Mon compte Devenir membre Newsletters

Trouvez de l'or en «base»

Publié le par

 

Les bases de données Mediapost, Comm'back ou Cartegie proposent des informations très ciblées.

@ FOTOLIA

Les bases de données Mediapost, Comm'back ou Cartegie proposent des informations très ciblées.

Location et achat de données : ciblez vos recherches

1 Prospecter, conduire une campagne de communication efficace, démultiplier une base de contacts... Quel que soit votre objectif, vous pouvez être amené à louer ou acheter des fichiers de données à des prestataires extérieurs, en complément des vôtres. Voici une sélection de solutions proposées sur ce marché concurrentiel.

Plusieurs millions de données dans des bases uniques

Les fournisseurs de données rediffusent généralement les bases de l'Insee et les complètent en apportant en plus des informations et des services. Dès lors, pourquoi ne pas orienter vos recherches du côté de cet institut de la statistique? La base de données Sirène de l'Insee répertorie en effet les informations économiques et juridiques (numéros de Siren et de Siret, code APE, date de création...) de 7,5 millions d'entreprises et établissements français, sans préciser les coordonnées de leurs dirigeants. Commercialisée, au prix de 65 994 Euros TTC, elle est également disponible sur abonnement annuel. Comptez alors 37 128 Euros TTC pour une livraison mensuelle et 23 970 Euros TTC pour le semestre (offre non assujettie à la TVA). S'ajoute, à cela, la première année, le coût d'accès à la base. Ces données peuvent être mises à jour dans le cadre d'une offre d'actualisation dédiée. Ainsi, l'Insee propose des fichiers de données sur les jeunes entreprises (gamme Création), dont les tarifs sont fixés en fonction de la quantité de données achetées.

Alors que l'Insee peut vous fournir, à un instant donné, un panorama précis des entreprises françaises, La Poste peut, quant à elle, à tout moment, vous indiquer leur localisation géographique. Pour une qualification optimale des adresses de vos clients et prospects, La Poste SNA (Service national de l'adresse) propose deux bases de données, l'une géographique et l'autre nominative. A travers des référentiels dédiés, la première répertorie codes postaux, voies et numéros de rues ainsi que les cedex pour les 36 600 communes françaises. De quoi vous éviter des erreurs lors de l'envoi de vos courriers. La seconde base référence chaque année 100 000 nouvelles adresses d'entreprises ayant déménagé. En complément, La Poste SNA dispose d'un fichier «Nouveaux Voisins Entreprises» qui recense, pour chaque société, sa raison sociale, sa nouvelle adresse et son ancien code postal. Ces différentes offres sont distribuées, selon les fichiers, par une série de prestataires extérieurs, parmi lesquels Amabis, Experian QAS, Mediapost Multicanal ou encore Uniserv. Les tarifs pour accéder à un fichier à la location varient selon le distributeur. Autre base globale, le Mégafichier pH d'Experian. Dédié à l'information sur les sociétés, il regroupe diverses données concernant 8,4 millions d'entreprises et établissements actuellement actifs. Taille, activité, informations légales, coordonnées postales et téléphoniques, e-mails, sont ainsi communiqués. Particularité de cette base? Elle délivre, en plus des données Insee, des informations permettant de dresser le profil de croissance des entreprises ou de savoir si ces dernières se trouvent dans une situation de risque financier.

Grâce à son offre Sphere Business, PagesJaunes Marketing Services (PJMS) fournit, en plus des 5,2 millions d'adresses de l'Insee, 3,5 millions de données France Télécom. Ses tarifs sont variables: 51 Euros HT du mille et 79 Euros HT pour une adresse et un numéro de téléphone à la location, 142 Euros HT et 215 Euros HT à la vente.

De son côté, la Meg@base de Cegedim rassemble plusieurs fichiers. Ils comptent précisément plus d'un million de numéros de téléphone, 660 000 numéros de fax mais aussi 2,3 millions d'adresses e-mail. Le prestataire propose aussi une base des décideurs, tous secteurs d'activité confondus. Celle-ci est enrichie par Cegedim par déduplication et rapprochement avec votre propre fichier d'adresses. Coût de la location: à partir de 260 Euros HT le mille pour un canal. Il faut compter en plus des frais de sélection des données de 250 Euros HT et une redevance frisee de 13,15 HT le mille. Des tarifs dégressifs sont pratiqués en fonction des données commandées.

