Mon compte Devenir membre Newsletters

Les laser couleur pour une qualité d'impression des mailings optimale

Publié le par


Si, comme l'affirme Fabien Da Col, chef de produits laser chez HP France, l'impression jet d'encre professionnelle revient au cœur des débats aujourd'hui, c'est bien l'impression laser qui se taille la part du lion dans la production de documents commerciaux des VADistes. Toutefois, ces modèles laser souffrent avant tout de coûts d'exploitation plus élevés que les machines à technologie jet d'encre. Mais leur rapidité d'exécution est incomparable, et leur prix a chuté alors que leurs performances ont encore été améliorées. À moins de rechercher le coût à la page le plus faible possible, le jet d'encre semble bien obsolète... En produisant eux-mêmes leurs mailings, les équipes commerciales et marketing des VADistes gardent la main sur leur communication. Un enjeu crucial, car le marketing “one to one” exige une personnalisation poussée des courriers. Le rédacteur peut à tout moment y modifier un prix, la nature d'une offre, rectifier une adresse... « Nos clients recherchent la réactivité commerciale, analyse Gérard Bouhanna, directeur commercial et marketing d'Oki Systèmes SA. L'impression en interne leur permet de gagner du temps sur la production, d'être plus réactifs face au marché, et de pouvoir envoyer des mailings avec des messages spécifiques à leurs clients ou prospects. »

Des outils désormais abordables

Grâce à la technologie de “passage à plat” qui permet aux quatre cartouches de déposer l'encre en un seul passage, la vitesse d'impression du laser couleur s'est améliorée. Tous les nouveaux modèles traitent aujourd'hui un minimum de 20 pages par minute (ppm). Les VADistes ont donc tout intérêt à profiter de cette performance de production qui n'a pas d'impact négatif sur la qualité. Au contraire : la teinte reste identique du premier au dernier exemplaire. Qualifiés d'imprimantes bureautiques par les constructeurs, les nouveaux modèles de laser s'adaptent donc relativement bien aux besoins de production de mailings, sans coûter aussi cher que leurs grandes sœurs dites professionnelles, qui dépassent allégrement les 10 000 euros. Elles autorisent de plus l'impression de documents sur des papiers de différents grammages, sur des supports aux formats et caractéristiques variables : transparents, cartes de visite, bannières, etc. Exemple typique de ces nouveaux produits, la Dell 5100 cn propose une résolution de 1 200 dpi (dots per inch ou points par pouce, l'unité officielle de mesure de la résolution). Elle imprime jusqu'à 35 ppm en mode monochrome et 25 ppm en mode couleur. Sa capacité papier standard de 650 feuilles peut être augmentée jusqu'à 2 150 feuilles en ajoutant des bacs, et sa mémoire de 128 Mo est extensible à 640 Mo. Conçue pour imprimer un maximum de 90 000 pages par mois, elle ne coûte que 849 euros HT à l'achat. « Nous nous positionnons clairement de manière agressive sur ce marché, confie Lang Do Tri, chef de produit chez Dell. D'autant que ce modèle est doté en version standard d'une connexion réseau, dispose de la fonction recto-verso pour faciliter les économies de papier ou d'affranchissement et de l'option livret pour réaliser automatiquement la mise en page de documents pliés en format A5. » Même tarif plancher (835 euros HT) chez Epson, dans une gamme identique. L'AcuLaser C3000 imprime 24 pages par minute avec la fonction recto-verso intégrée. Attention, toutefois, elle ne fonctionne pas en réseau. Pour bénéficier de cette option, il faut se procurer l'AcuLaser 4100, qui apporte une qualité d'impression optimum pour un prix d'achat de 1 205 euros HT. Plus professionnelle, la C762 de Lexmark (2 117 euros HT) affiche une vitesse de production honnête avec 23 ppm en couleur comme en noir et blanc, grâce à la technologie de “passage à plat”. Mais elle bénéficie d'éléments de finition essentiels pour la production de documents commerciaux : tri, décalage, agrafage. « Nous avons également ajouté la possibilité de verrouiller l'usage de la couleur via la solution “Color Print Permissions”. Car si l'impression couleur se démocratise, nos clients souhaitent néanmoins la réserver à quelques collaborateurs en charge du marketing direct par exemple », explique Michaël Jung, chef de produit laser et multifonction de Lexmark.

Le format A3 pour plus de créativité

Seul bémol : ces appareils financièrement abordables ne traitent que le format A4. Or, pour varier la présentation des mailings ou insérer d'autres documents dans le courrier, la mode est au format A3 plié. « Nous avons un client qui façonne lui-même des cartes de tirage au sort qu'il distribue à ses clients en imprimant sur des planches réservées habituellement aux cartes de visite », illustre Gérard Bouhanna. Les modèles traitant le format A3 sont plus coûteux, mais affichent en général une vitesse de production plus élevée. C'est le cas de la 9300 DN d'Oki, qui imprime en A3 plus (format permettant de supprimer les marges) à une vitesse de 30 ppm en couleur et 37 ppm en noir et blanc. Elle est commercialisée à partir de 3 999 euros HT. Sortie en septembre dernier, la Color Laser Jet 5550 de HP démarre à 3 500 euros HT. L'AcuLaser 9100 d'Epson présente les mêmes caractéristiques que la 4100, mais traite le format A3 pour 2 799 euros HT. Selon Fabien Da Col, « ces machines sont très polyvalentes, elles conviennent à la fois pour imprimer les documents bureautiques et les mailings tout en présentant des coûts d'exploitation assez compétitifs ». D'après le chef de produits laser de HP, même si ces coûts varient en fonction du prix d'achat des consommables, le retour sur investissement est bon. « Comptez entre 4 et 8 centimes d'euro la page couleur imprimée en laser, selon les modèles et les consommables utilisés », estime-t-il. Au-delà de la stricte question des coûts d'achat et d'exploitation, il existe d'autres critères à prendre en compte avant de se lancer dans l'achat d'une imprimante laser couleur. Notamment du côté des gains commerciaux : plus un mailing est personnalisé, meilleur sera son taux de retour. On peut d'ailleurs ajouter à certains modèles, comme la C 762 de Lexmark, une solution destinée à attribuer un code-barres au mailing, puis à l'identifier, pour mieux appréhender les remontées. Plus l'imprimante est sophistiquée, plus elle vous permet de produire des documents élaborés qui augmenteront l'impact de votre campagne.

iNNOVATION

Des logiciels pour soigner vos mailings Certains modèles d'imprimantes intègrent des logiciels pour vous aider à améliorer la conception de vos mailings. L'AcuLaser C1100 d'Epson, par exemple. Le modèle d'entrée de gamme de la marque est livré avec deux programmes. Le premier est dédié à la création de pages Web, le second est une bibliothèque qui met quelque 150 modèles de mise en page de mailings à votre disposition. L'utilisation d'Office Ready Essentials est très simple : il suffit, en effet, de cliquer sur un champ pour insérer un titre, il est possible d'ajouter des visuels, etc.