Mon compte Devenir membre Newsletters

le référencement d'un site

Publié le par

Un tiers du trafic d'un site provient des outils de recherche (annuaires et moteurs) et un autre tiers arrive via les liens. Bien faire référencer son site permet d'attirer un maximum de visiteurs et donc de clients potentiels.

ciblez tous azimuts Grâce aux annuaires et moteurs

Toute recherche aléatoire sur Internet débute forcément par le recours à un annuaire ou à un moteur, véritables guides sur la Toile. Comme l'explique Olivier Andrieu, consultant indépendant et éditeur du site spécialisé www.abondance.com, « éditer un site ne vous garantit nullement sa présence sur un annuaire ou un moteur de recherche ». La démarche de référencement doit donc émaner de vous, de façon volontaire. Pour mettre en œuvre ce référencement, il faut d'abord comprendre le fonctionnement des annuaires et des moteurs. Un annuaire recense des sites selon des fiches descriptives qu'il a lui-même conçues, et qui mentionnent généralement un titre, une adresse (appelée URL) et un commentaire. Tout ceci à l'intérieur d'une rubrique. « On peut comparer le fonctionnement d'un annuaire aux PagesJaunes de France Télécom », analyse Olivier Andrieu. L'internaute saisit un mot-clé dans un formulaire proposé par le site et l'annuaire le dirige en conséquence. L'annuaire prend en compte la présence du mot-clé dans le formulaire descriptif, et non pas dans les pages Web du site référencé. A contrario, le moteur de recherche fonctionne grâce à des robots chercheurs (les “crawlers”), qui ratissent le Web et indexent les pages pour se constituer une base. Lorsqu'un internaute entre un mot-clé, le robot du moteur de recherche ira chercher la présence de ce mot-clé dans ses pages indexées, et proposera une liste selon ses critères mathématiques. Alors que le moteur propose des pages Web, l'annuaire renvoie, quant à lui, sur des sites. Pour avoir un référencement le plus large possible, il faut être présent à la fois sur les moteurs et les annuaires.

Inscrivez-vous directement sur les outils de recherche

Les annuaires francophones les plus connus sont Voila, Yahoo, Lycos ou Nomade. Leur page d'ouverture propose une rubrique “ajoutez votre site”, ce que les internautes appellent la “soumission”. En cliquant dessus, vous pouvez décrire votre site à l'annuaire, qui ira le visiter dans un délai non garanti et décidera – ou non – de l'afficher. Les sites considérés comme commerciaux (vendant ou faisant la promotion d'un service ou d'une marque) doivent généralement passer par une soumission payante. À titre indicatif, Yahoo facture 250 euros HT pour un traitement et une réponse sous sept jours ouvrés. Attention, un engagement de traitement ne signifie en aucun cas un référencement, mais simplement un examen. « L'inscription sur un moteur de recherche passe par un cheminement différent », précise Olivier Andrieu. Il peut arriver que par le hasard des liens, vous soyez présent sur un moteur sans avoir fait quoi que ce soit. Mais il vaut mieux s'inscrire par le lien proposé sur le moteur, généralement appelé “add a site” ou “add URL”. Le robot du moteur prendra la demande en compte et viendra indexer vos pages, dans un délai de deux jours à plusieurs mois. Ce qui ne vous garantit pas d'avoir une bonne place sur le moteur ! Parmi les moteurs les plus connus, citons Google, Voila, ou encore Antidot. Le paiement n'est pas obligatoire pour tous les moteurs de recherche (Google pratique la gratuité) ; il l'est en pratique pour les annuaires, qui raccourcissent ainsi le délai d'examen des sites commerciaux.

Faites appel à un référenceur

De plus en plus de sites ont recours à un prestataire “référenceur”. Ces sociétés spécialisées (dont on peut trouver certaines coordonnées auprès des associations Ipea-référencement ou Sema 7) présentent l'intérêt de bien connaître le mode de fonctionnement des moteurs. Moyennant quelques centaines d'euros, un référenceur optimise le contenu du site de son client pour le rendre attractif aux outils de recherche. Car, comme le déplore Olivier Andrieu, « lors de la conception d'un site, un webmaster ne se penche pas forcément sur son référencement futur et ne cherche pas à adapter le contenu en conséquence ». Les professionnels du référencement connaissent les freins des moteurs (par exemple, mettre un point d'interrogation dans une URL, ce qui entraîne des blocages). « Une société de vente à distance qui édite un catalogue sur son site (avec beaucoup de données, des images, des parties accessibles sous Flash) doit optimiser tout ce contenu, au risque d'être peu attrayante pour les moteurs », prévient Olivier Andrieu. Les sociétés de référencement s'engagent, par exemple, sur une présence dans les trois premières pages des dix moteurs les plus connus. Il est également possible d'acheter du lien publicitaire sur les moteurs, méthode qui vous garantit alors une présence lors de la recherche par mots-clés. Par exemple, si vous commercialisez des fleurs par Internet, vous pouvez payer pour apparaître lorsqu'un internaute tape le mot-clé “fleurs” dans le moteur. Vous payez alors un “coût par clic” déterminé selon une enchère et selon votre budget. Le coût par clic est défini par le moteur ou son intermédiaire (l'équivalent d'un grossiste en liens, comme Overture ou Espotting) ; il faut ensuite enchérir pour obtenir un bon emplacement. Ce coût s'établit en général en centimes d'euro et, selon votre budget, vous décidez de l'enchère que vous pouvez réaliser. Une fois votre crédit épuisé par le nombre de clics, votre lien publicitaire disparaîtra.

Établissez des liens avec d'autres sites

Pour créer du trafic sur votre site, il vous faut négocier avec ceux qui, selon vous, présentent le plus d'intérêt. Par exemple, les sites de syndicats professionnels, de titres de presse spécialisée, d'associations, de partenaires en affaires, etc. Les sites que vous ciblez doivent être représentatifs, avoir un trafic intéressant et, surtout, être proportionnel au vôtre si vous échangez vos liens. « Cette collaboration n'est intéressante que si le site visé possède un même niveau de popularité », souligne Olivier Andrieu. Pour évaluer la popularité d'un site, il est possible d'utiliser la barre d'outils de Google (Google Tool Bar), de cliquer sur le menu “page rank”, et donc de connaître le nombre de visites enregistrées sur un site. Pour créer des liens avec un site intéressant et suffisamment fréquenté, Olivier Andrieu conseille l'échange de contenu. « Cette technique intelligente permet de faire connaître son savoir-faire, en proposant, par exemple, des articles courts sur son domaine de compétences », note le consultant. Une façon d'apporter de la valeur ajoutée informative aux sites visés (et d'en héberger vous-même en contrepartie) en s'affranchissant de tout lien financier.

A retenir

Rien ne sert de tricher Connaissez-vous le “spamdexing” ? En jargon informatique, il s'agit de techniques visant à faire apparaître une page dans les dix premiers résultats d'un moteur. Techniques frauduleuses, puisqu'elles impliquent de répéter des mots en blanc sur fond blanc (autrement dit de glisser des mots rendus invisibles), de répéter des titres ou encore des noms de concurrents afin de forcer la main des robots chercheurs. Car plus certains mots seront répétés, plus le robot ira voir la page. Le spamdexing est aujourd'hui connu et traqué par les moteurs, qui réagissent en excluant la page ainsi “optimisée” ou en la faisant figurer sur leur “liste noire”.