Mon compte Devenir membre Newsletters

Un armurier bien armé

Publié le par

C'est l'histoire d'un armurier de Calais qui se désespérait de voir la demande locale fondre comme peau de chagrin. Il avait beau diversifier son activité, vendre des couteaux, puis des queues de billard et même de beaux objets – maquettes de bateaux, globes terrestres et autres baromètres en bois précieux –, rien n'y faisait. Le commerçant était bien mal armé pour faire face à l'érosion de son marché, mis à mal par la désaffection chronique de la chasse et par le durcissement de la législation européenne sur la sécurité. Bref, en 2003, Jean-Pierre Fusil sentait l'avenir de son affaire bien compromis. C'est à cette époque qu'il rencontre deux jeunes Lillois technophiles, pour qui le Web n'a pas de secret. Leur discours l'intéresse ; c'est décidé, il s'offre un site. Oh, pas grand-chose... Juste un catalogue en ligne. Une vitrine virtuelle, en somme. Les webmasters se mettent au travail et www.fusil-calais.com voit le jour. Une naissance qui, contre toute attente, va bouleverser le quotidien du détaillant : curieux ou passionnés, collectionneurs ou simples badauds, Jean-Pierre Fusil reçoit des dizaines de coups de fil par semaine. Mieux : grâce à ce site, il se met à vendre par téléphone. Tout ce qu'il peinait à écouler attire les regards de consommateurs de la France entière. Très vite, il transforme sa vitrine en site marchand. Il découvre l'e-commerce. Deux ans et demi plus tard, il peut être fier d'avoir sauvé sa petite entreprise et de lui avoir insufflé une nouvelle dynamique. Mais ce commerçant peut aussi se targuer d'avoir pressenti une évolution profonde et durable de la consommation : l'utilisation d'Internet comme un canal de vente non pas alternatif mais complémentaire des autres. Grâce à ce site marchand, l'horizon de notre armurier ne s'arrête plus aux frontières de sa ville . Tout cela pour une mise de départ de quelques centaines d'euros assortie d'une énorme dose d'audace et d'inventivité. n

A lire aussi

Chargement en cours, veuillez patentier...

Stéfanie Moge-Masson, directrice de la rédaction