Des bases ciblées par secteur d'activité

D'autres prestataires font le choix de bases de données très ciblées. C'est le cas de Comm'back (groupe Vecteur Plus), qui commercialise trois bases spécialisées IT (Europe, End users, Pro). Ces bases ont pour spécificité de présenter une photographie complète des parcs informatiques des entreprises recensées, aux fournisseurs de solutions IT à la recherche de clients, de revendeurs ou de fournisseurs. La base Europe présente la particularité de recenser plus de 230000 entreprises issues de 17 pays européens.

Via, notamment, 48 000 e-mails nominatifs dans 40 000 entreprises françaises, l'offre End users propose, aux fournisseurs de solution IT, des données sur les sites informatiques (comprenant un serveur, un réseau et 10 postes) et les postes informatiques (serveur, poste, logiciel...) ainsi que les coordonnées des décideurs de ces entreprises. Quant à la base Pro, elle permet aux acteurs de ce domaine de trouver des fournisseurs ou revendeurs via les 17000 e-mails nominatifs émanant de 13000 entreprises. Dans ces deux dernières bases, un nom d'entreprise coûte 1 Euros HT dans le cadre d'un abonnement annuel, ce prix incluant aussi d'autres prestations (formation, e-mailing).

Cegedim fait, quant à lui, le choix de se spécialiser dans la santé. Si ce prestataire diffuse ou rediffuse non seulement une série de bases de données B to B (entreprises et dirigeants, grands comptes) au sein de trois bases métiers (laboratoires pharmaceutiques, professions juridiques, comptables et techniques, et élus), il dispose, néanmoins, de six bases de données santé (256000 médecins, 78000 pharmaciens et officines et 37000 établissements de santé).

Dans son entrepôt de données, Cartegie répertorie, depuis un an et demi, des données très spécifiques. Il recense en effet tous les nouveaux locaux commerciaux en construction ou en rénovation, d'après des données issues du ministère de l'Ecologie et du Développement durable. 3 000 nouveaux permis de construire sont ainsi référencés, chaque mois, dans le fichier, qui en compte aujourd'hui 50000. Chaque millier d'adresses mis à disposition sera facturé 200 Euros HT. Cartegie référence, en outre, 8,5 millions d'établissements français. Pour ce faire, il multiplie les données de contact de dirigeants (téléphone, e-mail, etc.) et les informations concernant la vie des entreprises (fermeture, changement de direction, etc.).

Chez Mediapost, on trouve, enfin, une gamme Prospection mettant à disposition une base de 2,8 millions d'entreprises et 3 millions de contacts nominatifs de décideurs. Au sein de cette gamme, elle propose un pack Collectivités qui regroupe les données de conseils généraux et de mairies, en fonction, notamment, de la taille de la commune. Un pack Associations et Comités d'entreprise est également commercialisé. Les coordonnées de responsables de comités d'entreprise, d'associations, de fondations, etc., sont délivrées. Ainsi, plusieurs millions d'adresses sont disponibles. En Pour 1 000 adresses, comptez 107 Euros HT.

Autre type de base, celles rassemblant des données comportementales. Ainsi, l'offre Reed Data rassemble 700 000 contacts de personnes présentes sur la quarantaine de salons organisés par Reed Expositions. Cette base comprend non seulement leurs coordonnées (e-mail, téléphone, adresse postale) mais également des indications sur leur comportement pendant les salons et, éventuellement, des informations sur leurs projets d'équipement. Elle rassemble des professionnels issus de tous les secteurs d'activité, des directeurs achat aux responsables production en passant par les hôteliers, et s'enrichit à chaque nouveau salon. Les tarifs de location débutent à 250 Euros HT au mille.

Le développement des services en ligne

Quel que soit le prestataire qu'ils plébiscitent, les clients sont par ailleurs de plus en plus demandeurs de services autour de la base de données. Les prestataires ont donc plutôt tendance à leur permettre de piloter eux-mêmes, plus directement et simplement, leurs projets en ligne.

Ainsi, Kompass International (groupe Coface) propose depuis l'été dernier Easy Business on line. En se connectant sur une plateforme web dédiée, cette solution permet d'accéder à trois niveaux de bases de données, à des fins de prospection. La première, la base propriétaire de Kompass, regroupe 200 000 entreprises françaises. Les deux autres bases incluent en plus, respectivement, 1,2 million d'entreprises et les établissements secondaires de ces entreprises. Selon les options choisies par le client, ces données peuvent être mises à jour en temps réel. Celles-ci peuvent être surtout comparées avec ses propres bases client. On peut ainsi importer sa base ou repérer des prospects potentiels parmi les sociétés de la base Kompass, en se référant à une liste de 57 000 critères qui permettent de codifier ces entreprises. Il est également possible de personnaliser sa prospection en choisissant ses propres critères de recherche. Le prix varie en fonction de la solution choisie: de 1 830 Euros à 12 000 Euros HT, sans compter les dépassements de crédits d'exportation (150 Euros HT les mille crédits), renouvelables autant de fois que souhaité.

