérêt pour nos étudiants est que cette garantie de résultat repose sur un support fragile et peu envisagé de façon pragmatique: la psychologie. Celle-ci passe pour un domaine aléatoire, étant donné que les aspects psychologiques tenant à autrui sont difficiles à maîtriser.

Nos illusionnistes ont alors établi des lois psychologiques permettant de protéger psychologiquement ses intérêts, quelle que soit la psychologie de l'autre, sans emprise ni manipulation. Les techniques utilisées dans ce domaine présentent l'avantage de pouvoir être transposées à des activités dont l'objectif n'est plus la création d'illusions, mais l'argumentation, les pourparlers, la négociation.

Voilà pourquoi il m'a semblé important d'écrire le livre Le Pouvoir de l'illusion, paru chez Plon, pour permettre de s'initier à la protection de ses intérêts face à toute personne à l'esprit critique développé.

En 2012, si Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po disparu récemment, avait eu connaissance des bénéfices potentiels de la connaissance de l'illusionnisme pour un étudiant, il m'aurait sans doute, avec l'ouverture d'esprit qui le caractérisait, offert d'animer une chaire d'enseignement sur cette spécialité...

. Bio

Avocat de formation et illusionniste professionnel, Jacques H. Paget a plus de 700 conférences à son actif sur les techniques de négociation. Il est l'auteur de Le Pouvoir de l'illusion, les clés de votre réussite, paru aux éditions Plon

Jacques H. Paget, conférencier et illusionniste professionnel