Mon compte Devenir membre Newsletters

Revue de presse internationale

Publié le par

Etats-Unis: commercialiser en toute transparence

Stratégie. Et si les meilleurs promoteurs de vos produits étaient vos clients? C'est, sans doute, l'idée qui a traversé l'esprit des dirigeants du groupe américain Breville, fournisseur de matériels de cuisine pour particuliers et professionnels. Les utilisateurs sont invités à donner leur avis sur le site. L'objectif est que chaque four, gaufrier et autres plaques de cuisson soient jugés par les clients. Ainsi, les dirigeants de Breville espèrent améliorer leurs produits suivant les attentes des clients, et faciliter les ventes pour leurs revendeurs, grâce à des consommateurs avertis et confiants.

Source: Internet Retailing, par Chloé Rigby, 28 mars 2011. www.internetretailing.net

Royaume-Uni: la Royal Mail s'engage sur la performance de ses mailings

Relation client. Pour faire face à la concurrence sur le marché du courrier, la poste britannique entend bien ne pas rester les bras croisés. La Royal Mail, acteur historique, géré par l'Etat jusqu'en 2006 et aujourd'hui privatisé, souhaite inciter les entreprises à recourir à ses services de routage. Ainsi la société leur propose un tarif évolutif sur les résultats des campagnes orchestrées. En cas de faible performance, elle ne paiera pas le prix fort. Les modalités de l'opération restent à définir, mais dans le même temps, la Royal Mail annonce une hausse de 10 % de ses tarifs pour certains services aux entreprises. Un moyen de mieux faire passer la pilule?

Source: Marketing Week, par Parsons Russel, 16 mars 2011. www.marketingweek.co.uk

Allemagne: manquer à ses devoirs envers le client, une pratique risquée

Droit. Mal conseiller un client peut coûter cher. La Deutsche Bank en est l'exemple. 541 074 euros pour avoir omis de conseiller une entreprise cliente sur le risque réel d'une opération financière complexe. L'affaire portée au tribunal condamne la banque à indemniser son client. Au montant de ces dommages s'ajouteront les intérêts, sans compter que la banque allemande aura perdu de sa crédibilité et de sa réputation. De manière plus générale, la décision du tribunal rappelle qu'une entreprise a des devoirs envers le client

Source: Der Taggesspiegel, par Rolf Obertreis, 22 mars 2011. www.tagesspiegel.de

Etats-Unis: le mauvais management, responsable de l'inertie technologique

Stratégie. Des failles dans votre management affectent l'ambiance d'équipe, la motivation des commerciaux, les ventes... et même la capacité à innover de votre entreprise! C'est ce que révèle un professeur d'Harvard s'exprimant dans les colonnes de Fast Company. En cherchant quelles sont les causes de l'inertie de certaines entreprises, il apparaît qu'un management défaillant est un facteur de blocages pour l'émergence de nouvelles offres commerciales. L'auteur va plus loin en affirmant qu'un mauvais management peut enrayer les effets bénéfiques d'investissements en R & D. Un bon produit ne se vend pas sans de bons vendeurs, et a fortiori sans de bons managers.

Source: Fast Company, par Clayton M. Christensen, 22 février 2011.www.fastcompany.com