Un bonus, pas un «cadeau Bonux»!

Publié par le

Ludovic Bischoff Rédacteur en chef

Ludovic Bischoff Rédacteur en chef

Il y a quelques mois seulement, Nicolas Sarkozy souhaitait que les Français «travaillent plus pour gagner plus».

Ce slogan traduisait sa volonté de distinguer dans les entreprises les salariés les plus actifs, qui pouvaient alors envisager de voir leur rémunération suivre la courbe ascendante de leur dynamisme. Cette volonté aboutissait logiquement à la mise en valeur d'une pratique courante dans la fonction commerciale: l'indexation de la rémunération sur les résultats. Les vendeurs qui percevaient une partie de leur salaire sous forme de variable pouvaient alors se dire que leur statut allait peut-être devenir une source d'inspiration pour la définition de la politique salariale d'autres services. Depuis, la crise financière, qui se mue en crise économique, est passée par là. Et le même Nicolas Sarkozy fustige aujourd'hui les patrons et les cadres dirigeants de grands groupes, leur demandant de renoncer à leur bonus 2008. Soit. Cette «invitation» est délivrée en priorité aux managers des banques, car l'Etat a massivement aidé ce secteur en injectant des milliards d'euros sous forme de prêts. Ces dirigeants seraient donc, en quelque sorte, redevables...

S'ils n'étaient pas, tout simplement, coupables de l'effondrement du système financier, dont on semble oublier un peu vite que l'épicentre est situé aux Etats-Unis, avec des causes structurelles, à la base, assez locales. Finalement, n'est-ce pas un peu démagogique que de leur demander de ne pas toucher ces bonus accordés, tout de même, parce qu'ils ont rempli au moins une partie des objectifs qu'on leur avait assignés en début d'année? En tout cas le risque est grand de jeter l'opprobre sur la rémunération variable. Pourtant, il faut garder à l'esprit qu'un bonus, en général, n'est délivré qu'en contrepartie d'efforts réels. A vouloir faire des exemples médiatiques, le risque est grand de desservir une pratique qui a le mérite de récompenser l'investissement personnel. Il ne faut pas confondre bonus et «cadeau Bonux»!

Ludovic BISCHOFF

Sur le même sujet

" L'excellence est toujours collective ! "
Management
" L'excellence est toujours collective ! "

" L'excellence est toujours collective ! "

Par Stéphane Diagana

Celui qui détient l'un des plus beaux palmarès de l'athlétisme français, Stéphane Diagana, analyse pour Action Co la vision du succès et de [...]

Les sept fondamentaux du management bienveillant
Management
Les sept fondamentaux du management bienveillant
konradbak - stock.adobe.com

Les sept fondamentaux du management bienveillant

Par Jean-Pierre Lehnischi

"Il n'est de richesse que d'hommes" aimait à dire l'économiste Bodin. Capital, structure matérielle, personnel : voilà le triptyque gagnant [...]

Augmenter la productivité des vendeurs en points de vente
Management
Augmenter la productivité des vendeurs en points de vente

Augmenter la productivité des vendeurs en points de vente

Par Aude David

En point de vente, les vendeurs sont souvent soumis à des horaires très irréguliers et qui changent brusquement. Pourtant, selon une étude publiée [...]

Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?
Management
Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?

Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?

Par Aude David

Google a l'habitude de collecter et analyser des quantités colossales de données. Il était donc tout naturel pour le géant américain d'étudier [...]