Quand être en retard au bureau n'est plus un drame!

Publié par le

La majorité des dirigeants seraient plutôt tolérants sur les retards au bureau. Selon une récente étude menée par Mozy, spécialisé dans la sauvegarde en ligne, les technologies mobiles (telles que les smartphones et les services cloud) amènent les managers à être de moins en moins regardants sur les horaires de travail.

Cette étude, menée auprès de 1 000 personnes (employés et employeurs français, anglais, allemands, américains et irlandais), montre que 73 % des patrons seraient plutôt tolérants face aux retards de leurs employés. En moyenne, les dirigeants français ferment les yeux sur un retard n'excédant pas 32 minutes et pourraient laisser leurs collaborateurs passer un peu plus d'une jour née à travailler depuis leur maison sans que cela ne leur pose problème. Les patrons anglais et allemands ne toléreraient pour leur part qu'un retard de 20 minutes.

@ JULIEN TROMEUR - FOTOLIA

Mais attention, si ces retards sont acceptés, c'est que les managers ont consenti à une nouvelle répartition des heures de travail! Ainsi, un employé sur cinq commence sa journée en consultant ses e-mails dès 7 h du matin, contre 6 h 30 pour les Anglais.

L'étude démontre finalement que l'on commence davantage à considérer le travail comme une tâche à effectuer, et plus uniquement liée à une présence au bureau...

Les résultats de l'étude sont disponibles à cette adresse: http://mozy.fr/9-5

Sur le même sujet

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !
Ressources humaines
[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

Par Laure Trehorel

Diriger des équipes commerciales de nationalités différentes demande un grand respect de l'autre et de sa culture. Cet exercice, Patricia Molenaar [...]

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Ressources humaines
[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Bank-Bank - Fotolia

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?

Par Nicolas Léger

Entre liberté d'expression et lien de subordination, tout est affaire de mesure et de circonstances. La critique émise par le salarié peut, [...]

Télétravail : ce qui change pour les entreprises
Ressources humaines
Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Par Mallory Lalanne

La loi de ratification du 29 mars 2018 et l'ordonnance du 22 septembre 2017 donnent aux employeurs de réels garde-fous pour que le télétravail [...]