Mon compte Devenir membre Newsletters

Trouvez un emploi sur le net !

Publié le par

Que vous soyez en recherche d’emploi “active” ou “passive”, internet est un bon moyen de multiplier vos chances d’aboutir : rapide, complet tant sur la variété des offres que sur les informations périphériques. Cependant, attendez un peu avant de résilier vos abonnements à la presse...

Huit cadres ou jeunes diplômés sur dix utilisent internet, et sept d’entre eux consultent des sites d’emplois. C’est ce qu’indique une enquête APEC conduite en début d’année auprès de 1 600 personnes. Le site de l’APEC qui enregistre quotidiennement 28 000 visites (contre 16 000 il y a un an) s’est ainsi fixé, comme objectif de fréquentation, 40 000 visiteurs par jour à la fin de cette année (+ 43 %). Parmi ces utilisateurs du net, il y a bien entendu les professionnels du secteur de l’informatique et des nouvelles technologies, adeptes de la première heure. Mais pas seulement. “Aujourd’hui, le recrutement sur le net c’est pour tout le monde, ingénieurs, secrétaires, commerciaux et cadres commerciaux, assure Olivier Guérin, directeur commercial de Monster.fr. Depuis septembre, c’est-à-dire trois mois après notre arrivée en France, nous avons vu affluer les CV et les offres concernant les fonctions les plus diverses, y compris commerciales. Aujourd’hui, celles-ci représentent environ 20 à 25 % des CV et des offres.” Hubert l’Hoste, directeur de Mercuri Urval, société de conseil spécialisée dans le recrutement qui possède son propre site, confirme que “l’apparition des sites de recrutement sur internet est quelque chose de très positif pour l’encadrement commercial, bien souvent happé par le quotidien et disposant finalement de peu de temps pour procéder à des recherches actives”. Aujourd’hui, le cabinet reçoit en moyenne 20 % des candidatures par ce biais-là. Pas de complexe non plus à avoir si vous n’entrez pas dans la typologie du parfait surfer branché high-tech. “Il n’y a pas de profils qui soient bannis du net. Les offres sont les mêmes que celles que l’on retrouve sur les supports papiers”, explique Claude Goldberg, le responsable du site APEC. “Tous les profils ont leur chance sur internet”, renchérit Olivier Guérin, même si ce dernier reconnaît que le cœur de cible de Monster.fr est constitué des 25-45 ans titulaires d’un diplôme de niveau bac + 2 à bac + 5. Et si encore aujourd’hui, “certains secteurs traînent des pieds face à l’utilisation d’internet pour recruter comme l’industrie lourde, la restauration, les laboratoires, etc., les choses évoluent très rapidement”, souligne Olivier Guérin. Plus d’offres et plus vite La rapidité avec laquelle on peut postuler – “deux clics de souris et c’est parti”, schématise le directeur de Monster.fr – n’est pas le seul argument en faveur du net. La base de données APEC est par exemple réactualisée tous les jours alors que le magazine Courrier Cadres ou d’autres supports papier pour petites annonces ne le sont qu’une fois par semaine. Les sites répertorient la totalité des annonces non pourvues alors qu’un support papier ne reprend que celles de la semaine : le site APEC propose ainsi en moyenne 8 000 annonces, alors que Courrier Cadres n’en présente que 2 000. Autres avantages : les sites de recrutement proposent aussi des informations sur le secteur d’activité, la préparation d’un entretien, etc. Ainsi, sur le site de l’APEC, “le candidat a accès, pour chaque offre, à des informations sur le salaire moyen de cette fonction, sur les secteurs qui embauchent le plus, sur les fonctions adjacentes, etc.”, énumère Claude Goldberg. Un enrichissement sans limites, impossible sur un support papier. Recherche active ou passive Au-delà de la rapidité et de la praticité, le net offre la possibilité d’aborder le marché de l’emploi dans différents états d’esprit, soit en démarche active, soit en démarche passive. Dans le premier cas, les visiteurs ont la possibilité d’aller consulter les offres répertoriées et de déposer leur candidature. Autre contexte, autre démarche, certains visiteurs souhaitent tout simplement rester en veille sur le marché et optent dans ce cas-là pour une recherche passive. Ils peuvent enregistrer leur CV dans une base de données consultable par les entreprises à la recherche de collaborateurs. Une formule qui laisse Yvon Bernard, directeur commercial adjoint de la société Janvic (lire témoignage ci-contre), sceptique : “Je n’ai jamais été appelé !” Ils peuvent également, en recherche passive, opter pour l’approche baptisée “méthode push” qui consiste à placer des “agents de recherche”. Chaque offre d’emploi répondant aux critères préalablement définis est, par ce biais, communiquée au candidat. Cette approche passive qu’offre le net est idéale pour ceux qui veulent simplement être mobile, ne pas rater l’occasion rêvée… Le “push” permet aussi, à ceux qui souhaitent renégocier en interne des éléments de leur contrat de travail, de se faire une idée sur ce qui se pratique ailleurs, et donc de leur propre valeur. Internet sinon rien ? Le net sonne-t-il pour autant le glas des supports papier ? Pas si sûr. D’abord parce que ce dernier peut se lire n’importe où et qu’on peut le feuilleter de façon totalement anarchique, dans tous les sens, sans avoir à déterminer au préalable des critères. Une souplesse d’accès qu’on ne retrouve pas sur le net. Les internautes s’interrogent aussi sur les risques liés au manque de confidentialité. Certain l’ont contourné en proposant de laisser un CV anonyme. Le candidat masque son identité et laisse dans ce cas un e-mail personnel. Cette option représente au maximum 10 % des CV qui sont déposés sur le site Monster. Une pratique qui peut être utile dans certains cas, mais “un CV anonyme, c’est triste”, met en garde Olivier Guérin. Sur le marché de l’emploi comme sur les autres marchés, il y a une offre et une demande, un “produit” qu’il faut présenter de la meilleure façon possible pour être certain de le vendre. Certains s’interrogent également sur la crainte de voir leur CV se balader de site en site, de ne plus avoir la maîtrise de sa diffusion. “Cela va devenir un thème de communication pour les sites de recrutement”, assure Hubert l’Hoste. Des craintes qui ne remettent pas en question l’avenir du recrutement sur le net, mais obligent les responsables de site à plus de prudence, à trouver des parades, à verrouiller les systèmes. APEC, Monster, Cadres on line et autres ont encore de beaux jours devant eux. Toutefois, ne suspendez pas tout de suite vos abonnements à la presse traditionnelle qui diffuse les annonces. Lors de votre prochain voyage en train, vous réaliserez combien parfois le vieux à du bon...

