Mon compte Devenir membre Newsletters

Zeturf.Com s'attaque aux courses hippiques

Publié le par

Une bataille judiciaire s'engage autour du monopole des paris hippiques en ligne entre Zeturf, site Web d'informations hippiques qui a lancé des paris en ligne depuis Malte et le PMU français.


En France, depuis 1930, seul le PMU (Pari mutuel urbain) détient le monopole des courses hippiques. Pour autant, Zeturf.com, site d'informations hippiques, cherche à contourner cette situation. Il s'est mis, le 20 juin dernier, à prendre des paris en ligne depuis Malte. En effet, les investisseurs allemands et maltais ont décidé d'installer ce site sur l'île où une licence de jeu lui a été accordée. Profitant d'une législation plus souple, Zeturf couvre dès lors les paris de course en France, en Angleterre, en Irlande et dans les pays nordiques. Avec une taxation très avantageuse sur les transactions par rapport aux autres pays de l'Union européenne, et surtout nettement plus faible qu'en France (1 %, contre 15 %), le site s'engage à redistribuer 95 % des enjeux sur des paris simples contre environ 80 % pour le PMU. Toutefois, ce dernier reverse une partie de ses gains à la profession hippique, ce qui n'est pas le cas pour le moment de ce nouveau-né. Une situation que le PMU ne pouvait accepter. Assigné en référé au tribunal d'instance de Paris, le site a été condamné à mettre fin à son activité de paris en ligne sous astreinte de 15000 euros par jour de retard. Celui-ci a d'ores et déjà fait appel. Cela lui permet de suspendre cette décision de justice et de poursuivre son activité. Si le droit français semble donner raison au PMU, le droit européen pourrait apporter une interprétation différente, c'est du moins sur cet espoir que s'appuie Zeturf. «Nous n'hésiterons pas à épuiser tous les recours possibles en France et au niveau européen», prévient Emmanuel de Rohan-Chabot, directeur général de la société. Avant son rachat, le site affichait 300000 visiteurs par mois et annonce pour les six premiers mois d'activité de paris en ligne en 2005 un volume d'enjeux de 30 millions d'euros soit environ un chiffre d'affaires de 2,4 millions d'euros. Une manne que le PMU n'envisage sans doute pas de perdre!