Mon compte Devenir membre Newsletters

Récompenses 3/4 : Voyages : partir loin pour revenir motivé

Publié le par

Si l’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, on n’attire pas non plus les commerciaux avec n’importe quoi. Surtout pas les meilleurs. Pour entraîner loin dans la performance une force de vente ou bien un réseau de distribution externe, il faut savoir les faire succomber. Et, parmi toutes les tentations possibles et imaginables, le voyage demeure, de loin, une valeur sûre. On devrait d’ailleurs plutôt parler “des voyages”. Car les formules sont aussi nombreuses qu’il existe de challenges. On distingue en fait deux grandes familles. Il y a d’abord le Grand Voyage. Celui qui vise à é-pa-ter ! La destination est lointaine, le programme, étonnant et l’accueil, luxueux. L’agence FidéCity, qui a organisé un challenge pour le compte d’Adia Interim, avait ainsi concocté un voyage au Sri Lanka pour les cinquante meilleurs collaborateurs. Un voyage de rêve, pour un budget individuel d’un peu plus de 2 800 euros tout de même ! L’entreprise réserve ce choix à l’élite de ses commerciaux ou de ses revendeurs. C’est toujours du cousu main et rien n’est laissé au hasard. La destination, par exemple, est généralement, choisie en fonction de la thématique développée par le concours. Ainsi, le challenge Adia Krishna, auquel ont participé les collaborateurs d’Adia, a-t-il conduit les meilleurs sur les terres du bouddhisme, au Sri Lanka. Certains organisateurs décident de laisser carte blanche aux participants sur le lieu et la date. C’est ce qu’a fait Uniteam Communication, organisateur de l’opération Karma Power pour Orange Distribution. Au programme de ces voyages ? Du plaisir, encore du plaisir. Pas question d’importuner les participants avec le business ou la stratégie commerciale. Certains clients choisissent même d’y convier les lauréats avec leurs conjoints. Les entreprises qui optent pour une formule collective peuvent, en revanche, espérer développer le sentiment d’appartenance à la marque, surtout s’il s’agit de revendeurs.

Souder les équipes

Les destinations qui marchent ? Le très chaud et le très froid. Le Costa Rica, l’Islande, les îles Galapagos ou, pour les plus fous, le pôle Nord. Christophe Jeanson, directeur exécutif d’Accentiv’, observe, pour sa part, une forte demande pour la Thaïlande et l’Australie. L’agence du groupe Accor Services, qui dispose de plus de trois cents hôtels conçus pour le tourisme d’affaires, est, il faut le dire, bien parée pour répondre à toutes les demandes. Mais nul besoin de tomber dans la surenchère. Pour le directeur de l’agence EOS, Michel Bensadoun, on peut épater sans pour autant aller à l’autre bout du monde : « Ce n’est pas tant la distance qui compte que de savoir dénicher la ville ou la région qui revêtent un caractère hors du commun, que ce soit à une ou à dix heures d’avion. » En décidant d’offrir un voyage, l’entreprise, vise, dans un autre genre, à développer le sens du collectif. Ici, ce n’est plus la destination qui compte, mais le programme qui va fédérer les participants. Le sport est l’un des leviers possibles : un stage collectif de plongée ou de voile en Méditerranée, un raid-aventure en Auvergne, etc. La visite d’une ville ou d’une région peut également être le théâtre d’activités culturelles ou ludiques fédératrices. L’agence Accentiv’ a, par exemple, organisé un week-end dans un grand hôtel de La Baule pour les meilleurs vendeurs de Ford Lease. Au programme ? Une murder party. En France, toujours, les idées sont multiples : Top Fun Travel propose des chasses au trésor dans la vallée de la Loire. Mais Nice, Dinard ou encore Le Touquet ne manquent pas non plus d’intérêt. Autant d’activités qui peuvent également se dérouler dans un cadre un peu plus dépaysant : « Les capitales européennes, Budapest, Londres, etc., se prêtent bien à ces voyages », souligne Christophe Jeanson. Helsinki, Varsovie, Lisbonne… Chacune d’elles saura réserver des surprises à ceux qui s’y arrêteront.

Mot clés : Voyage |

Anne-Françoise Rabaud