Mon compte Devenir membre Newsletters

Stimulation et cadeaux d'affaires: des marchés résistants à la crise

Publié le par

Les dirigeants ont compris que, crise ou pas, les challenges commerciaux sont indispensables. C'est du moins le constat dressé par Omyagué, éditeur du Guide annuel du cadeau d'affaires, cadeau VIP et cadeau de stimulation.

@ FOTOLIA/ANDRES RODRIGUEZ

La légère reprise amorcée en 2009 sur le marché de la stimulation et des cadeaux d'affaires se confirme en 2010. Selon la dernière étudeEtude réalisée auprès de 500 entreprises déclarant utiliser le cadeau d'affaires comme outil de fidélisation et de motivation, juillet 2011. réalisée par Omyagué, éditeur du Guide annuel du cadeau d'affaires, cadeau VIP et cadeau de stimulation, le chiffre d'affaires du secteur en France s'élève à 864,8 millions d'euros pour 2010, soit une hausse de + 2,89 % par rapport à 2009. Une tendance qui touche aussi le marché de la stimulation, avec une croissance de +4,67 % pour un chiffre d'affaires de 2,32 milliards d'euros. Ne sont pas inclus dans cette estimation le chiffre d'affaires du cadeau dit «d'entreprise» réalisé par le biais du comité d'entreprise ainsi que celui du voyage d'affaires englobant congrès et séminaires, et qui représente 12.6 milliards d'euros de recettes par année en France.

Selon l'étude, 56,8 % (contre 54.7 % en 2009) des sociétés qui stimulent leurs équipes, réseaux et clients organisent une opération par an. 32,6 % (30,2 % en 2009) en élaborent deux et 10,6 % (15,1 % en 2009) en préparent trois. Des chiffres confirmant que les entreprises ont compris l'intérêt de mettre sur pied de tels événements malgré la crise. En témoignent les 87,6 % des dirigeants interrogés qui constatent une augmentation de leur chiffre d'affaires quand leur entreprise développe des challenges commerciaux.

Le voyage reste le meilleur stimulant pour 47,9 % des personnes interrogées. Suivent les articles haut de gamme plus personnels (produits de luxe, bijoux, coffrets gastronomiques, etc.) plébiscités à 38,9 %, puis les chèques et cartes-cadeaux (26,6 %). Toutefois, si on leur laissait le choix, 58,3 % des destinataires opteraient pour une prime sous forme d'argent.

Pas de grande nouveauté du côté des cadeaux, si ce n'est que le prix n'apparaît plus, contrairement à 2009, comme le premier critère de choix des entreprises. Il se place en deuxième position derrière l'utilité. Le prestige de la marque et la qualité du produit entrent ensuite en ligne de compte dans le choix du présent. En matière de cadeaux offerts aux collaborateurs et clients, les valeurs sûres, comme le champagne, les vins et les spiritueux, caracolent toujours en tête. Ils sont sélectionnés par 16,9 % des personnes interrogées. Suivent les produits gastronomiques (16,6 %), les accessoires de mode, la maroquinerie et les bagages (15,7 %). Enfin, si le budget cadeau /incentive est constant pour 37,1 % des entreprises (contre 35,8 % en 2009), voire en hausse pour 34,3 % d'entre elles (contre 30,7 % en 2009), les niveaux de prix des articles choisis sont stables.

Comment collaborer avec une agence de stimulation des ventes

Les professionnels recommandent de contacter l'agence de stimulation sélectionnée plusieurs mois avant l'opération, de manière à lui permettre de vérifier la cohérence entre les objectifs, le cahier des charges et les attentes des collaborateurs.
A ce stade, l'entreprise doit remettre un maximum d'informations à son prestataire: la description de la politique de rémunération des forces de vente, l'historique des opérations de stimulation la définition de la stratégie commerciale et des objectifs liés au challenge, etc.
Tous ces éléments serviront la réflexion des créatifs, qui pourront mettre en place une opération répondant point par point aux exigences repérées. Le challenge se monte comme un puzzle, en réunissant l'ensemble des éléments: stratégie, objectifs, cible. Il est donc important de ne rien passer sous silence à son prestataire.