“À travers les sites de recrutement, on accède à un nombre incalculable d’offres. Grâce aux critères de choix, on va tout de suite à l’essentiel. Et si on les utilise à bon escient, c’est plus économique. Pour ces raisons, j’ai progressivement laissé tomber les annonces presse.” Yvon Bernard, directeur commercial adjoint* de la société Janvic En septembre, Yvon Bernard quitte la société Thoro France dans laquelle il occupait la fonction de directeur général et commercial. Il effectue deux mailings, l’un destiné aux chasseurs de tête et cabinets de recrutement, l’autre aux industriels. Il obtient des rendez-vous mais ne décroche pas d’emploi. En octobre, il oriente complètement ses recherches sur internet, consulte des offres, dépose son CV et laisse son e-mail. En début d’année, il a répondu à une annonce parue sur le site de l’APEC. Le 1er mars, il commençait dans la société Janvic. * Il prendra la fonction de directeur commercial en juillet prochain.

Quelques sites Généralistes : APEC (apec.asso.fr) Cadres on line (cadresonline.com) Cadremploi (cadremploi.fr) CareerMosaïc (careermosaic.tm.fr) Jobline (jobline.fr) Monster (Monster.fr) Email Job (emailjob.com) Spécialisé sur la fonction commerciale : Marketvente (lve-marketvente.fr) Autres : Robopost (robopost.com) permet de diffuser son CV sur une série de sites. Cabinets de recrutement : Michael Page (michaelpage.fr), Mercuri Urval (mercuri-urval.fr), etc. Annuaire des professionnels du recrutement (APR) : classement des cabinets de recrutement, banque de CV et d’offres d’emploi (apr-job.com).