Il existe également d'autres solutions en ligne, moins lourdes et plus adaptées, pour les petites entreprises. Ainsi, Manageo propose Leadbox, qui, à partir de 119 Euros HT, permet non seulement de créer ses propres fichiers à des fins de prospection mais aussi de gérer dans son intégralité une campagne marketing. Les données de ces fichiers proviennent des 4 millions d'entreprises répertoriées dans le Registre national du commerce et des sociétés (RNCS) et d'un vivier de 600 000 adresses e-mail, directement accessibles via la solution. Création, fermeture ou solvabilité des entreprises, les utilisateurs peuvent se tenir au courant de la vie des entreprises, grâce à une mise à jour régulière des données. Sur le même thème, la version 4 de la plateforme Marketingconnect. fr de Page Jaunes Marketing Services a été mise en ligne cet été. Cet outil, dédié aux TPE-PME, permet d'acheter des fichiers et de créer des opérations via le courrier, l'e-mail ou le SMS. Son offre B to B est constituée de 5,7 millions d'adresses postales et de 2,4 millions d'e-mails géolocalisés. L'achat d'un fichier (adresse + téléphone) varie entre 0,193 Euros HT et 0,139 Euros Euros HT selon la quantité acquise. Ainsi, 100 Euros HT permettent d'acheter 526 adresses postales. Sans compter, alors, le coût de réalisation de la campagne marketing.

Traitement de données: l'essor des services en ligne

2 En une heure, ce sont 130 entreprises qui se créent et presque autant qui font faillite en France... , selon la société spécialisée dans le traitement de la donnée, Altares. De quoi remodeler en profondeur le panorama des entreprises. Dans ces circonstances, inutile de rappeler la nécessité de mettre à jour, de façon régulière, ses données. Il ne suffit pas d'avoir en sa possession des bases de données clients. Encore faut-il que celles-ci soient exploitables. Elles doivent donc être régulièrement actualisées. Des solutions existent pour cela. Un certain nombre de prestataires les proposent en plus de l'achat ou de la location de fichiers. Les objectifs, pour le client, sont simples: optimiser ses coûts et augmenter l'efficacité de ses campagnes marketing. Voici, pour vous aider à faire un choix, une présentation de certains outils disponibles sur le marché.

Solutions d'enrichissement de la donnée

Pour une prospection efficace, il apparaît nécessaire que les entreprises puissent atteindre leurs clients et prospects, quel que soit le canal utilisé. Acxiom, fournisseur de données, est aussi spécialisé dans leur enrichissement et leur traitement, via le nettoyage, la déduplication et la mise à jour de celles-ci. Les entreprises peuvent donc faire appel à ce prestataire pour acquérir des adresses e-mail et compléter leurs bases, afin d'interagir avec leurs clients via un nouveau canal. Il faut compter 1,50 à 2,50 Euros HT par e-mail acheté. Cette offre B to B est proposée dans le cadre d'une licence d'utilisation acquise par le client pour 24 mois. Par ailleurs, la société commercialise Abilitec. Celle-ci permet, à partir d'un identifiant unique par client, de consolider toute l'information dont vous disposez sur lui. Cette clé de lecture unique vous permet ainsi d'obtenir une vision unifiée, multicanal et régulièrement mise à jour de l'ensemble de vos clients et prospects.

Enrichir la donnée, c'est également ce que propose la société AID, spécialisée dans le benchmarking de la qualité de données. L'entreprise construit et exploite des fichiers à partir des bases de l'Insee. Elle exploite également d'autres sources comme les journaux officiels ou encore les journaux d'annonces légales. En plus des 60 000 Euros HT d'acquisition de la base de l'Institut et d'autres coûts annexes, il faut ainsi compter de 50 à 60 000 Euros HT pour la construction d'une nouvelle base et quelques milliers d'euros par mois pour son exploitation. AID est par ailleurs capable de construire et d'actualiser des référentiels clients uniques permettant de conserver des historiques des achats et de la consommation de ses clients.

