Mon compte Devenir membre Newsletters

Envois en France : le monopole de La Poste menacé

Publié le par


En matière d'envoi de courriers de moins de 100 grammes, La Poste reste leader, que ce soit en B to C ou en B to B. « Les grands opérateurs postaux européens ne disposent pas, pour l'heure, du réseau ad hoc », indique Jacky Bertrand, vice-président du Syndicat national de la communication directe. En France métropolitaine, La Poste propose, pour le courrier courant jusqu'à 20 grammes, le tarif lettre (acheminement rapide) à 0,50 euro et le tarif éco'pli (service économique), à 0,45 euro. Pour des volumes importants – au-delà de 400 plis pour un envoi intradépartemental et 1 000 plis pour un envoi national –, des tarifs préférentiels peuvent s'appliquer sur la formule économique. Pour un pli jusqu'à 35 grammes, dans l'Hexagone, le tarif est de 0,42 euro. Côté services, La Poste peut, avec son option Tem'post, s'engager contractuellement à distribuer votre courrier de gestion en deux ou quatre jours. Un dispositif d'indemnisation est d'ailleurs prévu en cas de retard. Pour vos opérations de mailing ou d'envoi de catalogues, La Poste propose également deux solutions. La gamme Postimpact offre des tarifs préférentiels pour tous les courriers de marketing direct adressés de moins de 350 grammes. Par exemple, l'envoi en France de 1 000 plis adaptés au traitement en machine et d'un poids inférieur ou égal à 35 grammes vous coûtera 0,35 euro à l'unité. Pour chaque opération, un minimum de 1 000 messages identiques est requis pour une diffusion nationale, et 400 pour une diffusion locale (sur le département de dépôt et ses départements limitrophes). De plus, les tarifs sont dégressifs selon le volume de courrier. Dans le cas de mailings plus lourds (de 350 grammes à 3,5 kilogrammes), c'est la gamme Catalogue qui s'applique. Pour des envois de 350 à 500 grammes, diffusés à 8 000 exemplaires en local ou à 20 000 exemplaires en national, la tarification est de 0,36 euro par objet, auquel il faut ajouter 1,60 euro par kilo. Pour des catalogues pesant de 501 grammes à 3 kilogrammes, diffusés à 400 exemplaires en local ou à 1 000 exemplaires en national, le coût atteint 1,08 euro par objet + 0,79 euro par kilo. Le tout jusqu'à un million de plis. Au-delà, le tarif est également fonction des trois zones de diffusion (une rurale et deux urbaines) définies par La Poste. L'opérateur offre de nombreux services en complément de vos envois : des prestations de conseil, la location d'adresses qualifiées, l'amélioration de vos fichiers d'adresses clients avec la fourniture de fichiers exhaustifs de correction d'adresses, ainsi que des solutions pour stimuler les retours (enveloppe T, prêt-à-poster réponse, etc.). Depuis 2002, le groupe propose, via sa filiale Maileva, une offre conçue spécialement pour les annonceurs adeptes du mailing. L'entreprise élabore son mailing, puis le transmet à Maileva sous forme de fichier sur Internet. Le prestataire se charge de l'imprimer et de l'acheminer par courrier postal simple ou recommandé. Une seule entreprise a pourtant des velléités de concurrencer l'opérateur national. Il s'agit d'Adrexo, filiale du groupe Spir Communication, dont le cœur de métier est la distribution d'imprimés sans adresse (isa). L'entreprise possède, à ce titre, un réseau de proximité qui lui permet d'acheminer d'autres documents que les journaux gratuits et prospectus. « Nous nous positionnons comme un opérateur alternatif », indique Philippe Thomas, directeur marketing d'Adrexo. L'opérateur compte donc sur ses 210 centres de distribution et 20 000 diffuseurs pour prendre place sur le marché de la distribution de courriers adressés de plus de 100 grammes (marché ouvert en janvier 2003). La société prend en charge tous les envois de plus de 100 grammes, partout en France, à partir de 2 000 documents en intradépartement (ou 400 envois annuels de 500 documents) et 20 000 documents en national.

Un opérateur alternatif

L'opérateur privé pense séduire en priorité les entreprises du B to B, dont la cible se concentre en zone urbaine. Parmi les autres atouts avancés par Adrexo : la souplesse et la réactivité. « Nous sommes une société de taille moyenne avec cinq commerciaux sur le marché national et 150 sur les marchés locaux, souligne Philippe Thomas. Chaque collaborateur est en relation directe avec les chefs de centre de notre réseau. Si bien qu'il y a un circuit très court entre notre client et la distribution de ses plis. » Adrexo propose également nombre de services comme le suivi de distribution. « Nous mettons à disposition de nos clients un fichier qui détaille le compte-rendu de la distribution (adresses NPAI, refus, etc.). » Par ailleurs, la société s'engage sur ses délais. « Tous nos envois sont effectués dans un délai de dix jours ouvrables, précise le directeur marketing. En cas de non-respect du cahier des charges, des pénalités financières nous sont appliquées. » Les tarifs, quant à eux, sont définis en fonction du poids des envois (de 100 à 300 grammes, de 301 à 450 grammes et de 451 à 3 000 grammes), mais également de la zone de distribution (urbaine, rurale ou dédiée). « Le tarif urbain s'applique à 17 millions de boîtes aux lettres qui reçoivent des imprimés sans adresse au moins une fois tous les six jours. Les 5 millions d'adresses répertoriées dans le tarif rural correspondent, elles, à des boîtes visitées tous les dix jours. Enfin, le tarif dédié correspond à des boîtes visitées ponctuellement », explique Philippe Thomas. Bien entendu, pour attirer les annonceurs, Adrexo se montre agressif sur les prix, parfois 25 % moins élevés que ceux de l'opérateur public, « et particulièrement compétitifs sur les tarifs urbains », selon Philippe Thomas. n

MARCHE : Les opérateurs de l'imprimé sans adresse

Si vous décidez d'opter pour des campagnes non adressées, vous avez le choix sur le plan national entre Adrexo, filiale de Spir Communication et Mediapost, filiale du groupe La Poste. Cette unité, issue de la fusion entre Mediapost et Delta Diffusion, affirme toucher 26 millions de boîtes aux lettres. Adrexo, pour sa part, en revendique 23 millions. Les deux opérateurs proposent une prestation en géomarketing, ainsi que des outils pour contrôler la distribution et mesurer l'impact des campagnes. Enfin, sachez qu'aux côtés des leaders nationaux, coexistent des distributeurs locaux comme Kicible, spécialiste de la distribution d'isa sur la zone Sud-Ouest, ou Distribution Tracts pour la région Languedoc-Roussillon. Un secteur qui s'apprête à vivre une petite révolution : les entreprises de la distribution directe ont, en effet, signé la mise en place, pour début 2005, d'une convention collective de branche. Les acteurs de ce marché annoncent une hausse du prix de leurs prestations allant jusqu'à 30 %.

REPERES : L'ouverture à la concurrence

• Depuis le 1er janvier 2003, le monopole de La Poste ne concerne plus que les plis dont le poids unitaire est inférieur à 100 grammes (ou dont le prix représente trois fois celui d'une lettre standard), contre 350 grammes auparavant. • Au 1er janvier 2006, le marché des plis de plus de 50 grammes (ou coûtant plus de deux fois et demi le prix d'une lettre standard) deviendra concurrentiel. • Le 1er janvier 2009, selon la décision du Conseil des ministres européen, aura lieu soit l'ouverture totale du marché, soit le maintien de la limite des 50 grammes.