Mon compte Devenir membre Newsletters

Visible dans l’anonymat du Web

Publié le par

Se référencer, c’est faire entrer son site dans les outils de recherche, mais c’est également bien le positionner pour qu’il soit visible.

Sur le Web, tous les internautes regardent la première page de résultats d’un outil de recherche. Ils ne sont plus que 40 % sur la deuxième page et seulement 15 % sur la troisième. Des chiffres qui donnent le vertige et illustrent bien la nécessité, pour les sites, d’être présents dans les moteurs et annuaires, mais surtout d’y être bien positionnés. “ Nous estimons qu’un site qui n’est pas dans les trois premières pages est invisible ”, affirme Jean-Pierre Eskenazi, directeur général de Netbooster, un prestataire spécialisé dans le référencement. Pas d’affolement pour autant : les outils de recherche qui génèrent un réel trafic ne sont pas très nombreux. “ Une dizaine d’entre eux sont réellement intéressants ”, explique Olivier Andrieu, fondateur du site Abondance.com et consultant en référencement. Il estime ainsi qu’en France, 40 % du trafic d’un site est généré par Google, 20 % par Voilà, 20 % par Yahoo, le reste provenant de MSN, AOL, Lycos, Nomade, Altavista et Looksmart. C’est donc sur ces outils là qu’il faut faire porter ses efforts lors du référencement.

La prime au contenu et à la qualité

Il convient de distinguer deux types d’outils dont le fonctionnement est très différent. Les annuaires – c’est notamment Yahoo ou Nomade – indexent un nombre assez restreint de sites. Chaque annuaire permet de soumettre son site : il vous suffit de renseigner les différentes rubriques décrivant votre site pour engager le processus. Des “visiteurs”, salariés des annuaires, viendront alors voir votre site et vérifier que son contenu correspond bien à la description avant de le référencer. Les moteurs de recherche, quant à eux, fonctionnent très différemment. Ce ne sont pas des hommes qui indexent les sites mais des robots qui viennent fouiller dans les pages et les référencent selon leurs titres. “ Ils prennent également en compte les premiers paragraphes, précise Olivier Andrieu. D’où la nécessité de rédiger un descriptif “sincère”, qui reflète réellement ce que vous proposez. ” Ce fonctionnement est très récent : il y a encore quelques mois, il fallait, pour être référencé dans un moteur, utiliser les mots clés. On plaçait dans le code source caché des pages Web des mots censés refléter l’activité du site. Un système qui a très vite présenté un défaut majeur : afin de générer du trafic, certains Webmasters ne se privaient pas d’aguicher l’internaute avec des mots n’ayant rien à voir avec le site. Un e-marchand vendant des brosses à dent pouvait s’assurer de nombreuses visites en plaçant dans ses mots clés certains des thèmes les plus recherchés, comme “sexe”ou “Pamela Anderson”.

Les offres payantes

Autre grande nouveauté en matière de référencement : les soumissions payantes, apparues voici quelques semaines. Aujourd’hui, presque tous les annuaires et moteurs exigent une rétribution. Il faut, par exemple, payer annuellement 250 euros chez Yahoo et 199 euros chez Voilà. “ Le paiement garantit que la demande soit examinée rapidement, grosso modo dans un délai de huit jours, explique Jean-Pierre Eskenazi. Mais attention, ce n’est pas parce que vous payez 250 euros à Yahoo que votre site sera automatiquement référencé ! S’il est jugé insuffisamment intéressant, il sera rejeté. ” En ce qui concerne les moteurs, le paiement, en revanche, garantit le référencement.

Bien positionné

“ Être présent dans un outil de recherche est une tâche qu’une entreprise peut parfaitement gérer en interne, affirme Olivier Andrieu. En revanche, entrer dans un annuaire ou un moteur est beaucoup plus ardu, car le positionnement du site à l’intérieur de l’outil de recherche demande des compétences particulières. ” Mieux vaut, alors, se faire aider par un prestataire, qui saura comment optimiser le référencement pour que votre site apparaisse dans les trois premières pages de résultats. Il faut donc, pour cela, prévoir un vrai budget qui démarre à 1 500 euros (et peut excéder 15 000 euros) par an et qui n’a cependant rien de commun avec ce qu’il faudrait dépenser en publicité pour se faire connaître. Les trois-quarts du trafic sur le Web sont générés par un annuaire ou un moteur. Donc, avant de penser à l’affichage 4 x 3, mieux vaut rester modeste et commencer par tisser sa Toile en ligne !

Avis d’expert

Olivier Andrieu

, fondateur du site Abondance.com (référencement) “ Achetez votre place ! ” Pour être bien positionné dans les outils de recherche, une solution, récemment apparue, existe : acheter sa place. “ Pour cela, explique Olivier Andrieu, il faut aller sur www.espotting.fr et acheter aux enchères des mots clés. Vous faites une offre pour apparaître en premier quand un internaute effectue une recherche sur le mot “banque”, par exemple. ” Il vous faudra alors payer dès qu’un internaute clique sur votre site en faisant sa recherche sur le mot clé que vous avez acheté. “ Ces mots sont tellement prisés qu’il serait impossible de réussir à se positionner correctement si ce système d’enchères n’existait pas. ” Un nconvénient : à la longue, cela coûte cher et un référencement classique reste de toute manière indispensable.

Témoignage

Pierre-Yves Vincent

, fondateur de Mister Camp, un site spécialisé dans la location de terrains de camping “ Le référencement est un travail technique que nous n’aurions pas pu gérer en interne ” “ Lors du lancement du site, en novembre 2000, je ne m’étais pas rendu compte de l’importance du référencement ”, raconte Pierre-Yves Vincent, le fondateur de Mister Camp.. Mais au bout de six mois, il faut se rendre à l’évidence : le site est invisible, c’est-à-dire qu’il n’apparaît dans les annuaires et moteurs qu’au bout d’une dizaine de pages de résultats. “ J’ai alors fait appel à un prestataire spécialisé pour qu’il positionne le site dans les toutes premières pages. ” Le résultat ne s’est pas fait attendre : en devenant visible, le site a drainé un véritable trafic qualifié et, aujourd’hui, Pierre-Yves Vincent estime réaliser environ 300 000 e de chiffre d’affaires par mois. “ Auparavant, nous consacrions 53 000 e à la publicité. Nous avons divisé ce budget par trois et dépensé 15 000 e pour être parfaitement référencés ! ”

A retenir

- De plus en plus d’annuaires et de moteurs de recherche font payer les entreprises souhaitant référencer leur site Web. Cela ne garantit pas que le site soit effectivement bien référencé, mais simplement que le dossier sera traité rapidement. - Toutes les pages doivent avoir des titres et des premiers paragraphes reflétant le contenu du site. Ces informations seront prises en compte par les moteurs pour indexer les pages. - Être présent dans un outil de recherche ne signifie pas que l’on y est bien placé : pour être visible, il faut que son site arrive dans les trois premières pages de résultats.

Mot clés :

Frédéric Thibaud