De son côté, la société Altares, spécialisée dans la connaissance interentreprises, est aussi capable d'enrichir la donnée et de qualifier en informations légales, marketing et financières, 7,7 millions d'entités économiques, actives en France. Autant de professionnels dont elle est capable de dresser un historique sur vingt ans.

Mais l'une des "grandes nouveautés de la rentrée, en matière de service d'enrichissement de données, est la plateforme web 123 Data de PagesJaunes Marketing Services. En effet, grâce à cet outil, PJMS entend permettre aux annonceurs de piloter en direct leurs actions de marketing opérationnel. Ces derniers peuvent ainsi non seulement commander des coordonnées postales, téléphoniques ou des e-mails, issus de la base PJMS, mais aussi obtenir le numéro de Siret d'une entreprise, dédupliquer des données ou encore normaliser une adresse postale. La plateforme assure également le routage des campagnes et permet d'avoir accès à l'historique de ces actions.

Solutions de traitement de l'adresse

Pour éviter les envois postaux à des mauvaises adresses, entraînant des frais inutiles, La Poste SNA propose un service de traitement des déménagés. Charade Entreprise permet en effet d'actualiser, chaque mois, ses bases de données en y incluant les changements d'adresse définitifs des entreprises. Une solution distribuée par une douzaine d'acteurs licenciés, dont Arvato Services, PN Data et Soft Computing.

Amabis se distingue par un service de RNVP (restructuration normalisation validation postale) proposé à la fois pour la France et, depuis quelques mois, pour l'international. Sa base d'adresses, fondée en partie sur les fichiers de l'Union postale universelle (UPU), couvre en effet plus de 200 pays. Une normalisation également possible en ligne, les tarifs étant 20 à 25 % moins chers que ses offres hors ligne (établis à 8 Euros HT pour mille, pour la France).

Enfin, pour valider les adresses postales des entreprises référencées dans les bases de données, Mediapost propose, dans sa gamme Fidélisation, un ensemble de solutions de traitement d'adresses. Premier niveau d'intervention: une RNVP et identification des déménagés. Une offre de base accessible à partir de 857 Euros HT. D'autres actions de traitement, comme l'identification des doublons, sont proposées en options payantes.

Solutions en ligne

Ces solutions de traitement d'adresses sont également déclinables en ligne. Cela permet en effet d'accélérer le traitement de la donnée. Sans compter que l'entreprise est désormais rassurée de ne plus voir transférées, à l'extérieur, des données pour le moins confidentielles.

Ainsi, CBC Développement propose le service SaaS B to B pour dédupliquer et sirétiser des données sur les entreprises à partir des données de la base Sirène de l'Insee, via le rediffuseur La Base Marketing. Le service est accessible à partir de 8 Euros HT du mille, sans compter la redevance Insee de 32,95 Euros HT. Autres services proposés, SaaS e-Mails pour valider les adresses de messagerie, SaaS RNVP pour saisir et valider les adresses postales, et SaaS Annuaires pour valider les adresses et mettre à jour les numéros de téléphone (en France et à l'international).

La Base Marketing propose, de son côté, une solution de sirétisation en ligne depuis moins d'un an. Une offre accessible sur abonnement à partir de 120 Euros HT par mois. S'y ajoutent le coût, variable, d'achat de données et les 800 Euros HT d'installation et de paramétrage dont il faut s'acquitter la première année. Enfin, la nouvelle version de la plateforme web d'Amabis a été lancée au début de l'année 2011. Ses clients peuvent ainsi traiter leurs propres fichiers via une plateforme dédiée. 15 Euros HT de frais fixes pour le chargement sont alors à prévoir, auxquels s'ajoutent des frais annexes: ceux-ci s'élèvent à 6 Euros HT du mille pour une normalisation postale par exemple. Au cours du dernier trimestre, cette plateforme en ligne permettra d'opérer une sirétisation en ligne via un formulaire web. Amabis est également en train de développer un service de géocodage sur sa plateforme web. En cours d'industrialisation, il devrait être disponible à la fin de l'année. Grâce à celui-ci, les entreprises se verront affecter des coordonnées géographiques sous la forme X,Y. De son côté, Cartegie propose, depuis 2011, une solution d'aide à la saisie et à la validation d'adresses. Eform B to B permet de reconnaître une entreprise et son adresse à partir de la saisie de sa raison sociale sur un formulaire web. Elle donne également accès aux autres informations sur l'entreprise figurant dans la base Cartegie, notamment son numéro de Siret. Les tarifs proposés démarrent à 0,10 Euros HT par formulaire traité.

Mot clés : euro |

Amélie Moynot