Mon compte Devenir membre Newsletters

Revue de presse internationale

Publié le par

La rédaction d'Action Commerciale a sélectionné pour vous cinq articles issus des sites web de nos confrères étrangers.

Etats-Unis: quand les entreprises se font payer... en tweets!

Réseaux sociaux - La course à la notoriété sur le Web n'en finit plus, comme le prouve le producteur de céréales américain Kellogg's, en ouvrant un Tweet store à Londres. Le concept? Une boutique éphémère dans laquelle les clients ont pu acquérir des produits en échange d'un message posté sur Twitter valorisant la marque. Sans aller jusqu'à penser que le post sur les réseaux sociaux puisse devenir une monnaie d'échange, cette initiative a le mérite d'être innovante, à l'heure où le buzz agit comme un multiplicateur des ventes.

Source: The Wall, par Gordon MacMillan, le 25 septembre 2012.

Royaume-Uni: un point de vente 100 % virtuel

Technologie - Peut-être remplacerez-vous bientôt vos magasins par des «store treks». Il s'agit d'un commerce interactif en 3D, imaginé par le groupe britannique de supermarchés Tesco. L'idée est d'offrir à ses clients la possibilité de déambuler dans les rayons d'un magasin virtuel et d'effectuer leurs achats depuis leur canapé... Pour cela, Tesco s'appuie sur deux innovations: la technologie K-Motion Store, développée par Keytree, qui recrée en 3D les rayons d'un hypermarché classique tout en le personnalisant en fonction des goûts du client, ainsi que la Kinect de Microsoft pour accéder à ce point de vente depuis son téléviseur. Une avancée qui, si elle se généralise, fera du commercial et de l'animateur une force de vente virtuelle?

Source: Popai, par Lindsay Scarpello, le 18 septembre 2012.

Belgique: entente sur les prix de vente

Juridique - Petits arrangements, grandes conséquences... Cela pourrait être le résumé de l'actualité qui agite le monde de la grande distribution en Belgique. Les principaux acteurs de ce marché viennent d'être reconnus coupables d'entente sur les prix de vente, en accord avec certains fournisseurs, entre 2002 et 2007. Ainsi, cette entente sur les prix des produits de droguerie, de parfumerie et d'hygiène a représenté un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros sur cette période. Un jugement qui rappelle que la suprématie des supermarchés (leur part de marché sur les produits cités est de 80 % en Belgique) ne les met pas à l'abri de la loi.

Source: Le Vif, le 2 octobre 2012.

Etats-Unis: plus de responsabilités, moins de stress

Etude - Vous aussi vous pensiez que le facteur stress s'accroît avec le niveau de poste occupé? Une récente étude américaine affirme pourtant le contraire... Réalisée par les universités d'Harvard, Californie et Standford, celle-ci montre que le taux du cortisol, l'hormone du stress, est moins élevé chez les dirigeants et autres hauts managers que chez les cadres intermédiaires ou chez les collaborateurs sans ou avec peu de responsabilités. Les chercheurs avancent une hypothèse afin d'expliquer ce phénomène: il serait dû à la nature même des différentes fonctions. En effet, plus on a de leadership, plus on est censé être entraîné au self-control.

Source: Standford University, par Max McClure, le 24 septembre 2012.

Espagne: les managers trentenaires ont la bougeotte

Etude - Vous ne parvenez pas à fidéliser vos jeunes managers? Visiblement, vous n'êtes pas le seul! Trois enseignants de l'IE Business School de Madrid et de Rouen Business School ont mené l'enquête auprès de 1 200 managers trentenaires. Les résultats de l'étude, publiés dans la Harvard Business Review, montrent que tous les répondants, sans exception, sont en veille professionnelle active! 95 % d'entre eux prospectent quotidiennement les offres d'emploi sur les réseaux sociaux et leur première expérience professionnelle dure en moyenne à peine plus de deux ans... L'étude met en exergue le manque de perspectives ressenti par les managers, en termes d'évolution de carrière, de formation... Ce à quoi les entreprises répondent ne pas vouloir investir pour des cadres réputés peu fidèles! Un cercle vicieux dont on ne sait s'il est plus alimenté par la réalité ou par des a priori.

Source: Harvard Business Review, par Monika Hamori, Jie Cao, et Burak Koyuncu, août 2012.