Mon compte Devenir membre Newsletters

Voyage d'affaires : Un portefeuille de cartes corporate 3/4

Publié le par

Moyen de paiement et outil de gestion de frais de déplacement, la carte corporate est en plein essor.

Quel est le point commun entre Friskies, Rhodia, Total FinaElf et Alcatel ? Toutes ces entreprises ont adopté les cartes corporate comme outils de gestion de leurs frais professionnels. Et, selon les derniers chiffres du baromètre Havas Voyages American Express, elles ne sont pas les seules à avoir opté pour ce moyen de paiement. Près de 60 % des moyennes et grandes entreprises se trouvent en effet dans la même situation. Selon les entreprises interrogées, les cartes corporate leur permettent de supprimer les avances de frais (84 %), de faciliter la gestion des dépenses en devises (58 %) et de contrôler et de suivre leurs frais de voyage (42 %). Pour résumer, cet outil permet aux entreprises de réaliser jusqu’à 25 % d’économie sur leurs frais de déplacement. La bataille commerciale aura lieu Trois acteurs principaux, issus du secteur bancaire et financier, se partagent aujourd’hui le marché hexagonal, lourd de quelque 320 000 cartes en circulation : American Express, le Groupement des cartes bancaires avec, en tête, Visa et Eurocard MasterCard, et Diners. Ces derniers se livrent une bataille commerciale sans merci et ne cessent d’enrichir leurs produits et prestations. American Express, qui a par ailleurs racheté le Groupe Havas, vient, par exemple, d’étoffer son offre avec une assurance couvrant la perte de bagages et de biens personnels. Leader sur le marché français, il a également investi récemment des sommes colossales pour développer des services sur Internet. Ainsi, un porteur de carte corporate American Express peut aujourd’hui consulter ses relevés de compte sur la Toile et accéder à son historique. De même, le responsable des voyages dans l’entreprise peut accéder à une fiche des-criptive de chaque titulaire de carte, modifier les données en cas de changements, consulter des relevés, etc. Mais American Express a désormais des concurrents de taille. Avec 140 000 cartes en circulation, diffusées notamment par la BNP, la Société Générale, le Crédit du Nord, le CCF et les Banques Populaires, le GIE Carte Bleue grignote sans cesse des parts de marché. Ses membres se montrent en effet particulièrement dynamiques. La BNP, par exemple, a conclu à la fin de l’année 2000, un partenariat avec Carlson Wagonlit Travel portant sur son offre Carte Affaires. Les avantages du partenariat sont multiples. Les voyageurs “affaires” bénéficient du réseau Visa avec une carte de paiement acceptée par 17 millions de commerçants dans le monde et par plus de 500 000 distributeurs implantés sur tous les continents. Et grâce à la carte Affaires Service Logé1, les entreprises ont désormais la possibilité de regrouper sur un même compte d’une agence de Carlson Wagonlit Travel l’ensemble de leurs dépenses liées aux voyages d’affaires pour la billetterie. Parmi d’autres avantages, la délivrance de relevés d’informations détaillés intégrant les données relatives au voyage (date, aéroports de départ et d’arrivée, etc.) et les données de nature comptable (centre d’impu-tation, centre de coût et ordre de mission). L’entreprise dispose ainsi de toutes les informations requises afin de faire respecter sa politique voyage à ses salariés, de rationaliser ses procédures comptables et d’alléger ses coûts de traitement des notes de frais. Autres acteurs, dynamiques : Diners et Eurocard MasterCard. Le premier devrait bientôt lancer une carte à facturation sélective qui permettra à l’entreprise de choisir de débiter le compte de l’entreprise ou celui du salarié selon le type de dépenses effectuées (chambres d’hôtel, billets d’avion, location de véhicules, restaurants, etc.). Le second propose, avec la BusinessCard, une offre pléthorique de services aux entreprises comme des prestations assistance, des assurances ou bien encore une multitude d’avantages (réduction chez les loueurs Hertz et Sixt, réservation garantie dans de grandes chaînes hôtelières, etc.). Reste que les producteurs de cartes devront, pour conforter et développer leurs positions sur le marché, parvenir à convaincre les PME, encore réticentes. Souvent l’apanage des grandes entreprises, les cartes cor-porate sont en effet, pour la plupart, inadaptées aux besoins des petites et moyennes entreprises. C’est pourquoi, depuis la fin des années 90, les acteurs fourbissent leurs armes marketing afin de proposer à cette cible des cartes personnalisées. L’exemple a été donné avec la carte corporate lancée par American Express, le Crédit Lyonnais, Air France et Accor qui présente l’avantage d’être à la fois un moyen de paiement et une carte de fidélisation permettant à l’entreprise utilisatrice de bénéficier, grâce au cumul de ses points, jusqu’à 60 000 francs (9 146,94 euros) de remise par an. Et d’autres acteurs – Eurocard MasterCard notamment – devraient suivre dans les mois à venir avec le lancement de nouveaux produits et prestations.

(1) Délivrée au nom de l’entreprise utilisatrice et déposée dans l’agence de voyage en charge de ses déplacements professionnels, la carte logée permet de regrouper les réservations aériennes ou ferroviaires et les factures. L’avantage majeur de ce type de cartes réside dans la substitution d’une multitude de factures à un relevé unique et personnalisé. Les entreprises ayant opté pour une carte affaires logée peuvent ainsi optimiser leurs opérations de gestion en tout tranquillité. Les agences de voyages, à l’image de Carlson Wagonlit qui vient de nouer un partenariat avec BNP Paribas, tirent également des bénéfices de cet outil. Elles gagnent en trésorerie et en gestion du risque.