Mon compte Devenir membre Newsletters

Un entretien virtuel pour un job bien réel!

Publié le par

 

Les candidats étaient attendus dans les pavillons des entreprises.

Les candidats étaient attendus dans les pavillons des entreprises.

Les entretiens se sont déroulés entre avatars.

Les entretiens se sont déroulés entre avatars.

Rencontrer des candidats issus des quatre coins au monde sans se déplacer, c'est possible grâce à Second Life. Cinq sociétés - Alstom, Areva, Capgemini, L'Oreal et Unilog - ont participé au premier salon de recrutement organisé dans cet univers virtuel sur Internet. Pour cette innovation baptisée Neo Job Meeting et proposée par TMPNeo, agence de publicité spécialisée en RH, les entreprises avaient convoqué quelque 300 candidats. «Des jeunes diplômés bac + 4 ou 5, ingénieurs ou diplômés d'écoles de commerce pour la plupart», précise Thomas Delorme, responsable stratégie interactive de l'agence. Le jour J, les candidats se sont rendus, via leur avatar, dans l'un des cinq pavillons des entreprises, ou ils ont passe un entretien d une vingtaine de minutes. Ensuite? «A I'issue des entretiens virtuels, certains d'entre eux se sont vu proposer des rendez-vous, cette fois-ci dans la «vraie vie», explique Thomas Delorme. Les entreprises leur ont alors réservé un traitement VIP. L'idée était de faire gagner du temps à tout le monde: jeunes et entreprises.» Alors que l'opération était gratuite pour les candidats, les entreprises ont déboursé entre 20000 et 25000 euros. «Pour nous qui prévoyons de recruter 2500 collaborateurs en France cette année, Second Life a été un moyen de gagner de la visibilité pour toucher le maximum de candidats», conclut Pierre Hervé-Bazin, responsable du département recrutement d'Areva.