Mon compte Devenir membre Newsletters

Vacances illimitées

Publié le par

Ludovic Bischoff Rédacteur en chef

Ludovic Bischoff Rédacteur en chef

«Prenez autant de jours de congés que vous voulez chaque année, du moment que vous avez fait votre boulot...» Il ne s'agit pas d'une proposition démagogique d'un candidat à la présidence de la République.

Mais de la politique de ressources humaines de Netflix, une société américaine de location de DVD sur Internet, l'équivalent d'un site comme Glowria en France. En clair, chez Netflix, les quelque 300 salariés à temps plein gèrent leurs vacances et leur temps de travail comme ils le veulent, en accord avec leur management qui souhaite les traiter «comme des adultes» et qui estime que l'obligation de faire de la présence sur le lieu de travail et de mesurer le temps de repos des salariés constitue «une relique de l'ère industrielle». Utopie de start-up de la Sillicon Valley aux accents hippies incompatibles avec les obligations du business? Pas sûr, puisque Netflix a réalisé presqu'un milliard de dollars de chiffre d'affaires l'an dernier et affiche un bénéfice en progression, qui atteint les 49 millions de dollars en 2006. Attendez tout de même avant de prendre votre billet d'avion pour la Californie. Car si les employés de Netflix dépassent allègrement les 10 à 15 jours de congés annuels de la majorité des salariés américains avec leurs 25 à 30 jours de vacances... Ils sont tout juste au même niveau que n'importe quel Français! Ce qui apparaît comme une véritable révolution culturelle outre-atlantique n'est donc rien de plus que la norme chez nous. Reste que, si en France on légifère pour travailler moins, les collaborateurs de Netflix décident eux-mêmes de leur temps de travail. Voilà une philosophie qui pourrait s'appliquer à la fonction commerciale. Car à quoi bon maintenir coûte que coûte un vendeur performant qui pulvérise ses objectifs dans le carcan des cinq semaines de congés payés? Au même titre qu'existe le variable déplafonné, il reste à inventer chez nous les vacances illimitées... du moment que le boulot est fait!

Les 300 salariés d'une start-up américaine gèrent leur temps de travail et leurs vacances comme ils le souhaitent.

Mot clés :

Ludovic Bischoff